Le nombre de victimes ukrainiennes, les pertes d’équipement et le moral en berne suggèrent que le jour du bilan n’est pas loin.

Les “pourparlers de paix” parrainés par l’Arabie saoudite n’ont abouti à rien. L’Ukraine espérait rallier davantage de pays “neutres” soutenant sa politique. Cela ne s’est pas produit, et les Ukrainiens ont sans aucun doute été déçus que le grand spectacle de chiens et de poneys parrainé par l’Arabie saoudite n’ait rien fait pour aider objectivement l’Ukraine.

La Russie, bien sûr, n’était pas présente parce qu’elle n’était pas invitée. Si la Russie avait été invitée, l’Ukraine ne serait pas venue, et les dés étaient jetés dès le départ : Pas de Russie, pas de paix.

Les 40 pays présents n’ont pas pu se mettre d’accord sur une déclaration commune, de sorte que la “conférence de paix” s’est achevée sans aucune déclaration sur ses prétendus accomplissements ni sur une quelconque déclaration sur la voie à suivre.

La réunion de Jeddah, en Arabie saoudite, a sans doute été conçue par les États-Unis pour tenter de convaincre les pays du BRICS de ne pas soutenir la Russie en Ukraine. Les BRICS sont composés de la Russie, du Brésil, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, avec un certain nombre d’autres pays candidats à l’adhésion.

Le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ont participé à la conférence de paix, qui incluait également l’Iran. La Chine a déclaré que la conférence avait été utile et qu’elle espérait qu’une autre conférence aurait lieu à l’avenir. La Chine s’est posée en médiateur dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie.

La Chine pourrait être considérée comme un pays pivot si un accord de paix était conclu dans le cadre d’un consensus sans la Russie. Mais il s’agit là d’une proposition farfelue, et la Chine joue le jeu pour éviter que les États-Unis ne fassent davantage pression sur elle par le biais de sanctions.

Si l’économie continue de s’effondrer et que de plus en plus d’investisseurs étrangers se désengagent de la Chine, l’avenir de Xi est incertain et des nuages sombres planent sur le régime communiste chinois chancelant.

Même avant l’invasion russe de l’Ukraine, les États-Unis s’étaient constamment opposés à toute négociation avec la Russie sur l’Ukraine. Les tentatives de la France et de l’Allemagne, de la Turquie et d’Israël ont toutes été balayées par les objections américaines à tout accord. La politique américaine, dans la mesure où elle peut être déterminée par ses actions, est d’aider l’Ukraine à gagner la guerre contre la Russie, tandis que les États-Unis ont fait tout leur possible pour provoquer un changement de régime en Russie.

Deux choses sont désormais claires : les efforts visant à renverser le gouvernement de Poutine en Russie semblent avoir échoué et Poutine semble avoir repris le contrôle de la situation. Parallèlement, la contre-offensive ukrainienne contre les forces russes dans l’est et le sud de l’Ukraine s’est avérée être un échec coûteux, et cet échec a à son tour des répercussions au sein de l’OTAN.

Malgré l’entraînement intensif des brigades ukrainiennes par l’OTAN – et la fourniture d’armes américaines et européennes, notamment de systèmes blindés tels que les chars Léopard et les véhicules de combat d’infanterie Bradley, ainsi que la planification et l’organisation militaires américaines, y compris un soutien massif en matière de renseignement tactique – les forces ukrainiennes ont été durement touchées.

Comment cela se traduit-il au sein de l’OTAN ? On sait depuis longtemps que l’OTAN aurait de grandes difficultés à défendre les parties critiques des pays baltes et de l’Europe de l’Est contre une attaque russe. L’expansion de l’OTAN a toujours représenté un risque militaire.

L’idée d’ajouter l’Ukraine au portefeuille de l’OTAN et de priver la Russie de ses marchés dans toute l’Europe a fait au moins autant de dégâts à l’Europe qu’à la Russie – peut-être plus. Par exemple, l’ère de l’énergie bon marché pour l’Allemagne, qui alimentait la puissance industrielle allemande, a pris fin, et le gazoduc Nordstream, essentiel, a été détruit, du moins dans un avenir prévisible.

Certains experts parlent de désindustrialisation de l’Allemagne. L’Allemagne a toujours obtenu sa sécurité à bon compte, en laissant les États-Unis assurer la sécurité tandis que les entreprises allemandes gagnaient beaucoup d’argent. Aujourd’hui, cependant, les entreprises allemandes ne gagnent plus beaucoup d’argent et les États-Unis ont pratiquement épuisé leurs stocks de matériel militaire pour soutenir les Allemands.

Les pays de l’OTAN commencent à comprendre que leur meilleur équipement ne suffit pas à les protéger en cas de guerre.

À un moment donné, dans un avenir assez proche, les principaux pays européens reviendront sur leur soutien enthousiaste à l’Ukraine et à l’expansion de l’OTAN, ainsi que sur les milliards de dollars d’équipement militaire consommés dans la guerre, et chercheront un compromis avec les Russes. S’il est possible pour Washington d’intimider Scholtz en Allemagne ou Macron en France, l’intimidation a ses limites.

La situation sur le champ de bataille en Ukraine est très défavorable à l’avenir de l’Ukraine. Les chefs de l’armée ukrainienne le savent, même s’ils espèrent un miracle. L’Ukraine peut probablement essayer de maintenir la ligne de contact quelque peu stable, en organisant des attaques de faible envergure (mais coûteuses), comme elle vient de tenter de le faire (et d’échouer) à Robotyne. La question est toutefois de savoir combien de temps l’armée ukrainienne peut continuer à brûler du matériel et des effectifs, ou même si elle veut continuer à le faire.

Si les principaux chefs militaires ukrainiens, tels que le chef d’état-major Valerii Zaluzhny ou le chef des forces terrestres Oleksandr Syrskyi, décident qu’ils veulent éviter un effondrement complet, ils pourraient trouver un moyen de forcer les dirigeants politiques ukrainiens à abandonner leur ligne dure et à négocier avec la Russie.

On ne sait pas encore si l’Ukraine est proche d’un effondrement complet, mais le nombre élevé de victimes, les pertes d’équipement et le moral en berne donnent l’impression que le jour des comptes n’est pas loin.

L’échec de la “conférence de paix” saoudienne est un autre bon indicateur du fait que Washington est dans une impasse et que les Ukrainiens devront peut-être trouver un nouveau moyen de résoudre leur problème avec la Russie.

Stephen Bryen – 9  AOÛT 2023

Stephen Bryen est chargé de recherche au Center for Security Policy et au Yorktown Institute.

Source: Other-news.info

Images D.R.

Traduction Arrêt sur info