L’éviction de fonctionnaires ukrainiens favorisés par l’Occident met en évidence le pouvoir du régime Zelensky de manipuler ses donateurs.

Tarik Cyril Amar, est un historien allemand travaillant à l’université Koç d’Istanbul, sur la Russie, l’Ukraine et l’Europe de l’Est, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide culturelle et la politique de la mémoire. @tarikcyrilamartarikcyrilamar.substack.comtarikcyrilamar.com

Par Tarik Cyril Amar

Source: Tarikcyrilamar.substack.com

En tant qu’État, l’Ukraine est inévitablement – ou fatalement – dépendante de l’Occident. Comme le fait remarquer Martina Bohuslavets, militante ukrainienne de la lutte contre la corruption, dans la très patriotique Ukrainska Pravda, les “partenaires internationaux de Kiev financent non seulement la reconstruction des infrastructures essentielles, mais aussi toutes les pensions, les salaires des fonctionnaires et, d’une manière générale, la capacité du pays à poursuivre ses activités“.

Il ne s’agit pas d’une exagération. Voici quelques chiffres tirés de The Economist : le budget de l’État ukrainien pour cette année s’élève à 87 milliards de dollars ; les recettes fiscales attendues sont de 46 milliards de dollars. “Le reste, conclut le champion britannique de la lutte sans concession contre la Russie, doit être comblé par l’aide étrangère ou l’emprunt“.

 

Dans une large mesure, ce soutien financier occidental a été fourni. Selon l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale qui suit ces fonds de manière systématique, entre janvier 2022 et avril de cette année, l’Occident dans son ensemble a financé l’Ukraine à hauteur de 176 milliards d’euros au titre de l’aide déjà allouée. A cela s’ajoutent 100 milliards d’euros d’engagements qui n’ont pas encore été alloués. Il est vrai que certains chiffres de l’aide sont politiquement gonflés. Le récent paquet américain de 61 milliards de dollars, par exemple, ne représente en réalité que 31,5 milliards de dollars destinés à l’Ukraine ; le reste est essentiellement un cadeau au Département américain de la Défense. Pourtant, il ne fait aucun doute que, sans le financement occidental, Kiev devrait mettre fin à la guerre et à de nombreuses opérations ordinaires de l’État en temps de paix.

Dans ce contexte, il semblerait que les donateurs occidentaux de l’Ukraine devraient avoir une influence extraordinaire sur le régime de Zelensky. Mais les choses sont plus compliquées, comme l’a montré une récente éviction. Le 10 juin, Mustafa Nayyem a démissionné de son poste à la tête de l’Agence d’État ukrainienne pour la reconstruction et le développement des infrastructures. L’Agence de reconstruction, issue de la bureaucratie nationale chargée de l’entretien des routes, des autoroutes et des ponts, a un large mandat. Dotée d’un budget de 2,5 milliards de dollars d’aide étrangère, ses tâches comprennent désormais, par exemple, l’entretien et la réparation des systèmes d’approvisionnement en eau, la construction de fortifications militaires et de protections destinées à protéger les structures énergétiques des attaques aériennes russes.

Il s’agit donc d’une fonction importante. Il se trouve que Nayyem a démissionné à la veille d’une importante réunion à Berlin portant précisément sur la question de la reconstruction et réunissant des partisans occidentaux et des représentants ukrainiens, sous la houlette de Vladimir Zelensky lui-même. Nayyem devait participer à cette réunion au sein de l’importante délégation ukrainienne, mais elle en a été empêchée à la dernière minute sur ordre du Premier ministre ukrainien Denis Shmigal, agissant manifestement à la demande de Zelensky. Il s’agit là d’une décision extrêmement inhabituelle et humiliante. Nayyem n’avait pas d’autre choix que de démissionner.

Il n’a pas caché qu’il se sentait mis à l’écart. Dans un long message posté sur Facebook et reproduit sur le site d’information ukrainien semi-oppositionnel Strana.ua, il s’est plaint que son agence avait été, en substance, sabotée pendant au moins la moitié de l’année : son budget de fonctionnement a été sévèrement réduit, son travail a été régulièrement paralysé par des chicaneries bureaucratiques et son personnel a été découragé par des réductions de salaire massives. Pour l’avenir, il a prévenu que les tentatives de longue date visant à “persécuter et discréditer” son équipe et lui-même pourraient s’intensifier.

À l’origine de tout cela ? Nayyem, sans surprise, n’a pas cité de noms, mais les observateurs ukrainiens et étrangers s’accordent à dire qu’il s’est heurté à l’administration présidentielle ukrainienne, à son chef Andrey Yermak, à Zelensky lui-même, ainsi qu’à Shmigal. Trois raisons semblent expliquer leur volonté de se débarrasser de Nayyem. Premièrement, bien qu’il ne soit pas opposé à être très bien payé, c’est un ancien journaliste d’investigation qui a résisté à la corruption. Il a insisté sur la transparence et la responsabilité au sein de son agence, allant même jusqu’à aider le Bureau anti-corruption de l’Ukraine à coincer deux membres du Parlement ukrainien qui tentaient d’offrir des pots-de-vin pour obtenir des contrats. Deuxièmement, il entretient d’excellents contacts avec les représentants des gouvernements occidentaux, sur lesquels nous reviendrons plus loin. Enfin, Nayyem est étroitement lié à l’ancien ministre et vice-premier ministre Aleksandr Kubrakov. Kubrakov, dont le portefeuille comprenait également les infrastructures et le développement, a été évincé en mai et, là encore, comme Nayyem, il conjugue des contacts intenses avec les Occidentaux et un manque de liens avec l’équipe centrale de Zelensky. Dans son cas également, il est évident que c’est ce dernier qui a provoqué sa chute.

Un élément qui mérite d’être souligné est que l’ancien domaine d’activité de Nayyem – la reconstruction – a deux facettes : la guerre et l’après-guerre. Tout le monde s’accorde à dire que la reconstruction d’après-guerre nécessitera d’énormes efforts financiers. La Banque mondiale estime le coût de la reconstruction à près de 500 milliards de dollars. Si ce chiffre reflète des destructions effroyables, pour certains, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ukraine, il indique des fortunes à faire, légalement et surtout illégalement. Dans la mesure où Nayyem n’est pas un “joueur d’équipe” lorsqu’il s’agit de prendre sa part – et de laisser les autres prendre la leur – sa place dans la politique ukrainienne (et occidentale) a toujours été anormale ; et il ne pouvait certainement pas être autorisé à rester si près d’un portefeuille si riche en opportunités d’enrichissement futur.

D’abord Kubrakov, puis Nayyem, et avant eux, l’ancien commandant en chef de l’armée ukrainienne, le général Valery Zaluzhny. Cela fait donc trois hauts fonctionnaires ukrainiens favorisés par l’Occident mais écartés par le régime Zelensky. Même lorsque Nayyem n’avait pas encore été ajouté à la liste, le Financial Times – manifestement souvent utilisé pour envoyer des signaux officieux et critiques à Kiev – avertissait que le “renvoi peu expliqué de hauts responsables gouvernementaux et militaires” par Zelensky, avec lesquels les États-Unis et l’UE aimaient travailler, suscitait des inquiétudes quant à ses “actions perturbatrices et inexplicables“.

Et pourtant, ces avertissements ont manifestement été vains. Après le départ forcé de Nayyem, ce que les initiés ukrainiens expliquent comme une purge de toute personne à Kiev ayant des liens avec des bailleurs de fonds occidentaux a déclenché une autre mise en garde, encore plus explicite, dans le Financial Times. Sous le titre “Ukraine’s top reconstruction official quits in new blow for Zelenskyy“, les lecteurs – y compris à Kiev – apprennent que “le départ de Nayyem est le dernier d’une série de changements de personnel à Kiev qui ont ébranlé la confiance des partenaires occidentaux” dans le régime de Zelensky. Richement doté en informations ayant fait l’objet de fuites stratégiques, le Financial Times fournit des détails sur la manière dont Shmigal a snobé Nayyem et, plus important encore, sur les enregistrements réalisés lors d’une réunion antérieure entre ce dernier et “deux douzaines de représentants de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et d’autres agences occidentales“, au cours de laquelle Nayyem les a prévenus qu’il serait bientôt licencié.

À cette occasion, plusieurs Occidentaux ont accueilli avec scepticisme les assurances de Nayyem selon lesquelles le travail de son agence resterait néanmoins sur la bonne voie. Un représentant américain a souligné que la collaboration avec l’équipe de Nayyem était “probablement notre partenariat le plus important”. Après le licenciement de Kubrakov en mai, les diplomates occidentaux à Kiev ont lancé, comme on le révèle maintenant, une “manifestation coordonnée de soutien à Kubrakov et aux frustrations occidentales concernant le gouvernement de Zelenskyy“. Le 13 mai, une réunion entre plusieurs d’entre eux et le Premier ministre Shmigal a dégénéré en “une discussion animée” sur le retrait de Kubrakov et le gel de Nayyem.

Si le Financial Times a tiré le plus fort coup de semonce contre le régime Zelensky, d’autres grandes publications occidentales ont également apporté leur pierre à l’édifice : BloombergThe EconomistThe New York Times, par exemple, ont tous publié des articles déplorant l’éviction de Nayyem et déplorant les “querelles intestines” en Ukraine, les “inquiétudes croissantes” parmi ses donateurs occidentaux et, enfin et surtout, le “mauvais timing”. Si quelqu’un à Kiev avait encore des doutes sur le soutien occidental de Nayyem, la réaction disproportionnée à son éviction devrait les dissiper.

Pourtant, la question cruciale se pose : quelle différence cela fait-il ? Pour l’instant, en tout cas, aucune. C’est presque comme si le brouhaha médiatique compensait le fait qu’en réalité, le régime Zelensky s’en tire sans se soucier de toutes les critiques occidentales. La réunion de Berlin s’est déroulée tout sourire, et le G7 va de l’avant avec un projet visant à “prêter” à l’Ukraine 50 milliards de dollars supplémentaires. “Prêter” entre guillemets, car l’argent sera remboursé grâce aux intérêts accumulés sur les actifs souverains russes gelés en Occident.

Il est bien sûr possible que le financement de l’Ukraine diminue à l’avenir. Mais si c’est le cas, cela sera lié à des facteurs tels que la montée de l’extrême droite dans la politique européenne ou la nouvelle victoire de Donald Trump à la présidence des États-Unis, ce qui, selon The Economist, a actuellement deux chances sur trois de se produire. La corruption de l’Ukraine ne changera rien, pas plus que les protestations occidentales lorsque leurs favoris se font tailler en pièces. Zelensky et son équipe le savent. Ils comprennent l’évidence : leur véritable valeur pour l’Occident est de continuer à offrir leur pays et son peuple comme ressources dans une guerre par procuration motivée par la géopolitique, et l’Occident lui-même n’a pas de stratégie de sortie. C’est leur moyen de pression, le moyen de pression typique d’un régime par procuration, lorsque ses sponsors étrangers se sont engagés trop profondément.

Tarik Cyril Amar, 17 Juin, 2024

Tarik Cyril Amar est historien et expert en politique internationale. Il est titulaire d’une licence en histoire moderne de l’université d’Oxford, d’une maîtrise en histoire internationale de la LSE et d’un doctorat en histoire de l’université de Princeton. Il a été boursier au Musée commémoratif de l’Holocauste et à l’Institut de recherche ukrainienne de Harvard et a dirigé le Centre d’histoire urbaine de Lviv, en Ukraine. Originaire d’Allemagne, il a vécu au Royaume-Uni, en Ukraine, en Pologne, aux États-Unis et en Turquie.

Son livre “The Paradox of Ukrainian Lviv : A Borderland City between Stalinists, Nazis, and Nationalists” (Le paradoxe de la ville ukrainienne de Lviv : une ville frontière entre les staliniens, les nazis et les nationalistes) a été publié par Cornell University Press en 2015. Une étude sur l’histoire politique et culturelle des histoires d’espionnage télévisées de la guerre froide est sur le point de paraître, et il travaille actuellement à un nouveau livre sur la réponse mondiale à la guerre en Ukraine. Il a donné des interviews dans divers programmes, dont plusieurs dans Rania Khlalek Dispatches, Breakthrough News.

Lire davantage sur le site de l’auteur Tarikcyrilamar.substack.