Voici le bilan combiné des quatre plus importantes banques centrales du monde : la Fed, la Banque centrale européenne (BCE), la Banque du Japon (BOJ) et la Banque populaire de Chine (PBOC).

À la veille de la grande crise financière de 2007, leurs bilans combinés s’élevaient à seulement 5 000 milliards de dollars. Aujourd’hui, ils s’élèvent à 31,5 billions de dollars.

Faut-il en dire plus ?

La ligne rouge du graphique ci-dessous montre la récente hausse parabolique du taux d’inflation dans la zone euro. En revanche, la ligne bleue en pointillés représente la sagesse de la BCE d’il y a à peine trois mois sur la direction que prenait l’inflation, tandis que la ligne bleue pleine reflète ses vœux pieux actuels. À savoir, que l’inflation reviendra dans la case sacrée des 2,00 % d’ici l’année prochaine.

Nous dirions, « Bonne chance avec ça ! »

En cas de doute, voici l’explosion récente de l’inflation dans la sobre économie néerlandaise. À 11,7 % au cours du dernier mois, le taux en glissement annuel est tout simplement devenu vertical. Et cela n’inclut pas encore le plein effet de la folle guerre des sanctions de l’OTAN contre le plus grand producteur de matières premières du monde, la Russie.

Mais à quoi s’attendaient-ils après avoir fait tourner la planche à billets comme s’il n’y avait pas de lendemain pendant près de deux décennies ?

Comme le montre le graphique ci-dessous, le bilan de la BCE a franchi pour la première fois la barre des 1 000 milliards d’euros en octobre 2005 et s’élève aujourd’hui à 8 700 milliards d’euros.

Bilan de la BCE, 2005-2022

 

Cela correspond à un taux de croissance annualisé de 14,1 %, année après année, pendant 16,5 années consécutives. Pourtant, pendant tout ce temps, comme leurs homologues de la Fed, ils ont parlé de « faible inflation ».

Jamais une agence de l’État ne s’est trompée de manière aussi radicale que les principales banques centrales depuis le début de ce siècle. Elles ont maintenant le monde inondé d’une demande excédentaire au moment même où la chaîne d’approvisionnement artificielle et non durable basée sur la Chine, qui a temporairement facilité l’apparence d’une faible inflation, s’est totalement effondrée.

En cas de doute, voici le PIB nominal et réel de la zone euro pour la même période de 16 ans. Au lieu du gain de 8 700 % par rapport à son niveau de départ annoncé par la BCE, le PIB nominal n’a augmenté que de 49 % et le PIB réel d’à peine 17 %. En termes de croissance annualisée, cela donne des chiffres plutôt tièdes :  2,48 % et 1,00 %, respectivement, pour le PIB nominal et le PIB réel.

PIB nominal et réel de la zone euro, 2005-2021

Cela correspond à un taux de croissance annualisé de 14,1 %, année après année, pendant 16,5 années consécutives. Pourtant, pendant tout ce temps, comme leurs homologues de la Fed, ils ont parlé de « faible inflation ».

C’est exact. Un taux de croissance de 14,1 % du bilan de la BCE s’est traduit par une croissance du PIB nominal inférieure à un cinquième de cet ordre de grandeur et un taux d’expansion de la production réelle correspondant à seulement 7 % du taux de croissance du crédit de la banque centrale.

En d’autres termes, au troisième trimestre 2005, le bilan de la BCE représentait déjà 11,8 % du PIB nominal de la zone euro, mais il pèse désormais 69 % du PIB nominal.

« La question de savoir à quoi pensaient ces gens est certainement la question du jour.

Mais là encore, personne ne peut rivaliser avec la Banque du Japon en matière d’impression monétaire stérile. Comme cette dernière a fait tourner ses presses à imprimer plus tôt que la Fed et la BCE, nous présentons ci-dessous une période commençant au deuxième trimestre 1998.

Évolution du PIB nominal et réel du Japon par rapport au bilan de la BOJ depuis le deuxième trimestre 1998

 

Voici les taux de croissance annuels composés pour cet intervalle de 23,5 ans :

  • Bilan de la BOJ : 1% ;
  • PIB nominal du Japon : 05% ;
  • PIB réel du Japon : 6%.

Cela ne s’invente pas. Au cours des 25 dernières années, le bilan de la Banque du Japon (ligne violette du graphique ci-dessus) a augmenté 202 fois plus vite que le PIB nominal du Japon (ligne marron) !

Il n’est pas surprenant que ce vaste écart ait fait grimper le bilan de la BOJ à 570 000 milliards de yens, soit 106 % des 540 000 milliards de yens du PIB nominal du Japon. Pour y parvenir, il a fallu, bien sûr, absorber des montants considérables de la gigantesque dette publique du Japon.

Actuellement, cette dette s’élève à 1,22 quadrillion de yens – oui, c’est un quadrillion avec un Q. Elle représente 227 % du PIB et n’est gérable que parce que la Banque du Japon a monétisé plus de 44 % du total, tandis qu’en pratique, le ministère des finances oblige les banques, les compagnies d’assurance et les pensions à absorber la majeure partie du reste, malgré des rendements microscopiques.

Rendement des obligations d’État japonaises à 10 ans, 1989-2022

Les principales banques centrales du monde se sont lancées dans une course vers le bas – une dynamique qui provoque toutes sortes de dislocations financières et économiques dérivées.

En fin de compte, les principales banques centrales du monde se sont mises dans un coin infernal. Les quatre principales banques centrales – la Fed, la BCE, la BOJ et la PBOC – disposent aujourd’hui de 31 100 milliards de dollars d’actifs, contre seulement 5 000 milliards de dollars à la fin de 2006 ; et si l’on ajoute les banques centrales de moindre importance, les bilans combinés dépassent 35 000 milliards de dollars.

Autrement dit, les banques centrales du monde ont imprimé plus de 30 000 milliards de dollars en crédits fiduciaires au cours des 16 dernières années, la Fed en tête. Et pourtant, les crétins qui les dirigent ont été surpris par l’éruption de l’inflation au cours des derniers mois et trimestres.

Note de la rédaction : La Fed a déjà injecté d’énormes distorsions dans l’économie et gonflé une « bulle de tout ». Le prochain cycle d’impression monétaire est susceptible d’amener la situation à un point de rupture.

Si vous voulez vous y retrouver dans la situation économique et politique complexe qui est en train de se dérouler, vous devez voir cette vidéo récemment publiée par Doug Casey et son équipe.

Click here to watch it now.

Source: https://internationalman.com/articles/david-stockman-on-the-monetary-madness-among-the-central-bankers/

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer