Partie d’échec entre le ministre israélien Menachem Begin et le conseiller américain Zbigniew Brzezinski au Camp David. Photo : Wikimedia


Par Alastair Crooke

Publié le 28 mars 2022 sur Strategic-Culture


Alors que l’Europe et les États-Unis n’ont jamais été aussi proches, l’ « Occident » n’a paradoxalement jamais été aussi seul.

Très occasionnellement, une seule anecdote peut résumer presque entièrement un moment de l’histoire. C’est le cas de celle-ci : en 2005, Zbig Brzezinski, l’architecte du bourbier qu’a été l’Afghanistan pour l’Union soviétique, et l’auteur de The Grand Chessboard (qui a intégré le dicton de Mackinder selon lequel « celui qui contrôle le Heartland asiatique contrôle le monde » dans la politique étrangère américaine), s’est assis à Washington avec Alexander Douguine, philosophe politique russe et partisan d’une renaissance culturelle et géopolitique du « Heartland » .

Brzezinski avait déjà écrit dans son livre que, sans l’Ukraine, la Russie ne deviendrait jamais la puissance du Heartland, mais qu’avec l’Ukraine, elle le pourrait et le ferait. La rencontre avait été organisée avec la photo d’un échiquier placé entre Brzezinski et Douguine (pour promouvoir le livre de Brzezinski). Cet arrangement avec un échiquier a incité Douguine à demander si Brzezinski considérait les échecs comme un jeu destiné à deux : « Non, a répondu Zbig : C’est un jeu destiné à une seule personne. Une fois qu’une pièce d’échecs est déplacée, vous retournez l’échiquier, et vous déplacez les pièces d’échecs de l’autre camp. Il n’y a ‘pas d’autre’ dans ce jeu », insiste Brzezinski.

Bien sûr, la partie d’échecs en solitaire était implicite dans la doctrine de Mackinder : « Celui qui contrôle le Heartland » était un message aux puissances anglo-saxonnes de ne jamais permettre l’unification du Heartland. (C’est, bien sûr, ce qui évolue précisément à chaque instant).

Et lundi, Biden a explicitement fait référence à Brzezinski, alors qu’il s’adressait à la Business Roundtable aux États-Unis. Ses remarques sont arrivées vers la fin de son bref discours où il a parlé de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de l’avenir économique de l’Amérique :

Je pense que cela nous offre des opportunités significatives pour faire de vrais changements. Vous savez, nous sommes à un point d’inflexion, je crois, dans l’économie mondiale : [et] pas seulement l’économie mondiale – dans le monde [qui] se produit toutes les trois ou quatre générations. Comme l’un de mes, comme l’un des principaux militaires m’a dit l’autre jour lors d’une réunion de sécurité, 60 millions de personnes sont mortes entre 1900 et 1946 ; et depuis lors, nous avons établi un ordre mondial libéral, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Beaucoup de gens sont morts, mais nous sommes loin du chaos. Et maintenant, c’est le moment où les choses changent. Nous allons, il va y avoir un nouvel ordre mondial là-bas ; et nous devons le diriger et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire.

Encore une fois, il n’y a pas d’« autre » devant l’échiquier. Lorsque les coups sont joués, l’échiquier est tourné de 180° pour jouer depuis l’autre côté.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que la contre-attaque soigneusement délibérée de ce zeitgeist Brzezinski a été officiellement lancée à Pékin avec la déclaration conjointe que ni la Russie ni la Chine n’acceptent que l’Amérique joue seule aux échecs, sans personne d’autre sur l’échiquier. Cela représente la question déterminante de l’ère à venir : l’ouverture de la géopolitique. C’est une question pour laquelle les « autres » exclus sont prêts à entrer en guerre (ils n’ont pas le choix).

Un deuxième joueur d’échecs s’est avancé et insiste pour jouer – la Russie. Et un troisième se tient prêt : la Chine. Les autres font silencieusement la queue pour voir comment se déroulera le premier engagement dans cette guerre géopolitique. Il semble, d’après les commentaires de Biden cités plus haut, que les États-Unis ont l’intention d’utiliser des sanctions, et toute l’étendue sans précédent des mesures du Trésor américain, contre les dissidents au projet Brzezinski. Il s’agit de faire de la Russie un exemple de ce qui attend tout challenger demandant un siège devant l’échiquier.

Mais c’est une approche qui est fondamentalement mauvaise. Elle découle du célèbre dicton de Kissinger selon lequel « celui qui contrôle l’argent contrôle le monde » . C’était faux dès le départ : il a toujours été question de « celui qui contrôle la nourriture, l’énergie (humaine et fossile) et l’argent peut contrôler le monde » . Mais Kissinger a simplement ignoré les deux premières conditions requises – et la dernière s’est imprimée dans les circuits mentaux de Washington.

Et voici le paradoxe : lorsque Brzezinski a écrit son livre, c’était une époque très différente. Aujourd’hui, alors que l’Europe et les États-Unis n’ont jamais été aussi étroitement alignés, l’« Occident » n’a paradoxalement jamais été aussi seul. L’opposition à la Russie a pu sembler, au départ, être un facteur d’unification mondiale : l’opinion mondiale s’opposerait si vigoureusement à l’attaque de Moscou que la Chine paierait un prix politique élevé pour ne pas avoir pris le train anti-russe en marche. Mais ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées.

« Alors que la rhétorique américaine cloue la Russie au pilori pour les « crimes de guerre » et la crise humanitaire en Ukraine, etc. »note l’ancien ambassadeur indien Bhadrakumar, « les capitales mondiales considèrent cette affaire comme une confrontation entre l’Amérique et la Russie. En dehors du camp occidental, la communauté mondiale refuse d’imposer des sanctions à la Russie ou même de diaboliser ce pays » .

La déclaration d’Islamabad, publiée mercredi à l’issue de la 45e réunion des ministres des affaires étrangères des cinquante-sept membres de l’Organisation de la conférence islamique, a refusé d’approuver les sanctions contre la Russie. Pas un seul pays du continent africain ou de la région d’Asie occidentale, d’Asie centrale, d’Asie du Sud et du Sud-Est n’a imposé de sanctions contre la Russie.

Il se pourrait bien qu’un autre facteur entre en jeu ici : en effet, lorsque ces derniers pays entendent des phrases telles que « les Ukrainiens, grâce à leur héroïsme, ont gagné le droit d’entrer dans notre « club des valeurs » » , ils sentent l’Europe « blanche » affaiblie qui s’accroche aux radeaux de sauvetage.

La réalité est que les sanctions auxquelles Biden a fait référence dans son discours ont déjà échoué. La Russie n’a pas fait défaut ; la bourse de Moscou est ouverte ; le rouble est en train de rebondir ; son compte courant est en très bonne santé et la Russie vend de l’énergie à des prix exceptionnels (même après réduction).

En bref, le commerce « sera détourné », pas détruit (l’avantage d’être un exportateur de biens presque entièrement produits localement – c’est-à-dire une économie de forteresse).

La deuxième bizarrerie de la politique de Biden est que, si la doctrine clausewitzienne (à laquelle la Russie adhère largement) préconise le démantèlement du « centre de gravité de l’ennemi pour parvenir à la victoire », en l’occurrence vraisemblablement le contrôle occidental de la monnaie de réserve mondiale et des systèmes de paiement, aujourd’hui, cependant, c’est l’Europe et les États-Unis qui l’ont démantelé eux-mêmes et se sont enfermés dans une inflation galopante et une contraction de l’activité économique, dans un accès inexplicable de masochisme.

Comme le note Ambrose Evans-Pritchard dans le Telegraph, « Ce qui est clair, c’est que la politique de sanctions occidentale crée le pire des mondes. Nous subissons un choc énergétique qui gonfle encore les revenus de guerre de la Russie… La crainte d’un soulèvement des gilets jaunes est omniprésente en Europe, tout comme le soupçon qu’un public inconstant ne tolérera pas le choc du coût de la vie une fois que les horreurs de l’Ukraine auront perdu leur nouveauté sur les écrans de télévision » .

Une fois encore, nous pouvons peut-être attribuer ce comportement paradoxal à l’obsession de Kissinger pour le pouvoir de l’argent, et à son oubli d’autres facteurs importants.

Tout cela a conduit à un certain malaise qui s’est insinué dans les couloirs du pouvoir de certaines capitales de l’OTAN quant à la tournure que prend le conflit ukrainien : L’OTAN n’interviendra pas, ne mettra pas en place une zone d’exclusion aérienne et a manifestement ignoré le nouvel appel de Zelensky en vue d’obtenir des équipements militaires supplémentaires. En apparence, cette attitude reflète la volonté de l’Occident de faire un geste « désintéressé » pour éviter une guerre nucléaire. En réalité, cependant, le développement de nouvelles armes peut transformer la géopolitique en un instant (par exemple, le briseur de bunker intelligent hypersonique Kinzhal de la Russie). Le fait est que, dans l’ensemble, l’OTAN ne peut pas l’emporter militairement sur la Russie en Ukraine.

Il semble que le Pentagone ait – pour l’instant – gagné la guerre contre le département d’État et qu’il ait entamé le processus de « correction du récit » .

Comparez ces deux récits américains :

Le département d’État a indiqué lundi que les États-Unis découragent Zelensky de faire des concessions à la Russie en échange d’un cessez-le-feu. Le porte-parole « a indiqué très clairement qu’il est ouvert à une solution diplomatique qui ne compromet pas les principes fondamentaux au cœur de la guerre du Kremlin contre l’Ukraine. » Lorsqu’on lui a demandé de préciser son propos, Price a déclaré que la guerre est « plus importante » que la Russie et l’Ukraine. « Le point clé est qu’il y a des principes qui sont en jeu ici et qui s’appliquent universellement » . Price a déclaré que Poutine tentait de violer des « principes fondamentaux » .

Mais le Pentagone a « lâché deux bombes de vérité« (*)  dans sa bataille avec l’État et le Congrès pour éviter une confrontation avec la Russie : « La conduite de la Russie dans cette guerre brutale est différente de l’opinion largement acceptée selon laquelle Poutine a l’intention de démolir l’Ukraine et d’infliger un maximum de dommages aux civils – et elle révèle le jeu d’équilibre stratégique du dirigeant russe », rapporte Newsweek dans un article intitulé « Les bombardiers de Poutine pourraient dévaster l’Ukraine, mais il se retient. Voici pourquoi » .

On y cite un analyste anonyme de la Defense Intelligence Agency (DIA) du Pentagone qui déclare : « Le cœur de Kiev a à peine été touché. Et presque toutes les frappes à longue portée ont visé des cibles militaires. Un officier retraité de l’armée de l’air américaine, qui travaille aujourd’hui comme analyste pour un prestataire du Pentagone, a ajouté : « Nous devons comprendre le comportement réel de la Russie. Si nous nous convainquons simplement que la Russie bombarde sans discernement ou qu’elle ne parvient pas à infliger davantage de dégâts parce que son personnel n’est pas à la hauteur de la tâche ou parce qu’elle est techniquement inepte, alors nous ne voyons pas le véritable conflit ».

La deuxième « bombe de vérité » sape directement l’avertissement dramatique de Biden concernant une attaque chimique sous faux drapeau. Reuters a rapporté : « Les États-Unis n’ont pas encore vu d’indications concrètes d’une attaque imminente d’armes chimiques ou biologiques russes en Ukraine, mais ils surveillent de près les flux de renseignements pour les détecter, a déclaré un haut responsable de la défense américaine. »

Biden se positionne au milieu, en disant « Poutine est un criminel de guerre », mais aussi qu’il n’y aura pas de combat de l’OTAN avec la Russie. « La seule finalité actuelle », a déclaré un haut responsable de l’administration lors d’un événement privé au début du mois, « est la fin du régime de Poutine. D’ici là, tant que Poutine restera, [la Russie] sera un État paria qui ne sera jamais réintégré dans la communauté des nations. La Chine a commis une énorme erreur en pensant que Poutine s’en tirerait à bon compte » .

Voilà, c’est la conclusion : permettre au carnage en Ukraine de se poursuivre ; s’asseoir et regarder les « Ukrainiens héroïques saigner la Russie à blanc » ; en faire assez pour soutenir le conflit (en fournissant quelques armes), mais pas assez pour l’intensifier ; et faire passer cela pour une lutte héroïque pour la démocratie, afin de satisfaire l’opinion publique.

Le fait est que les choses ne se passent pas ainsi. Poutine pourrait surprendre tout le monde à Washington en quittant l’Ukraine lorsque l’opération militaire russe sera terminée. (D’ailleurs, lorsque Poutine parle de l’Ukraine, il considère généralement que la partie occidentale ajoutée par Staline est ukrainienne).

Et ça ne marche pas avec la Chine. Blinken a déclaré pour justifier les nouvelles sanctions imposées à la Chine la semaine dernière : « Nous sommes déterminés à défendre les droits de l’homme dans le monde entier et nous continuerons à utiliser toutes les mesures diplomatiques et économiques pour promouvoir la responsabilisation » .

Les sanctions ont été imposées parce que la Chine n’a pas réussi à répudier Poutine. C’est tout simplement cela. Le langage de la responsabilité et (de l’expiation) utilisé ne peut toutefois être compris que comme l’expression d’une culture contemporaine woke. Il suffit de présenter un aspect de la culture chinoise comme politiquement incorrect (comme raciste, répressif, misogyne, suprématiste ou offensant), et immédiatement il devient politiquement incorrect. Et cela signifie que n’importe quel aspect de cette culture peut être invoqué à volonté par l’administration comme méritant d’être sanctionné.

Le problème revient une fois de plus au refus de l’Occident d’accepter les « autres » sur l’échiquier. Que peut faire la Chine, sinon hausser les épaules devant une telle absurdité ?

Biden, dans son discours à la table ronde, a mis en scène – une fois de plus – un nouvel ordre mondial ; il a suggéré qu’une Grande réinitialisation était imminente.

Mais peut-être qu’une « liquidation du Reset » d’un autre type est à l’ordre du jour, ce qui ramènera beaucoup de choses à ce qui, jusqu’à une date relativement récente, avait réellement fonctionné. La politique et la géopolitique se métamorphosent à chaque instant.

Alastair Crooke

(*) Le Pentagone largue des bombes de vérité pour éviter une guerre avec la Russie

Source : Strategic-Culture

(Arrêt sur info)

Imprimer