Par Patrick Cockburn

Paru le 1e octobre 2021 sur The independent sous le titre The CIA plot to kidnap or kill Julian Assange in London is a story that is being mistakenly ignored


Julian Assange et Jamal Khashoggi ont été pris pour cible parce qu’ils remplissaient le premier devoir des journalistes : révéler au public ce que les gouvernements veulent garder secret.

Il y a trois ans, le 2 octobre 2018, une équipe de responsables saoudiens a assassiné le journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d’Istanbul. Le but de ce meurtre était de faire taire Khashoggi et d’effrayer les critiques du régime saoudien en montrant qu’il les poursuivrait et les punirait comme s’ils étaient des agents d’une puissance étrangère.

Il a été révélé cette semaine qu’un an avant le meurtre de Khashoggi en 2017, la CIA avait projeté d’enlever ou assassiner Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui s’était réfugié cinq ans plus tôt dans l’ambassade de l’Équateur à Londres.

Un haut responsable du contre-espionnage américain a révélé que les plans de transfert forcé d’Assange vers les États-Unis avaient été discutés “aux plus hauts niveaux” de l’administration Trump.

L’informateur était l’un des plus de 30 responsables américains – dont huit ont confirmé les détails de la proposition d’enlèvement – cités dans une enquête de 7500 mots menée par Yahoo News sur la campagne de la CIA contre Assange.

Le plan était de “s’introduire dans l’ambassade, d’en sortir [Assange] et de l’amener là où nous le voulions”, a rappelé un ancien agent des services de renseignement. Un autre informateur a déclaré avoir été informé d’une réunion au printemps 2017 au cours de laquelle le président Trump avait demandé si la CIA pouvait assassiner Assange et indiquer des “choix” sur la façon dont cela pourrait être fait. Trump a nié avoir agi de la sorte.

Le chef de la CIA nommé par Trump, Mike Pompeo, a déclaré publiquement qu’il ciblerait Assange et WikiLeaks comme l’équivalent d’un “service de renseignement hostile”.

Les apologistes de la CIA osent affirmer que la liberté de la presse n’était pas menacée car Assange et les militants de WikiLeaks n’étaient à leurs yeux pas de vrais journalistes.

Les hauts responsables du renseignement avaient l’intention de décider eux-mêmes qui est et qui n’est pas un journaliste, et ont fait pression sur la Maison Blanche pour reclasser d’autres journalistes très en vue comme des “courtiers en information”, qui devaient être ciblés comme s’ils étaient des agents d’une puissance étrangère.

Parmi les personnes contre lesquelles la CIA aurait voulu agir figurent Glenn Greenwald, fondateur du magazine Intercept et ancien chroniqueur du Guardian, et Laura Poitras, réalisatrice de documentaires.

Les arguments avancés étaient similaires à ceux employés par le gouvernement chinois pour réprimer la dissidence à Hong Kong, qui ont été très critiqués en Occident.

L’emprisonnement des journalistes en tant qu’espions a toujours été la norme dans les pays autoritaires, comme l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte, tandis que la dénonciation de la presse libre comme antipatriotique est une caractéristique plus récente des gouvernements populistes nationalistes qui ont pris le pouvoir à travers le monde.

Il n’est possible de donner qu’un bref aperçu de l’histoire extraordinaire révélée par Yahoo News, mais les journalistes qui l’ont écrite – Zach Dorfman, Sean D Naylor et Michael Isikoff – devraient remporter tous les prix de journalisme.

Leurs révélations devraient susciter un intérêt particulier en Grande-Bretagne, car c’est dans les rues du centre de Londres que la CIA a planifié l’attaque totalement illégale d’une ambassade, l’enlèvement d’un ressortissant étranger et son transfert secret aux États-Unis, avec l’option alternative de le tuer.

Il ne s’agissait pas d’idées farfelues de responsables du renseignement de bas niveau, mais d’opérations que Pompeo et l’agence avaient pleinement l’intention de mener à bien.

On pouvait s’attendre à ce que cette histoire incroyable et importante, fondée sur des sources multiples, fasse l’objet d’une large couverture et de nombreux commentaires éditoriaux dans les médias britanniques, sans parler du Parlement. De nombreux journaux ont consciencieusement publié des résumés de l’enquête, mais il n’y a pas eu de tollé.

