Fyodor Lukyanov


L’opération militaire et les sanctions vont durer longtemps, a averti Fyodor Lukyanov.

RT: 16 Juin, 2022

L’offensive militaire russe en Ukraine devrait durer longtemps et entraîner le « découplage » des économies russe et occidentale, a déclaré jeudi Fyodor Lukyanov, éminent expert en relations internationales et rédacteur en chef de Russia in Global Affairs.

S’adressant à RT, Lukyanov a parlé des perspectives à court terme du conflit, notant qu’au début de l’ « opération militaire spéciale » russe en Ukraine, tant Moscou que l’Occident avaient probablement quelques « illusions » que le conflit pourrait être résolu diplomatiquement.

L’offensive militaire russe en Ukraine devrait durer longtemps et entraîner le « découplage » des économies russe et occidentale, a déclaré jeudi Fyodor Lukyanov, éminent expert en relations internationales et rédacteur en chef de Russia in Global Affairs.

S’adressant à RT, Lukyanov a parlé des perspectives à court terme du conflit, notant qu’au début de l’ « opération militaire spéciale » russe en Ukraine, tant Moscou que l’Occident avaient probablement certaines « illusions » que le conflit pourrait être résolu diplomatiquement.

« Maintenant, nous avons cette situation particulière où seule la force militaire décide », a-t-il dit. Tant la Russie que l’Ukraine, a-t-il souligné, sont désormais dirigées par « une logique militaire » qui suggère que toute cessation de l’action militaire donnerait à l’autre partie une chance de se regrouper et de se préparer à de nouvelles actions.

« Il n’y a donc aucune chance de solution politique ou diplomatique à ce stade et je crains que nous ne restions confrontés à des activités militaires pendant une assez longue période », a déclaré M. Lukyanov.

Selon lui, la Russie n’était pas aussi bien préparée à l’attaque qu’elle aurait dû l’être et, par conséquent, après ses premiers gains initiaux, elle a dû retirer ses forces de certains territoires qui avaient déjà été pris. Aujourd’hui, selon M. Lukyanov, les forces russes progressent lentement mais sûrement.

Outre l’objectif déclaré de « libération » des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, la Russie a « d’autres objectifs qui n’ont pas été officiellement annoncés. » La réalisation de ces objectifs pourrait signifier que la Russie prenne d’autres parties de l’Ukraine sous son contrôle, a-t-il ajouté.

« Tout ce que nous entendons de la part des responsables russes, tant à Moscou que sur le terrain, nous donne le sentiment que les territoires déjà pris par l’armée russe ne reviendront jamais à l’Ukraine », ajoutant qu’il doute que même les dirigeants russes sachent où l’opération se terminera et à quoi ressemblera l’Ukraine après le conflit.

Dans le même temps, M. Lukyanov a fait valoir qu' »il ne semble pas très probable que quiconque reconnaisse ces gains. » Invité à commenter d’éventuels référendums sur les territoires contrôlés par la Russie, Lukyanov a déclaré qu’il ne pense pas que les référendums aient beaucoup de sens car, quel que soit le résultat du vote, il sera rejeté par les autres parties.

« À cet égard, il serait important de voir et de connaître la volonté réelle des personnes qui vivent là-bas mais, dans les circonstances actuelles, je ne vois pas comment le faire », a-t-il déclaré.

À la lumière des progrès militaires de la Russie en Ukraine, les partisans occidentaux de l’Ukraine ont deux options : Continuer à fournir des armes à Kiev, mais sans aucune garantie de victoire, ou chercher une sorte d’armistice qui « pourrait donner une certaine période de paix. » Pour l’instant, l’approche « agressive » semble prévaloir, a déclaré M. Lukyanov.

La question importante est de savoir comment la partie restante de l’Ukraine souveraine va développer son statut d’État dans ces nouvelles circonstances, a noté M. Lukyanov, car Kiev risque de dépendre de l’aide occidentale pendant longtemps.

En ce qui concerne les relations de la Russie avec l’Occident, il ne faut pas s’attendre à ce que les sanctions imposées à Moscou soient levées de sitôt, a-t-il affirmé. De l’avis de l’expert, le « découplage » des économies russe et européenne « est irréversible pour une très longue période. » Toutefois, la vitesse d’imposition des sanctions est susceptible de diminuer, a suggéré M. Lukyanov, car « tous les prochains paquets, s’ils sont sérieux, nuiront davantage à l’économie européenne qu’à l’économie russe. »

La Russie souffrira beaucoup des sanctions, estime M. Lukyanov, aussi le principal objectif du pays est-il désormais « de s’adapter à la nouvelle situation et de trouver de nouveaux moyens de développement. »

Commentant les tentatives américaines de persuader la Chine et l’Inde de rejoindre le « collectif occidental » dans son approche dure envers la Russie, Lukyanov a déclaré que la position de Washington était « très étrange ».

« S’adresser à des grands comme la Chine et l’Inde et leur demander un peu d’aide, vous devez offrir quelque chose en retour. Mais cela ne se produit pas », a-t-il déclaré, ajoutant que les États-Unis pourraient « surestimer » leur importance pour Pékin et New Delhi.

La Russie a attaqué l’Ukraine fin février, suite à l’incapacité de Kiev à appliquer les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a nié avoir l’intention de reprendre les deux républiques par la force.

Source: RT.com

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer