Photo aérienne du camp Bondsteel, Kosovo, KFOR. Crédit image Wikipedia


Dans le cas du Kosovo également, l’Occident n’exerce aucune pression sur le camp qu’il soutient pour qu’il respecte un accord international. Il ne semble pas non plus que les États-Unis et l’UE fassent quoi que ce soit pour contribuer fondamentalement à une résolution pacifique de cette crise. La comparaison avec l’Ukraine s’impose d’elle-même.

Par Aleksandar Pavić

Paru le 1er août 2022 sur Pressefreiheit

En plus du conflit en Ukraine, l’Europe est maintenant confrontée à la perspective d’un nouveau conflit au Kosovo, la province sécessionniste de la Serbie officiellement appelée Kosovo et Metohija (Metohija) en vertu de la constitution serbe.

La sécession unilatérale du Kosovo a été reconnue par les grandes puissances occidentales en 2008. Cette reconnaissance est intervenue neuf ans après l’attaque de la Serbie et de la République fédérale de Yougoslavie par l’OTAN et après que les forces de l’OTAN ont occupé la province et contribué à l’installation d’un gouvernement dirigé par des Albanais de souche et dominé par d’anciens membres de l’organisation terroriste Armée de libération du Kosovo.

Premier ministre Albin Kurti en 2020. Crédit image: Wikipedia

La crise actuelle a été déclenchée par le premier ministre d’origine albanaise du Kosovo, Albin Kurti. Il avait initialement l’intention de délivrer des papiers et des plaques d’immatriculation provisoires kosovars et de forcer la population majoritairement serbe de la région nord à adopter des plaques d’immatriculation et des papiers d’identité kosovars à partir du 1er août, faute de quoi elle serait interdite d’entrée dans la province.

Kurti a tenté un coup similaire en septembre 2021, déclenchant une crise au cours de laquelle les résidents serbes du nord du Kosovo ont organisé des barrages routiers tandis que la police kosovare aurait intimidé et battu des civils serbes. Pendant ce temps, les autorités de Belgrade ont placé l’armée serbe en état d’alerte et ordonné le survol de la province du Kosovo par des avions de chasse. L’UE a fini par négocier un accord temporaire qui devait durer jusqu’à la conclusion d’un accord définitif. Cet accord final aurait dû être conclu en avril 2022 sous les auspices de l’UE. Mais rien n’en est sorti.

Du Kosovo à l’Ukraine, il semble y avoir un modèle en termes d’accords impliquant des puissances occidentales. Depuis le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine cette année, le gouvernement russe a souligné à plusieurs reprises que l’Occident n’a jamais fait pression sur Kiev pour qu’il remplisse sa part de l’accord de paix de Minsk II de 2015, qui visait à mettre fin à l’impasse avec les républiques du Donbass.

Récemment, l’ancien président ukrainien Petro Porochenko a ouvertement admis que l’Ukraine n’a jamais eu l’intention de respecter l’accord, mais qu’elle ne faisait que gagner du temps jusqu’à ce qu’elle puisse construire une armée capable de dominer le Donbass.

La situation au Kosovo n’est pas très différente. En avril 2013, l’UE a négocié un accord entre Pristina et Belgrade, dit « accord de Bruxelles », en vertu duquel la Serbie devait démanteler ses structures policières et judiciaires parallèles au Kosovo et convaincre les Serbes du Kosovo d’intégrer les systèmes juridiques et policiers du Kosovo, mais sans reconnaître l’indépendance du territoire. Malgré un tollé général, les autorités de Belgrade ont rempli leur part des obligations de l’accord.

L’accord comportait toutefois une deuxième partie qui exigeait que Pristina forme une union municipale serbe dotée de pouvoirs locaux importants. Les obligations albanaises de l’accord de Bruxelles n’ont pas été remplies à ce jour. Ou, comme l’a fait remarquer le président serbe Aleksandar Vučić le 31 juillet, 3 390 jours se sont écoulés depuis la signature de l’accord de Bruxelles et on ne voit toujours pas de signes d’association.

Comme dans le cas de l’Ukraine, l’Occident collectif n’a exercé absolument aucune pression sur la partie kosovare qu’il soutient pour qu’elle remplisse sa part de l’accord international signé. Et encore une fois, comme dans le cas de l’Ukraine, cela a encouragé Pristina à adopter une attitude de plus en plus belliqueuse, qui pourrait très bien conduire à un conflit plus grave.

En raison du conflit ukrainien, on trouve un autre ingrédient dans le cadre du Kosovo. À savoir, les Serbes – tant en Serbie qu’en Bosnie-Herzégovine – sont pratiquement les seuls parmi les peuples européens à refuser de se joindre aux sanctions occidentales contre la Russie et à manifester constamment leur soutien ouvert à l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine. En conséquence, le gouvernement de Belgrade est soumis à une pression constante et croissante de la part des principaux centres de pouvoir occidentaux, ainsi que de l’UE et de l’OTAN, pour qu’il modifie sa position à l’égard de la Russie et se joigne au suicide économique collectif de l’Occident.

Étant donné que Belgrade s’est avérée être une noix difficile à casser diplomatiquement pour l’Occident lorsqu’il s’agit de faire de la Serbie l’antagoniste de la Russie, il n’est pas exagéré d’imaginer que les Albanais du Kosovo sont utilisés par l’Occident comme un outil utile pour resserrer davantage les vis de Belgrade, de la même manière cynique que les infortunés Ukrainiens sont utilisés pour faire pression sur la Russie et l’affaiblir.

Les jours et les semaines à venir mettront certainement beaucoup de choses en lumière. Le répit temporaire offert par le moratoire d’un mois sur l’interdiction des plaques d’immatriculation et des cartes d’identité serbes jusqu’au 1er septembre peut sembler encourageant. Cependant, il faut toujours garder à l’esprit que l’Occident dispose de tous les outils nécessaires pour faire pression sur Pristina afin qu’elle applique enfin l’accord de Bruxelles et qu’elle se comporte de manière équitable. Le Kosovo est totalement dépendant d’un flux constant d’injections financières occidentales et des garanties de sécurité de l’OTAN.

Le président serbe a déclaré publiquement que la Serbie n’était pas intéressée par une reprise du conflit, mais elle ne permettra pas non plus que la population serbe soit opprimée et maltraitée par l’appareil de sécurité du Kosovo.

Si les principales puissances occidentales ne freinent pas Kurti et ne lui permettent pas d’utiliser la force et de prendre les mesures unilatérales qu’il a annoncées en septembre ou même avant, plutôt que de le presser de respecter un accord signé, cela peut signifier au moins deux choses :

Premièrement, que la menace d’un regain de violence au Kosovo est utilisée par l’Occident pour extorquer en coulisses de nouvelles concessions à Belgrade, ce qui impliquerait la formation d’un nouveau gouvernement serbe, ou deuxièmement, que les élites politiques assiégées de l’Occident souhaitent et ont peut-être désespérément besoin du déclenchement d’un autre conflit en Europe. Ou peut-être même les deux.

La seule chose qui reste, malheureusement, difficile à imaginer est que les États-Unis et l’UE fassent réellement quelque chose pour contribuer fondamentalement à une résolution pacifique de cette crise.

Aleksandar Pavić

Source: Pressefreiheit

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer