Pourquoi les États-Unis colportent-ils des mensonges dangereux sur une “invasion russe” de l’Ukraine ?

Il est maintenant intéressant de voir comment la machine de propagande américaine va réagir à la perspective “troublante” de la paix, alors que tant d’argent avait été investi dans le résultat inverse.


Par Robert Bridge

Publié le 17 février 2022 sur Strategic culture sous le titre Why Is the U.S. Peddling Dangerous Lies About a ‘Russian Invasion’ of Ukraine?


Alors que l’administration Biden continue de diffuser une propagande résolument pro-guerre, en criant au loup qu’une “invasion russe” de l’Ukraine va se déclencher à tout moment, il est essentiel de comprendre les raisons pour lesquelles les décideurs américains emploient une rhétorique aussi irresponsable et dangereuse.

Ironiquement, si un conflit militaire devait réellement éclater entre la Russie et l’Ukraine, le pays qui serait le plus surpris est celui qui s’est rendu coupable de colporter le plus de fausses informations à ce jour : oui, les États-Unis de l’hystérie.

Au cours du week-end, au milieu d’un torrent de “renseignements classifiés” anonymes indiquant qu’une “invasion russe” se profilait à l’horizon, Kiev a mis Washington au pied du mur et a demandé une chose que les États-Unis ne fournissent presque jamais à leurs amis comme à leurs ennemis (il suffit de se rappeler les jours précédant la guerre en Irak), à savoir des preuves solides comme le roc.

“Si vous ou toute autre personne avez des informations supplémentaires sur l’invasion 100 % russe en Ukraine à partir du 16 [février], veuillez-nous les communiquer”, a remarqué ironiquement le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une conférence de presse du week-end. “Nous travaillons quotidiennement, en recevant des informations de nos services de renseignement. Nous sommes également reconnaissants envers les autres agences de renseignement d’autres pays.”

Cette demande surprise du dirigeant ukrainien, qui semblait enfin comprendre que les choses devenaient réelles, et rapidement, a incité la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à faire remarquer : “Avez-vous déjà vu quelque chose comme ça ?… Depuis deux mois, [les puissances occidentales] se moquent du bon sens et du peuple ukrainien, tout en mettant en œuvre une nouvelle campagne de provocation mondiale.”

Enfin, les États-Unis ont tout intérêt à alimenter la crise ukrainienne, non seulement pour maintenir leurs alliés de l’OTAN en formation (et les ventes d’armes), mais aussi pour saboter le gazoduc russe Nord Stream 2 vers l’Allemagne. Ce profond partenariat économique entre Moscou et Berlin, qui lie la Russie à l’Union européenne de manière plus que symbolique, est en totale contradiction avec l’objectif stratégique primordial du gouvernement américain, qui est d’empêcher l’émergence d’une alliance germano-russe qui, avec la Chine, créerait une puissance mondiale alternative capable de contester le statut de “superpuissance solitaire” de Washington, qui semble déjà meurtri et malmené par les cordes.

Naturellement, Zelensky n’a jamais reçu de “renseignements spéciaux” prouvant que les Russes faisaient tourner leurs moteurs en vue d’une attaque en règle du territoire ukrainien. Ce que le dirigeant ukrainien a reçu au lieu de renseignements intelligents, c’est un appel téléphonique du président américain Joe Biden, qui aurait prononcé les mêmes allusions réchauffées à l’éternel croquemitaine connu sous le nom d'”agression russe”.

Que se passe-t-il donc ici ? Pourquoi l’administration Biden s’obstine-t-elle à promouvoir la fiction d’une “invasion russe” alors qu’il n’y a absolument aucune preuve que Moscou poursuive une telle mésaventure ?

Tout d’abord, il est important de se rappeler que la jungle de la politique intérieure américaine a tendance à déborder sur la scène géopolitique, avec toutes les conséquences fâcheuses que cela implique. À l’heure actuelle, les démocrates luttent pour leur survie politique, les élections de mi-mandat approchant à grands pas en novembre. Alors que l’économie américaine est en lambeaux et que les Américains s’opposent à des expériences de guerre radicales – qui vont des réglementations draconiennes contre les covidés, que les démocrates ont adoptées avec un enthousiasme déconcertant, à l’enseignement de la théorie de la race critique et des modes de vie transgenres en classe – de nombreux experts estiment que les démocrates vont perdre le contrôle de la Chambre des représentants par une large marge, puis celui de la Maison-Blanche en 2024.

