Vestiges de la roquette MLRS Uragan qui a frappé la maternité de Donetsk le 13 juin. Eva Bartlett / RT


Eva Bartlett est une journaliste indépendante canadienne. Elle a passé des années sur le terrain à couvrir les zones de conflit au Moyen-Orient, notamment en Syrie et en Palestine (où elle a vécu pendant près de quatre ans).

Lorsque la culpabilité de Kiev dans les attaques contre une maternité ne peut être niée, elle est simplement balayée sous le tapis.

Par Eva Bartlett, 16 juin 2022, RT

À la suite des intenses bombardements ukrainiens sur Donetsk le 13 juin, certains médias occidentaux, en tandem avec des médias de Kiev, ont sans surprise affirmé que l’attaque – qui a tué au moins cinq civils et frappé une maternité très fréquentée – avait été perpétrée par les forces russes.

La raison pour laquelle Moscou lancerait des roquettes sur ses propres alliés n’a pas été expliquée, et cela n’aurait pas beaucoup de sens.

Le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Donetsk a déclaré : « Un tel raid sans précédent. en termes de puissance, de densité et de durée des tirs, sur la capitale de la RPD n’a pas été enregistré pendant toute la période du conflit armé [depuis 2014]. En deux heures, près de 300 roquettes MLRS et obus d’artillerie ont été tirés. »

Les bombardements ukrainiens ont commencé en fin de matinée, ont repris dans l’après-midi et se sont poursuivis pendant deux heures supplémentaires dans la soirée, une série assourdissante de détonations dans toute la ville, terrorisant les habitants et visant les immeubles d’habitation, les infrastructures civiles, l’hôpital susmentionné et les bâtiments industriels.

 

Imprimer