Roger Waters espère qu’Assange reprendra le flambeau

Par Marie-louise Gumuchian – Traduit de l’anglais

Le musicien et auteur-compositeur-interprète Roger Waters a déclaré qu’il espérait que Julian Assange, désormais libre, pourrait un jour reprendre son travail avec WikiLeaks s’il le souhaitait, et qu’il était prêt à contribuer au financement de l’organisation médiatique qui dénonce les abus.

Roger Waters. Crédit photo:  Eric SlomansonZUMA Press

Le cofondateur de Pink Floyd, qui demande depuis longtemps la libération de l’éditeur australien incarcéré en Grande-Bretagne, a déclaré à Reuters qu’il avait échangé des “messages de soulagement” avec Stella, l’épouse de M. Assange, depuis son arrivée à Canberra la semaine dernière.

M. Waters a également rendu visite à M. Assange en prison l’année dernière, en compagnie de Mme Stella et de l’ancien ministre grec des finances, Yanis Varoufakis.

M. Assange a atterri en Australie après avoir plaidé coupable d’avoir enfreint la loi américaine sur l’espionnage, dans le cadre d’un accord qui le libère d’une bataille judiciaire qui a duré 14 ans. Waters a déclaré que M. Assange se trouvait désormais “dans un endroit secret” avec sa famille.

S’il le peut (retourner à WikiLeaks), si c’est dans son cœur et si c’est ce qu’il veut faire, je suis sûr qu’il a les couilles de le faire“, a déclaré M. Waters lors d’une interview. “Cela reste à voir“. À la question de savoir si M. Assange serait en état de le faire, M. Waters a répondu : “Il faudrait demander à Julian Assange s’il est en état de le faire. Il faudrait demander à Julian… mais je l’espère. Je croise les doigts. Mais j’espère surtout qu’il verra ses garçons grandir et qu’ils pourront parler à leur père“.

Stella Assange a déclaré qu’il était trop tôt pour dire ce que son mari ferait ensuite et qu’il avait besoin de temps pour se rétablir et “s’habituer à la liberté“. M. Assange ne s’est pas exprimé publiquement depuis sa libération.

WikiLeaks cite plusieurs organisations internationales de médias parmi ses coéditeurs, ses partenaires de recherche et ses bailleurs de fonds. Il précise également qu’il s’agit d’une organisation à but non lucratif financée par des dons publics.

À la question de savoir s’il serait prêt à contribuer au financement de WikiLeaks, fondé par M. Assange en 2006, M. Waters a répondu : “Bien sûr. Bien sûr. Je veux dire que je ne peux pas tout financer. Je veux qu’ils encouragent les lanceurs d’alerte du monde entier à s’adresser à eux“.


Reportage de Marie-Louise Gumuchian- Rédaction de Miral Fahmy

Lire la suite sur Reuters.com