En d’autres termes, Biden, dont la popularité est au plus bas depuis le début de sa présidence, a désespérément besoin d’un tour de piste devant le public local – et de préférence sans les chants “Let’s Go Brandon”, si possible. Et quel meilleur moyen d’obtenir cette gloire que de dire qu’il a microgéré l’arrêt d’une “invasion russe”, même si celle-ci n’existait que dans son imagination ? Les médias américains étant presque entièrement dans la poche de la gauche, les nouvelles du “triomphe” de Biden seront largement diffusées pour la consommation de masse, avec seulement Tucker Carlson et quelques autres voix dissidentes pour se moquer de l’éblouissant “exploit” du commandant en chef vieillissant.

Ce qui est encore plus troublant, c’est que la Maison Blanche de Biden, qui manque totalement de profondeur lorsqu’il s’agit d’expertise en matière de politique étrangère (comme c’est malheureusement le cas avec le Royaume-Uni, d’ailleurs, ce qui est devenu douloureusement apparent lorsque le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov a rencontré la semaine dernière son homologue britannique, Liz Truss, qui a fait forte impression lorsqu’elle a juré de ne “jamais” accepter le renforcement militaire de Rostov et de Voronej, ignorant apparemment qu’il s’agit de grandes villes situées en Russie occidentale), imagine probablement que tout conflit théorique entre la Russie et l’Ukraine resterait une lointaine guerre par procuration où les États-Unis et leurs alliés restent en sécurité. Les États-Unis et leurs alliés resteront à l’écart des retombées. Ainsi, ils se sentiront davantage obligés de donner à Kiev un faux sentiment de sécurité en lui faisant croire que l’OTAN viendra à son secours en cas d’urgence.

Sur ce point, on peut espérer que le dirigeant ukrainien n’a pas oublié le sort réservé à l’ancien président géorgien Mikhail Saakashvili en août 2008, lorsqu’il a pris la décision irréfléchie de lancer une attaque surprise contre la ville de Tskhinvali, en Ossétie du Sud, où étaient stationnés des soldats de la paix russes. Un rapport indépendant commandé par l’Union européenne a imputé à Saakashvili, qui misait tout sur l’intervention de l’OTAN, le déclenchement de la guerre de cinq jours avec la Russie.

Enfin, les États-Unis ont tout intérêt à alimenter la crise ukrainienne, non seulement pour maintenir leurs alliés de l’OTAN en formation (et les ventes d’armes), mais aussi pour saboter le gazoduc russe Nord Stream 2 vers l’Allemagne. Ce profond partenariat économique entre Moscou et Berlin, qui lie la Russie à l’Union européenne de manière plus que symbolique, est en totale contradiction avec l’objectif stratégique primordial du gouvernement américain, qui est d’empêcher l’émergence d’une alliance germano-russe qui, avec la Chine, créerait une puissance mondiale alternative capable de contester le statut de “superpuissance solitaire” de Washington, qui semble déjà meurtri et malmené par les cordes.

Au moment où nous écrivons ces lignes – le 15 février – le ministère russe de la défense a publié des images de chars et d’autres pièces d’artillerie lourde russes rentrant en Russie depuis le Belarus voisin après des exercices militaires, ce qui réduit sérieusement à néant le récit de l'”agression russe”. La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, n’a pas manqué l’occasion de faire honte aux responsables américains et européens pour leur insistance à dire que la Russie se préparait à lancer une frappe militaire contre son voisin.

“Le 15 février 2022 restera dans l’histoire comme le jour où la propagande de guerre occidentale a échoué”, a-t-elle écrit, ajoutant que l’Occident a été “déshonoré et détruit sans avoir tiré un seul coup de feu.”

Il sera intéressant maintenant de voir comment la machine de propagande américaine réagira à la perspective “troublante” de la paix, alors que tant de choses avaient été investies sur le résultat exactement inverse.

Robert Bridge

Source: Strategic culture

Traduction: Olinda/Arrêt sur info