Le président russe Vladimir Poutine écoute une question lors d’une interview avec le journaliste américain Tucker Carlson au Kremlin à Moscou, Russie. Gavriil Grigorov

L’événement d’hier soir était exceptionnel, mais quelle était la véritable motivation derrière la rencontre avec le Kremlin ? 

Par Fiodor L0ukianov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs.

Il y a quelques années, la Russie était accusée d’interférer dans les processus politiques américains. Aujourd’hui, c’est le contraire qui s’est produit. La politique intérieure américaine entraîne le facteur russe – représenté par le président Vladimir Poutine – dans son propre processus électoral.

Le journaliste Tucker Carlson est un homme aux idées bien arrêtées qui représente un courant politique donné. Il a apporté à Moscou un profond sentiment de confrontation interne à l’Amérique.

Carlson était probablement personnellement curieux d’entendre beaucoup de choses inconnues auparavant sur notre situation, mais le but n’était pas d’apprendre ou d’élargir les horizons. L’interview de Poutine était un défi lancé à l’establishment de son pays d’origine.

L’objectif était de briser le récit conventionnel – soutenu par les médias traditionnels – afin qu’une alternative puisse combler la brèche.

Ce dont parlait exactement Poutine n’a pas d’importance. La réputation du président russe en fait un puissant levier pour Carlson. Et le reste de l’agenda, qui est bien plus important pour les électeurs que la Russie et l’Ukraine, devrait le suivre dans l’espace qu’ils essaient d’ouvrir.

On peut se demander si c’est bon pour la Russie ou non. Toute implication dans les querelles d’autrui peut avoir des conséquences diverses. Et pas toujours celles que l’on pourrait prédire.

Pour autant que nous puissions en juger, les dirigeants russes n’ont ni l’intention ni l’ambition de remodeler l’Amérique. Leurs objectifs sont plutôt d’influencer une question spécifique.

Puisqu’il est impossible pour le Kremlin de persuader ses homologues officiels de l’autre côté de l’océan – quel que soit le nombre d’arguments raisonnables présentés – la voie rationnelle consiste à contribuer à leurs querelles dans l’espoir que ces mêmes opposants se plongeront plus profondément dans leurs propres problèmes.

En attendant, l’attention portée par le monde entier à cet entretien montre qu’il y a des faiblesses et que l’autre partie les ressent.

L’identité de l’idiot utile (c’est ainsi qu’Hillary Clinton a appelé Carlson) sera révélée un peu plus tard.

Fiodor Loukianov

Fiodor Loukianov est l’un des plus éminents experts russes dans le domaine des relations internationales et de la politique étrangère. Il travaille dans le journalisme depuis 1990 et est l’auteur de nombreuses publications sur les relations internationales modernes et la politique étrangère russe.

Source: https://www.rt.com/op-ed/authors/fyodor-lukyanov/ Traduction Arrêt sur info