Champ de Mars au cimetière militaire de Lychakiv à Lviv, Ukraine, décembre 2023. (Président de l’Ukraine/Wikimedia Commons)

Vendredi, alors que le régime ukrainien tirait une vague de missiles ATACMS à longue portée fournis par les États-Unis sur les forces russes en Crimée, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a appelé à une vaste escalade de la guerre, dans laquelle l’Ukraine utiliserait des missiles de l’OTAN pour bombarder la Russie

L’escalade de l’OTAN, en réponse à l’effondrement accéléré des forces armées ukrainiennes, démasque rapidement ses propres mensonges sur la guerre. Alors que Stoltenberg s’adressait à The Economist, Reuters publiait une série d’entretiens avec de hauts collaborateurs du président russe Vladimir Poutine, appelant les puissances de l’OTAN à un cessez-le-feu et mettant en garde contre le danger d’une guerre nucléaire. Ce n’est pas Moscou, mais les puissances de l’OTAN dirigées par Washington qui sont à l’origine de la guerre, menaçant de déclencher rapidement une guerre totale en Europe et dans le monde.

Faisant écho aux remarques du secrétaire d’État américain Anthony Blinken et du ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, Stoltenberg a appelé l’Ukraine à utiliser des missiles à longue portée de l’OTAN pour bombarder la Russie. « Le temps est venu pour les alliés de se demander s’ils doivent lever certaines des restrictions qu’ils ont imposées à l’utilisation des armes qu’ils ont données à l’Ukraine », a-t-il déclaré. Il a ajouté : « Refuser à l’Ukraine la possibilité d’utiliser ces armes contre des cibles militaires légitimes sur le territoire russe rend très difficile pour eux de se défendre. »

« Nous ne serons pas partie prenante du conflit », a promis Stoltenberg. Cependant, il a rapidement fait valoir que l’OTAN devrait donner à l’Ukraine un chèque en blanc pour utiliser ses armes pour toutes les frappes qu’elle souhaite contre des cibles en Russie, déclarant : « L’Ukraine a le droit de se défendre. Et cela inclut de frapper des cibles sur le territoire russe. »

Stoltenberg cache sa proposition imprudente d’escalade derrière le mensonge que cela n’impliquera pas l’OTAN dans une guerre directe avec la Russie. Mais dans les cercles dirigeants, on sait très bien que c’est faux. La fuite d’un appel entre des officiers militaires allemands a révélé que des troupes américaines et britanniques se trouvent déjà en Ukraine pour aider les troupes ukrainiennes à cibler les missiles lancés contre la Russie. Sur cette base, les responsables russes ont menacé d’attaquer les pays de l’OTAN qui fournissent à l’Ukraine des armes pour bombarder la Russie.

Stoltenberg a fait valoir que l’amélioration de la stratégie de l’OTAN signifiait prendre toutes les mesures nécessaires pour infliger une défaite humiliante et dévastatrice à la Russie. Le problème avec la stratégie actuelle, a-t-il affirmé, est que les gouvernements de l’OTAN veulent que « l’Ukraine gagne de manière à ce que la Russie ne perde pas ».

Une difficulté centrale à laquelle les élites dirigeantes sont confrontées est une profonde opposition populaire à une implication directe de l’OTAN dans la guerre. Les sondages montrent que 68 pour cent des Français, 80 pour cent des Allemands et 90 pour cent des Polonais s’opposent à des mesures telles que l’envoi de troupes en Ukraine qui pourraient conduire à une guerre totale. Cependant, il reste une sous-estimation substantielle dans la population du danger que les puissances impérialistes de l’OTAN réussissent à déclencher une telle guerre dans un avenir proche.

Stoltenberg a avancé une justification pour attaquer la Russie, même si la Russie n’avait pas attaqué physiquement l’OTAN. Affirmant que les allégations de cyberattaques russes de l’OTAN pourraient déclencher une invocation de l’article 5 du traité de l’OTAN pour justifier la guerre, il a déclaré : « Si les [cyberattaques russes] sont suffisamment graves […] alors nous pouvons déclencher l’article 5 et répondre dans le cyber, mais aussi dans d’autres domaines pour protéger les alliés de l’OTAN. »

Cette affirmation est stupéfiante. Les cyberattaques sont extrêmement difficiles à tracer et une cyberattaque pourrait facilement être lancée à partir d’ordinateurs basés en Russie par quelqu’un d’extérieur à la Russie ; cependant, cela servirait quand même, selon le raisonnement de Stoltenberg, à justifier une action militaire de l’OTAN contre la Russie. Dans un acte d’imprudence totale et monumentale, il justifie une agression militaire contre une grande puissance dotée de l’arme nucléaire.

Les appels des responsables de l’OTAN à une action militaire qui, selon Moscou, conduiront à une guerre totale montrent que, dans les classes dirigeantes des principaux pays de l’OTAN, la décision de la guerre avec la Russie a déjà été prise. Les principaux politiciens des États membres de l’OTAN admettent qu’une telle guerre est activement planifiée.

Vendredi, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré au média d’État russe RT : « Ce qui se passe aujourd’hui à Bruxelles et à Washington […] ressemble à un échauffement pour un éventuel conflit militaire direct. Nous pouvons appeler cela la préparation de l’entrée en guerre de l’Europe. Il a ajouté, selon RT, qu’« il existe des groupes de travail au sein de l’OTAN qui évaluent les meilleurs moyens pour le bloc de renforcer davantage sa participation au conflit ».

Orban a affirmé que son gouvernement voulait trouver des moyens d’éviter de s’impliquer dans la guerre que l’OTAN prépare fébrilement contre la Russie : « La position de la Hongrie doit être redéfinie, nos avocats et nos responsables travaillent sur les moyens de permettre à la Hongrie de continuer à exister en tant que membre de l’OTAN sans participer aux activités de l’OTAN en dehors du territoire du bloc. Nous devons créer une nouvelle approche, une nouvelle définition de notre position en tant que force de paix au sein de l’OTAN. »

Ces promesses ne valent rien. Si l’OTAN attaque la Russie, la Hongrie – comme d’autres États d’Europe de l’Est dont les dirigeants expriment des inquiétudes au sujet de la guerre, tels que la Slovaquie et la Bulgarie – sera entraînée dans une guerre continentale et mondiale et dévastée, quelle que soit la position juridique de son gouvernement. En outre, si la guerre n’est pas rapidement arrêtée, ces pays et la majeure partie du monde seront incinérés par les armes nucléaires.

Il n’y a pas de voie nationale pour éviter la catastrophe que l’OTAN est en train de déclencher. Les implications désastreuses de la dissolution de l’Union soviétique par les régimes staliniens et de la restauration du capitalisme en Europe de l’Est en 1989-1991 sont de plus en plus évidentes. Les puissances impérialistes ont été autorisées à monter les ex-républiques soviétiques les unes contre les autres, en utilisant l’Ukraine comme base de guerre contre la Russie, et l’Europe de l’Est a rejoint une alliance de l’OTAN qui, sous des discours sur les droits de l’homme et la démocratie, mène sans pitié des guerres impérialistes.

La faillite de toute opposition nationale à l’impérialisme apparaît clairement dans la politique de Poutine. Il a lancé son invasion réactionnaire de l’Ukraine en 2022 pour tenter de contraindre les puissances de l’OTAN à négocier un accord avec lui pour cesser d’armer l’Ukraine contre la Russie, dans l’espoir que la vaste puissance militaire de la Russie amènerait les puissances de l’OTAN à la table des négociations. Mais cela s’est avéré être une illusion. Alors même que l’armée russe écrase les unités ukrainiennes armées par l’OTAN sur le champ de bataille, les puissances de l’OTAN redoublent d’efforts pour un changement de régime ou une guerre contre la Russie.

Vendredi, Reuters a publié un reportage intitulé « Poutine veut un cessez-le-feu en Ukraine sur les lignes de front actuelles » basé sur des entretiens avec cinq hauts responsables russes qu’il a décrits comme « familiers avec les discussions dans l’entourage de Poutine » ou comme ayant « travaillé avec Poutine ». Ces personnes ont toutes souligné que le Kremlin n’avait pas l’intention d’utiliser son avantage militaire pour s’emparer de grandes quantités de territoire ukrainien et qu’il cherchait désespérément un cessez-le-feu avec l’OTAN.

« Poutine peut se battre aussi longtemps qu’il le faudra, mais Poutine est également prêt à un cessez-le-feu pour geler la guerre », a déclaré une source à Reuters. Cette personne, a ajouté Reuters, a déclaré que Poutine « avait exprimé sa frustration à un petit groupe de conseillers au sujet de ce qu’il considère comme des tentatives soutenues par l’Occident de contrecarrer les négociations et la décision du président ukrainien Volodymyr Zelensky d’exclure les pourparlers ».

Une autre source, soulignant que l’offensive actuelle de la Russie ne vise pas à écraser l’armée et le régime ukrainiens, a promis : « Poutine conquerra lentement des territoires jusqu’à ce que [le président ukrainien Volodymyr] Zelensky propose une entente de cessez-le-feu. »

Ces sources ont souligné que Poutine est préoccupé par l’opposition populaire en Russie à être enrôlé pour la guerre, ainsi que par la guerre nucléaire. « Deux des sources ont cité les inquiétudes russes concernant le danger croissant d’escalade avec l’Occident, y compris l’escalade nucléaire, sur l’impasse ukrainienne », a rapporté Reuters, ajoutant : « Trois sources ont déclaré que Poutine comprenait que toute nouvelle avancée majeure nécessiterait une autre mobilisation nationale, ce qu’il ne voulait pas. »

Les commentaires de Stoltenberg, Blinken et Cameron montrent toutefois que les puissances de l’OTAN n’ont aucun intérêt à conclure un accord avec Poutine. Ils ciblent la Russie et Poutine dans une guerre pour un changement de régime. Une escalade catastrophique de ce qui a déjà émergé comme une Troisième Guerre mondiale en Europe ne peut être évitée que par la construction dans la classe ouvrière d’un mouvement socialiste de masse contre la guerre impérialiste, unifiant les travailleurs dans la lutte contre les gouvernements de l’OTAN et leurs alliés, et le régime capitaliste russe post-soviétique de Poutine.

Alexandre Lantier

Source : WSWS, 27 mai 2024