Oskar Lafontaine, né à Sarrelouis en 1943, a été dans sa vie politique maire de Sarrebruck, Premier ministre de la Sarre, président du SPD, candidat à la chancellerie et ministre fédéral des Finances. En mars 1999, il a démissionné de tous ses postes politiques antérieurs au sein du SPD en raison de critiques à l’encontre de la ligne de gouvernement de Gerhard Schröder. Il a été président fondateur du parti DIE LINKE, né de sa propre initiative du PDS et Wahlalternative Arbeit & soziale Gerechtigkeit (WASG), président du groupe parlementaire de gauche au Bundestag allemand et tête de liste des campagnes électorales pour la Sarre parlement en 2009, 2012 et 2017. Jusqu’à sa démission du parti en mars 2022.


Oskar Lafontaine : « L’explosion des deux oléoducs est une déclaration de guerre à l’Allemagne » (dpa)


Le 1 décembre 2022 – www.elespiadigital.com 

« L’explosion des deux oléoducs est une déclaration de guerre à l’Allemagne et il est pathétique et lâche que le gouvernement allemand veuille balayer l’incident sous le tapis. Il dit qu’il sait quelque chose, mais qu’il ne peut pas le dire pour des raisons de sécurité nationale. » Ce sont les mots d’Oskar Lafontaine, un politicien allemand de longue date que n’a pas pu arrêter l’attentat du 25 avril 1990. En 1995, il a été élu président du SPD, ce qui a mené les sociaux-démocrates à la victoire aux élections de 1998. Dans le nouveau gouvernement social-démocrate, Lafontaine a occupé le poste de ministre des Finances et ce n’est qu’en 2010 qu’il a annoncé sa retraite de la politique.

« Cela fait longtemps que les moineaux le sifflent aux quatre vents : les États-Unis, dit Lafontaine,  ont mené l’attaque directement ou du moins ont donné le feu vert. Sans la connaissance et l’approbation de Washington, il n’aurait pas été possible de détruire les pipelines, qui constituent une attaque contre notre pays, affectent profondément notre économie et vont à l’encontre de nos intérêts géostratégiques. C’était un acte d’hostilité contre la République Fédérale, et pas seulement contre elle, ce qui montre une fois de plus que nous devons nous affranchir de la tutelle des Américains.


Deutsche Wirtschaftsnachrichten l’a interviewé ici


Dans votre nouveau livre « Love, It’s Time to Go! » vous appelez au retrait des troupes américaines d’Allemagne. N’est-ce pas irréaliste ?

Bien sûr, cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais l’objectif doit être clair : le retrait de toutes les installations militaires et armes nucléaires américaines d’Allemagne et la fermeture de la base aérienne de Rammstein. Nous devons constamment œuvrer dans ce sens et construire en même temps une architecture de sécurité européenne, car l’OTAN, dirigée par les États-Unis, est obsolète, comme l’a également reconnu le président français Emmanuel Macron. En effet, l’OTAN a depuis longtemps cessé d’être une alliance défensive et est devenue un outil pour renforcer la prétention des États-Unis à rester la seule puissance mondiale. Dans tous les cas, nous devons formuler nos propres intérêts, qui ne sont en rien compatibles avec ceux des États-Unis.

Vous dites que les Américains sont responsables de l’explosion du pipeline. Pensez-vous vraiment qu’ils quitteraient l’Allemagne sans combat ?

Non, ce sera un peu compliqué, mais je ne vois pas d’alternative. Si nous et d’autres pays européens restons sous la tutelle des États-Unis, ils nous pousseront à bout pour protéger leurs intérêts. Par conséquent, nous devons progressivement étendre notre portée, de préférence avec la France. Comme Peter Scholl-Latour, j’ai appelé il y a de nombreuses années à une alliance franco-allemande. À ce stade, la défense des deux États pourrait également être intégrée, en tant que noyau d’une Europe indépendante. Pour utiliser une expression désormais éculée : nous vivons les douleurs de la phase de transition d’un ordre mondial unipolaire à un ordre mondial multipolaire. Et ici se pose la question de savoir si nous prendrons une place indépendante dans ce nouvel ordre mondial ou si nous nous laisserons entraîner dans les conflits de Washington avec Moscou et Pékin, en tant que vassaux des États-Unis.

Dans son livre, il cite Machiavel : « Ce n’est pas celui qui prend les armes le premier qui provoque le désastre, mais celui qui le force ». Faites-vous référence au conflit en Ukraine ?

Bien sûr, je fais également référence au conflit ukrainien, qui a commencé avec le coup d’État de Kyiv Maidan en 2014. Depuis lors, les États-Unis et leurs vassaux occidentaux arment l’Ukraine et la préparent systématiquement à la guerre contre la Russie. De cette façon, l’Ukraine est devenue un membre de facto de l’OTAN, même si ce n’est pas un membre de jure. Cette histoire a été délibérément ignorée par les politiciens occidentaux et les médias grand public.

Cependant, l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe est une violation impardonnable du droit international. Des gens meurent chaque jour et tout le monde, Moscou, Kyiv ou Washington, est largement responsable du fait qu’il n’y a toujours pas de cessez-le-feu. Depuis plus de 100 ans, l’objectif déclaré de la politique américaine est d’empêcher à tout prix l’industrie et la technologie allemandes de fusionner avec les matières premières russes. Il est absolument clair que nous avons affaire à une guerre par procuration des États-Unis contre la Russie, préparée de longue date. Il est inexcusable que le SPD en particulier trahisse ainsi l’héritage de Willy Brandt et sa politique de détente et n’insiste même pas sérieusement sur le respect de l’accord de Minsk.

Alors, les États-Unis ont-ils atteint leurs objectifs de guerre ?

Oui et non. Quant à l’endiguement des relations entre la Fédération de Russie et l’UE, ils ont réussi. Ils ont également réussi à écarter, pour le moment, l’UE et l’Allemagne comme rivaux géostratégiques et économiques potentiels. Plus encore qu’avant le conflit ukrainien, ils déterminent désormais les politiques des États de l’UE, notamment grâce aux politiciens complaisants de Berlin et de Bruxelles. Ils peuvent vendre leur gaz de fracturation sale et l’industrie américaine de l’armement fait du commerce avec des bombes.

En revanche, ils n’ont pas réussi à « ruiner la Russie », comme l’a dit Mme Baerbock, l’une de leurs porte-parole, en renversant Poutine et en installant un gouvernement fantoche à Moscou pour avoir un meilleur accès aux matières premières russes comme à l’époque d’Eltsine. Et j’ai l’impression que les États-Unis se rendent compte qu’ils mordent la poussière ( ?). Malgré des livraisons massives d’armes à l’Ukraine et l’envoi de nombreux « conseillers militaires », la Russie, puissance nucléaire, ne peut être vaincue militairement. De plus, les sanctions occidentales se révèlent être un boomerang : elles nuisent davantage aux États occidentaux qu’à la Russie et conduiront à la désindustrialisation, au chômage et à la pauvreté.

Donc tout va mal à partir de maintenant ?

Nous devons de toute urgence mettre fin au conflit en Ukraine. Et cela ne sera possible que si les États-Unis abandonnent leur plan visant à mettre la Russie à genoux avant d’affronter la Chine. Cela nécessite une initiative européenne, qui doit venir de la France et de l’Allemagne.

Si nous ne le faisons pas, et si nous ne parvenons pas rapidement à un accord avec la Russie sur les importations de matières premières et d’énergie, l’économie de l’Allemagne et de l’Europe s’effondrera et les partis de droite deviendront de plus en plus puissants en Europe.

Source: www.elespiadigital.com

(Traduction google révisée)

Imprimer