Henry Kissinger. Wikimedia


L’ancien secrétaire d’État a déclaré que les négociations devraient commencer dans les deux prochains mois.

Par Dave DeCamp – 24 Mai 2022

L’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger a déclaré lundi que l’Ukraine devrait céder à la Russie le territoire que Moscou et les séparatistes de Donbass contrôlaient avant d’envahir pour mettre fin à la guerre et a appelé à des négociations.

« Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois avant de créer des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter. Idéalement, la ligne de démarcation devrait être un retour au statu quo ante« , a déclaré Kissinger au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

« Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concernerait pas la liberté de l’Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même« , a-t-il ajouté.

La Russie contrôle la péninsule de Crimée depuis 2014, mais l’Ukraine revendique toujours le territoire, et les responsables ukrainiens ont déclaré qu’ils ne renonceraient pas à la Crimée pour mettre fin à la guerre. Avant l’invasion, les séparatistes contrôlaient une bonne partie de la région orientale de Donbass et cherchaient à obtenir l’autonomie par la mise en œuvre des accords de Minsk, que la France et l’Allemagne ont négociés.

Selon les accords de Minsk, le Donbass serait autonome tout en continuant à faire partie de l’Ukraine. Mais Kiev a refusé d’appliquer les accords depuis leur finalisation en 2015. Maintenant, alors que la guerre s’éternise, la Russie gagne lentement plus de territoire dans le Donbass et ailleurs dans l’est de l’Ukraine.

Kissinger a déclaré que l’Ukraine devrait être une zone tampon neutre entre la Russie et l’Europe. « L’Ukraine aurait dû être un pont entre l’Europe et la Russie, mais maintenant, alors que les relations sont remodelées, nous pourrions entrer dans un espace où la ligne de démarcation est redessinée et où la Russie est entièrement isolée« , a-t-il déclaré.

Si de nombreux observateurs ont été surpris par le point de vue de Kissinger en raison de son rôle tristement célèbre dans la direction du bombardement secret du Cambodge par les États-Unis en tant que conseiller à la sécurité nationale du président Nixon, il convient de noter que Kissinger promeut cette vision de l’Ukraine depuis des années. En 2014, peu après le coup d’État soutenu par les États-Unis à Kiev, il a écrit : « Bien trop souvent, la question ukrainienne est posée en termes de rapport de force : l’Ukraine rejoindra-t-elle l’Est ou l’Ouest. Mais si l’Ukraine doit survivre et prospérer, elle ne doit pas être l’avant-poste d’un camp contre l’autre – elle doit fonctionner comme un pont entre eux. »

Les commentaires de Kissinger à Davos ont provoqué la colère de certains responsables ukrainiens. S’adressant à ce qu’il a appelé des discussions en marge du Forum économique mondial, le conseiller présidentiel ukrainien Mykhailo Podolyak a déclaré que l’Ukraine « n’échange pas sa souveraineté pour que quelqu’un remplisse son portefeuille« . « Le chemin le plus court pour mettre fin à la guerre ce sont les armes, l’argent, l’embargo« .

Un point de vue similaire à celui de Kissinger a également été exprimé par le comité éditorial du New York Times dans un article publié le 19 mai. Le conseil a écrit : « Une victoire militaire décisive de l’Ukraine sur la Russie, dans laquelle l’Ukraine récupère tout le territoire que la Russie a saisi depuis 2014, n’est pas un objectif réaliste. (…) La Russie reste trop forte. »

Les dirigeants de la France, de l’Allemagne et de l’Italie ont appelé à une solution négociée pour mettre fin à la guerre, tandis que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Pologne et les États baltes veulent voir la Russie vaincue. Alors que les partisans des pourparlers de paix semblent plus nombreux qu’auparavant, le président Biden vient d’approuver un nouveau programme d’aide de 40 milliards de dollars pour l’Ukraine, ce qui montre que Washington s’engage sur le long terme.

Dave DeCamp

Source: Antiwar.com

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer