Une compétition géopolitique majeure a éclaté entre les Etats-Unis et la Chine. Ce n’est pas surprenant. Chaque fois que la première puissance émergente mondiale (aujourd’hui, la Chine) est sur le point de dépasser la première puissance mondiale (aujourd’hui, les Etats-Unis), une lutte géopolitique éclate entre les deux, comme je le documente dans le livre «Has China Won?».


Par Kishore Mahbubani, le 5 avril 2021 * Singapour

Paru initialement sur le site de l’auteur Mahbubani.net sous le titre Europe’s Dilemma: Head or Heart?


L’élection de Biden en novembre 2020 aurait pu, en théorie, mettre fin à cette compétition. Certes, Biden sera plus civilisé et poli lorsqu’il parlera de la Chine. Fini l’élaboration de politiques à coup de tweets et de crises de colère. Pourtant, Biden ne peut pas arrêter ce concours géopolitique majeur entre les Etats-Unis et la Chine, car il existe un consensus à toute épreuve au sein de l’establishment de Washington DC selon lequel les Etats-Unis doivent, d’une manière ou d’une autre, couper court à la montée en puissance de la Chine.

Si quelqu’un avait des doutes sur le fait qu’une nouvelle compétition majeure avait éclaté, ceux-ci ont été levés à la vue des échanges publics furieux entre les deux parties à Anchorage, en Alaska, en mars 2021.

L’affinité culturelle est importante

Cette rivalité géopolitique majeure va également créer des dilemmes stratégiques pour d’autres pays et régions. L’Europe, par exemple, sera déchirée entre sa tête et son cœur. Son cœur est clairement avec les Etats-Unis. Lors de la première guerre froide avec l’Union soviétique, il y a eu une convergence de la tête et du cœur en Europe. Elle s’est volontiers engagée en tant qu’alliée volontaire et loyale de l’Amérique dans la guerre froide parce qu’elle était immédiatement et directement menacée par les chars et les missiles soviétiques stationnés à ses frontières.

Il existait un degré élevé de confiance et de coopération stratégique entre les responsables politiques américains et européens, étayé par des liens culturels étroits. Le fait que l’Amérique, l’Australie et l’Europe tirent leurs racines d’un héritage judéo-chrétien commun et de fondements culturels gréco-romains a beaucoup aidé. L’affinité culturelle est importante.

La géographie est aussi importante

Il n’y aura pas de convergence de la tête et du cœur lorsque l’Europe devra faire un choix entre les Etats-Unis et la Chine. Son cœur restera avec les Etats-Unis. Toutefois, lorsqu’elle orientera sa tête vers les grands défis géopolitiques, elle découvrira que «géopolitique» est composé de deux mots: géographie et politique. Ici, la géographie est la clé.

L’Europe est maudite par une géographie malchanceuse. Au XXIe siècle, elle ne sera pas menacée par les chars et les missiles russes. La perspective d’une guerre directe avec la Russie est pratiquement nulle, même si des guerres par procuration peuvent avoir lieu dans des territoires comme l’ex-Yougoslavie et l’Ukraine. Cependant, la perspective que l’Europe soit submergée par des millions de migrants arrivant d’Afrique dans de petites embarcations est très réelle. Une statistique démographique indique clairement la menace géopolitique numéro un à laquelle l’Union européenne sera confrontée.

En 1950, la population combinée de l’UE (379 millions) était presque le double de celle de l’Afrique (229 millions). Aujourd’hui, la population de l’Afrique (1,2 milliard d’habitants en 2015) est le double de celle des pays de l’UE (513 millions en 2018). D’ici 2100, la population de l’Afrique devrait être presque dix fois plus importante, soit 4,5 milliards contre 493 millions.

Graphique 1: Les 5 principaux partenaires commerciaux de l’Afrique (subsaharienne), 2018. Source: Solutions commerciales intégrées mondiales (WITS), Banque mondiale

Un changement démographique massif en Europe

Dans les années 2015 à 2017, on a assisté en Europe à un afflux de migrants provenant à la fois d’Afrique et du Moyen-Orient. L’impact de ce phénomène sur la politique européenne a été tumultueux. Après des décennies de politiques dominées par des partis centristes modérés (de gauche comme de droite), l’Europe a vu une poussée de soutien aux partis populistes extrêmes, certains d’entre eux ayant même rejoint des gouvernements dans des pays comme l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, l’Italie et l’Estonie.

Si les conditions économiques et politiques du continent africain ne s’améliorent pas au XXIe siècle, l’Europe peut s’attendre à ce que des dizaines, voire des centaines, de millions d’Africains frappent à ses portes en quête d’une vie meilleure en Europe. Il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que cette vague de migrants modifiera radicalement la texture sociale et politique des sociétés européennes et provoquera un ressentiment dans le corps politique européen, peu habitué à un changement démographique aussi massif.

Illustration 1: Investissements dans les infrastructures en Afrique, 2017. Source: The Infrastructure Consortium of Africa (ICAF), “Infrastructure Financing Trends in Africa, 2017”

L’Europe devrait se concentrer sur le développement de l’Afrique

Compte tenu des défis que cette perspective représente, si les Européens veulent donner la priorité à leurs propres défis existentiels (qui résultent de leur géographie), ils devraient se concentrer sur le développement économique et social de l’Afrique. Le meilleur partenaire avec lequel travailler pour développer l’Afrique est la Chine. En effet, la Chine s’est déjà imposée comme le nouveau partenaire économique le plus important de l’Afrique. (Voir le graphique 1 et l’illustration 1).

Si l’Europe veut préserver ses propres intérêts à long terme, elle doit faire du développement de l’Afrique, en partenariat avec la Chine, une priorité immédiate. Le pays qui attire le plus grand nombre de dirigeants africains aux réunions au sommet est la Chine. La chose la plus sensée à faire pour les dirigeants européens est de se joindre, en masse, à la prochaine réunion de haut niveau des dirigeants chinois et africains à Pékin. Une participation massive des dirigeants européens à un tel sommet enverrait un puissant signal au marché. Elle pourrait catalyser une puissante vague de nouveaux investissements en Afrique. Au fil du temps, avec une économie africaine forte, les motivations d’une migration africaine massive vers l’Europe seraient moins évidentes.

L’Amérique s’y opposera

Il n’y a qu’un seul obstacle à ce que l’Europe fasse cette chose sensée: l’Amérique s’y opposera. Il suffit de voir les tentatives des responsables américains pour dissuader d’autres pays de participer à la BRI [Belt and Road Initiative] de la Chine (une source majeure d’investissements chinois sur le continent africain). La pression américaine sur ses alliés européens augmentera certainement si les nations européennes décident de collaborer avec la Chine pour investir dans l’avenir de l’Afrique.

Toutefois, il n’est vraiment pas judicieux pour l’Amérique de demander aux Européens d’ignorer leurs propres défis existentiels à long terme dans leurs relations avec la Chine. L’émergence de la Chine ne constitue pas une menace pour l’Europe. En fait, elle pourrait contribuer à renforcer la sécurité à long terme de l’Europe si la Chine encourage le développement de l’Afrique. Pour des raisons politiques et historiques profondes, l’Europe ne peut ignorer les souhaits des Etats-Unis.

Ainsi, lorsque l’administration Biden a imposé des sanctions à certains responsables chinois pour leurs actions au Xinjiang, l’UE a fait de même en mars 2021. La Chine a riposté. Pourtant, ces sanctions n’empêcheront pas la Chine de devenir pour l’UE un partenaire commercial beaucoup plus important que les Etats-Unis.

Cette analyse montre clairement le principal dilemme stratégique auquel l’Europe sera confrontée au cours des prochaines décennies: suivre son cœur et rester aux côtés des Etats-Unis ou suivre sa tête et travailler avec la Chine pour développer l’Afrique afin de prévenir les futures vagues de migrants en provenance de ce continent.

Heureusement, il existe une solution optimale. L’Amérique pourrait maintenir ses liens culturels et politiques étroits traditionnels avec l’Europe tout en lui permettant de s’engager dans une coopération économique avec la Chine pour développer l’Afrique. En effet, la possibilité d’une coopération étroite avec la Chine pour une coopération «gagnant-gagnant» a été exposée un jour par un ancien haut fonctionnaire de l’administration américaine, Robert Zoellick. Il a déclaré: «Nous devons maintenant encourager la Chine à devenir une partie prenante responsable du système international […] dans un cadre plus large où les parties reconnaissent un intérêt commun à soutenir des systèmes politiques, économiques et de sécurité qui offrent des avantages communs.»

Créer des avantages communs

L’expression clé ici est «avantages communs». Même si les Etats-Unis sont séparés de l’Afrique par un vaste océan, l’Atlantique, il n’en reste pas moins que nous vivons désormais dans un petit village mondial interdépendant. La propagation rapide du covid-19 aux quatre coins du monde, ainsi que le défi croissant du réchauffement climatique, démontrent que l’humanité tout entière est confrontée à des défis mondiaux communs. Malgré des sociétés avancées et d’excellentes capacités médicales, de nombreux pays européens ont eu du mal à faire face à une troisième vague.

Dans de telles circonstances, l’Europe ne peut pas faire grand-chose pour aider les pays africains les plus pauvres. La capacité de la Chine à exporter de grandes doses de vaccins vers les pays africains a contribué à stabiliser le covid-19 dans l’arrière-cour de l’Europe. La covid-19 nous a donc rappelé que pour relever avec succès les défis mondiaux communs, l’humanité tout entière, y compris la population africaine en croissance rapide, doit s’engager.

Par conséquent, un partenariat Europe-Chine visant à la réussite du développement de l’Afrique signifiera que cette dernière pourra travailler plus efficacement avec les Etats-Unis pour relever les défis mondiaux communs.

Nous devrions abandonner la pensée à somme nulle des jeux géopolitiques, qui nous vient du XIXe siècle, et nous rassembler en tant qu’humanité pour faire face aux défis mondiaux urgents et communs du XXIe siècle. Un partenariat UE-Chine en Afrique serait un pas dans la bonne direction.

Kishore Mahbubani

*Kishore Mahbubani a commencé sa carrière en 1971 en tant que diplomate au sein du service des Affaires étrangères de Singapour, où il est resté jusqu’en 2004, avec des affectations au Cambodge, en Malaisie, à Washington D.C. et à New York. Il a occupé deux postes d’ambassadeur de Singapour auprès des Nations Unies et de président du Conseil de sécurité de l’ONU en janvier 2001 et mai 2002. M. Mahbubani a été secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères de Singapour de 1993 à 1998. Il a été le doyen-fondateur de la Lee Kuan Yew School of Public Policy de l’Université nationale de Singapour (NUS) de 2004 à fin 2017. En juillet 2019, il est devenu membre distingué de l’Asia Research Institute (ARI) de la NUS. Il s’est exprimé maintes fois et a publié de nombreux articles sur les questions géopolitiques et économiques. En 2013, le Financial Times a désigné l’un de ses livres, «The Great Convergence: Asia, the West and the Logic of One World», comme l’un des meilleurs livres de l’année dans le domaine de l’économie. Son dernier livre, «Has China Won?», a été publié aux Etats-Unis en avril 2020.

Traduction : Point de vue Suisse

Imprimer