Les États membres de l’UE débattent de la mise en place d’un « Fonds de défense de l’Ukraine » qui pourrait atteindre jusqu’à 20 milliards d’euros afin de continuer à équiper les forces armées du pays pour les quatre prochaines années.

Selon la nouvelle proposition présentée lundi (17 juillet) par le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), le service diplomatique de l’UE, qui devrait être discutée par les ministres des Affaires étrangères jeudi (20 juillet), le fonds relèverait de la Facilité européenne pour la paix (FEP).

Au cours de l’année écoulée, le fonds intergouvernemental a été utilisé pour rembourser les États membres pour leurs livraisons de matériel létal et non létal à Kiev, pour envoyer de l’aide à d’autres partenaires dans le voisinage de l’Union et pour financer des missions et des opérations diverses.

Jusqu’à présent, l’UE a alloué 5,6 milliards d’euros à l’Ukraine dans le cadre du FEP. Toutefois, les négociations au niveau de l’UE se sont avérées laborieuses, les compléments au fonds se heurtant souvent à des retards ou à l’opposition de la Hongrie.

La nouvelle proposition de fonds dédié à l’Ukraine permettrait de continuer à aider les États membres à couvrir leurs propres coûts d’achat et de don d’équipements militaires, tels que les munitions, les missiles et les véhicules blindés, ont indiqué trois diplomates de l’UE.

Il permettrait également de financer la formation des soldats ukrainiens dans le cadre de la mission de formation militaire de l’UE (EUMAM), lancée par l’Union en novembre de l’année dernière, ont-ils déclaré.

La proposition, qui pourrait être adoptée d’ici l’automne, pourrait permettre de porter le plafond financier de l’aide à 20 milliards d’euros pour quatre ans, ont ajouté les diplomates.

Cette initiative intervient alors qu’au cours de l’année écoulée, les Européens ont brisé les tabous de l’Union en matière de défense, d’abord en utilisant la FEP afin de financer le remboursement des livraisons d’armes à l’Ukraine, puis en achetant des munitions en commun.

Le « Fonds de défense de l’Ukraine » s’inscrirait dans le cadre des efforts plus larges déployés par l’UE pour démontrer son engagement durable à long terme envers l’Ukraine. Cette idée a été lancée par le chef de la diplomatie du bloc, Josep Borrell, lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union le mois dernier.

« Il faut faire en sorte que l’Ukraine soit en mesure de se défendre », a déclaré M. Borrell aux journalistes. « Ainsi, la Facilité européenne pour la paix en faveur de l’Ukraine devrait peut-être devenir un nouveau fonds de défense pour l’Ukraine ».

« Deux choses sont importantes : premièrement [pour montrer au reste du monde] que notre engagement est solide, y compris pour nos alliés et amis — c’est un signal politique que nous soutiendrons les questions de sécurité de l’Ukraine à long terme, aussi longtemps qu’il le faudra », a affirmé un haut fonctionnaire de l’UE.

« Deuxièmement, et cela vaut tant pour l’extérieur que pour l’intérieur de l’Union, nous devons rendre l’aide [à l’Ukraine] prévisible », a-t-il ajouté.

« Il est évident que notre niveau de soutien à l’Ukraine est désormais si élevé que l’argent alloué à la Facilité européenne pour la paix en faveur de l’Ukraine sera épuisé, nous devons parler de l’avenir, et l’avenir commencera très bientôt », a-t-il ajouté.

Cette initiative intervient après que les dirigeants de l’UE se sont engagés pour la première fois, lors de leur sommet du mois dernier, à fournir des « engagements en matière de sécurité » à l’Ukraine.

À cette fin, le SEAE a élaboré un projet de plan prévoyant une série de garanties de sécurité que l’UE pourrait apporter à l’Ukraine dans les années à venir.

Source: Euractiv.fr