Parmi les lacunes frappantes de la couverture, citons la BBC, qui n’en a parlé, pour autant que je sache, que dans le cadre de son information traitant de la Somalie. Channel 4, habituellement si prompte à défendre la liberté d’expression, n’a apparemment pas mentionné l’histoire du tout.

Comme on le sait, l’attaque de l’ambassade n’a jamais eu lieu, malgré la planification avancée. “Il y a eu une discussion avec les Britanniques sur le fait de tendre l’autre joue ou de détourner le regard lorsqu’une équipe de types [de la CIA] sera entrée et aura effectué l’enlèvement”, a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage américain, qui a ajouté que les Britanniques avaient refusé de permettre à l’opération d’avoir lieu.

Le gouvernement britannique a toutefois appliqué sa propre mesure, moins mélodramatique mais plus efficace, à l’encontre d’Assange, en le retirant de l’ambassade le 11 avril 2019 après qu’un nouveau gouvernement équatorien eut révoqué son asile.

Deux ans et demi plus tard, il est toujours détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, tandis que les États-Unis font appel d’une décision judiciaire de ne pas l’extrader vers les États-Unis au motif qu’il présenterait un risque de suicide.

S’il était extradé, il risquerait 175 ans de prison. Il est toutefois important de comprendre que seules cinq de ces peines relèveraient de la loi sur la fraude et les abus informatiques, tandis que les 170 autres années potentielles relèveraient de la loi sur l’espionnage de 1917, adoptée au plus fort de la fièvre patriotique de la guerre, alors que les États-Unis entraient dans la Première Guerre mondiale.

Un seul chef d’accusation mineur contre Assange concerne la divulgation par WikiLeaks, en 2010, d’un grand nombre de câbles diplomatiques américains et de rapports de l’armée concernant les guerres d’Irak et d’Afghanistan.

Les 17 autres chefs d’inculpation sont liés au fait d’assimiler une enquête journalistique normale à de l’espionnage.

La détermination de Pompeo à assimiler l’enquête journalistique à de l’espionnage est particulièrement pertinente en Grande-Bretagne, car la ministre de l’intérieur, Priti Patel, veut faire à peu près la même chose.

Elle propose d’actualiser la loi sur les secrets officiels afin que les journalistes, les dénonciateurs et les auteurs de fuites puissent être condamnés à des peines allant jusqu’à 14 ans de prison.

Un document consultatif publié en mai et intitulé Legislation to Counter State Threats (Hostile State Activity) redéfinit l’espionnage comme “le processus secret d’obtention d’informations confidentielles sensibles qui ne sont normalement pas accessibles au public”.

La véritable raison pour laquelle le scoop sur le complot de la CIA visant à enlever ou à tuer Assange a été largement ignoré ou minimisé est plutôt qu’il est injustement considéré comme un paria par tous les courants politiques : gauche, droite et centre.

Pour ne citer que deux exemples, le gouvernement américain n’a cessé de prétendre que les révélations de WikiLeaks en 2010 mettaient la vie d’agents américains en danger.

Pourtant, l’armée américaine a admis lors d’une audience en 2013 qu’une équipe de 120 agents de contre-espionnage n’avait pas réussi à trouver une seule personne en Irak et en Afghanistan qui soit morte à cause des divulgations de WikiLeaks.

En ce qui concerne les allégations de viol en Suède, beaucoup estiment qu’elles devraient à elles seules priver Assange de toute prétention à être un martyr de la liberté de la presse. Pourtant, le procureur suédois n’a mené qu’une “enquête préliminaire” et aucune accusation n’a été portée.

Assange est une victime classique de la “Cancel Culture” [culture de l’annulation], tellement diabolisé qu’il ne peut plus être entendu, même lorsqu’un gouvernement complote pour l’enlever ou l’assassiner.

En réalité, Khashoggi et Assange ont été poursuivis sans relâche par l’État parce qu’ils ont accompli le premier devoir des journalistes : découvrir des informations importantes que le gouvernement voudrait garder secrètes et les divulguer au public.

Patrick Cockburn

* Patrick Cockburn est un journaliste de The Independent spécialisé dans l’analyse de l’Irak, la Syrie et les guerres au Moyen-Orient. Il est l’auteur de Muqtada Al-Sadr, the Shia Revival, and the Struggle for Iraq et de Age of Jihad: Islamic State and the Great War for the Middle East.


Source: The independent

Traduction : Chronique de Palestine

Imprimer