Par Ron Paul – 21 juin 2022

La récente augmentation de 0,75 % du taux d’intérêt  » de référence  » de la Réserve fédérale est la plus forte hausse de taux de la Fed depuis 1994. Cette augmentation est un signe que la Fed a finalement réalisé que l’inflation des prix est plus persistante et plus répandue que la Fed ne le croyait initialement.

Les actions ont beaucoup baissé ces derniers temps. Cela s’explique en partie par la crainte que les hausses de taux ne poussent l’économie vers la récession. La Fed elle-même semble croire que l’économie va ralentir dans un avenir proche, puisqu’elle a réduit sa projection de croissance économique de 2,2 % en 2022 à 1,7 %. Plus inquiétant encore, l’indicateur du PIB de la Fed d’Atlanta est tombé à zéro pour le deuxième trimestre de 2022, en partie à cause de la faiblesse des ventes au détail en mai.

La Fed affirme qu’elle réduira l’inflation sans augmenter significativement le chômage ou provoquer une récession. Il est probable que cela soit aussi exact que la prédiction de la Fed selon laquelle l’inflation était « transitoire ».

Cette dernière hausse des taux ne fera que les ramener au niveau où ils étaient avant que les blocages n’amènent la Fed à se lancer dans une frénésie historique de création monétaire. La Réserve fédérale ne peut pas augmenter les taux à un niveau proche de celui qu’ils atteindraient dans un marché libre, car cela augmenterait les paiements d’intérêts à des niveaux insoutenables pour les consommateurs, les entreprises et le gouvernement fédéral endettés.

Une augmentation de quelques pour cent ou moins des taux d’intérêt peut entraîner une forte hausse des paiements de la dette fédérale. Les nouvelles dépenses qui en résultent mettent la pression sur la Fed, censée être « indépendante », pour qu’elle maintienne des taux bas, ce qui augmente la probabilité que la Fed ne parvienne pas à maîtriser l’inflation, mais réussisse à ressusciter la stagflation, qui combine l’inflation des prix avec une récession. Cette nouvelle stagflation fera ressembler les années 1970 à un âge d’or.

Malgré la montée en flèche de la dette et le rôle de la Fed dans la création de l’inflation, rares sont ceux qui, à Washington, s’engagent à réduire les dépenses. Le Congrès se prépare actuellement à autoriser une augmentation générale des dépenses pour l’année prochaine. Pendant ce temps, le gouvernement américain dépense des dizaines de milliards de dollars cette année pour l’Ukraine, et l’administration Biden continue de faire pression pour de nouveaux programmes nationaux massifs.

Le retour de la stagflation renforcera le mouvement croissant visant à remplacer le dollar comme monnaie de réserve mondiale. Ce sera le dernier clou dans le cercueil du régime de l’argent fictif de la guerre sociale. L’histoire montre qu’une telle crise conduit généralement les gens à embrasser une forme d’autoritarisme. Cependant, si ceux d’entre nous qui connaissent la vérité parviennent à diffuser efficacement les idées de liberté, cette crise peut aboutir à un retour aux principes de gouvernement minimal et de liberté maximale.

Source: Ron Paul Institute 

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer