L’Allemagne a suspendu la certification de Nord Stream 2 ; et le gaz russe cessera d’affluer en Allemagne à partir du 21 décembre 2021.


Par M. K. Bhadrakumar

Paru le 21/12/21 sur Indianpunchline.com


Lorsque Pavel Zavalny, le président de la commission parlementaire russe sur l’énergie, a annoncé le 17 décembre 2021 que le gazoduc Nord Stream 2 pourrait commencer à envoyer du gaz naturel vers l’Allemagne dès le mois prochain, cela a été reçu avec incrédulité. Mais Zavalny était catégorique, et a déclaré à l’agence Reuters : « Je peux dire avec un haut degré de certitude que le premier envoi de gaz via Nord Stream 2 partira en janvier ».

Il a ajouté que les Européens ne voudraient pas traîner les pieds avec le processus de certification du Nord Stream 2 à un moment où leurs niveaux de stockage de gaz sont si terriblement bas.

Mais Zavalny contredisait de fait la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock qui a déclaré il y a seulement quatre jours que le processus de certification était suspendu « en raison de l’existence d’une réglementation claire dans le droit européen concernant le domaine de l’énergie, sur le découplage et d’autres questions sur les structures des entreprises. »

Depuis lors, l’opinion des experts était que le nouveau gazoduc ne pourrait être fonctionnel que d’ici la seconde moitié de 2022 au plus tôt, voire pas du tout.

Entretemps, les législateurs du Congrès américain ont exigé que Washington anéantisse tout simplement le projet de pipeline. Baerbock a la réputation d’être un mandataire des Américains et l’impression générale est qu’après le départ d’Angela Merkel, Baerbock, 40 ans, est déterminée à orienter l’Allemagne sur une ligne « dure » ​​vis-à-vis de la Russie.

On peut concevoir que le Kremlin n’a pas apprécié. La construction du gazoduc sous-marin Nord Stream 2 a couté 11 milliards de dollars. Mais le Kremlin n’a pas rien dit. Nous savons maintenant pourquoi.

Les données venant du réseau allemand Cascade montrent que toutes les expéditions de gaz naturel russe vers l’Allemagne via un important gazoduc de transit connu sous le nom de gazoduc transnational Yamal-Europe se sont inversées aujourd’hui.

Le gazoduc transnational Yamal-Europe relie le nord-ouest de la Sibérie à Francfort-sur-l’Oder dans l’est de l’Allemagne via la Biélorussie et la Pologne. L’année dernière, environ un cinquième de tout le gaz naturel envoyé en Europe occidentale est passé par là.

Les flux à travers le gazoduc Yamal-Europe sont tombés à 6% de sa capacité samedi, 5% dimanche, et sont tombés à zéro aujourd’hui matin.

Autrement dit, la Russie a interrompu ses exportations de gaz vers l’Allemagne et il s’avère également que Gazprom, l’opérateur du système en Russie et en Biélorussie, n’a pas réservé de capacité de transit de gaz naturel vers l’Allemagne pour un avenir proche.

L’explication de Moscou est que Gazprom donne la priorité à la consommation intérieure en Russie sur l’exportation de gaz vers des pays étrangers, et que les températures ont chuté à Moscou et dans d’autres grandes villes russes cette semaine. C’est une explication plausible.

Cependant, cela se produit à un point d’inflexion lorsqu’en raison du froid hivernal et de l’offre restreinte, les prix de l’énergie européenne ont grimpé en flèche. Les prix en Europe ont augmenté de 7% lundi et continuent de grimper.

La pression monte sur l’Allemagne alors que ses réserves stratégiques sont tombées à un « niveau historiquement bas » inférieur à 60% la semaine dernière, pour la première fois depuis des années.

Moscou propose que Gazprom commence rapidement des fournitures supplémentaires pour répondre aux besoins de l’Allemagne uniquement si la licence est accordée pour exploiter le Nord Stream 2. En prévision de l’approbation du régulateur allemand, Gazprom a même rempli le premier des deux tuyaux parallèles avec du gaz dit technique en octobre, et le second a commencé à se remplir en décembre.

Mais l’Allemagne prétend qu’elle est à cheval sur les règles et réglementations, et que le Nord Stream 2, qui est enregistré en Suisse, doit d’abord restructurer ses opérations pour se conformer aux exigences de l’organisme allemand de surveillance de l’énergie, BNetzA, et se conformer également à la législation européenne, et seulement alors le complexe processus d’approbation, qui avait commencé en septembre et avait été suspendu à la mi-novembre, pourra reprendre.

Le chef de la BNetzA, Jochen Homann, a prédit le 16 décembre qu’une décision sur le Nord Steam 2 « ne serait pas prise au premier semestre 2022 ».

Le fond de l’histoire est que, tandis que tous les protagonistes affirment qu’il s’agit d’un problème commercial, les États-Unis l’ont transformé en problème géopolitique. En termes simples, les États-Unis détestent l’idée même que la Russie consolide davantage sa présence sur le marché européen de l’énergie et ils veulent tuer le Nord Steam 2 dans l’œuf.

Ensuite, Washington craint (à juste titre) qu’une telle dépendance allemande vis-à-vis de l’énergie russe n’assouplisse inévitablement l’attitude de Berlin envers Moscou en général, ce qui sera préjudiciable aux intérêts de l’alliance transatlantique.

Troisièmement, Washington souhaite que l’Ukraine continue de bénéficier des frais de transit de plus d’un milliard de dollars par an que Gazprom verse à Kiev pour l’utilisation des pipelines de l’ère soviétique traversant ce pays vers l’Europe occidentale. Autrement dit, bien qu’il travaille systématiquement à transformer l’Ukraine en un État anti-russe, Washington s’attend à ce que Moscou continue de subventionner l’économie ukrainienne, qui est un cas désespéré.

Enfin, les États-Unis espèrent percer le lucratif marché européen pour leurs propres exportations de gaz de schiste. Dans une perspective à long terme, les États-Unis veulent que l’Europe soit dépendante de ses exportations d’énergie, tout comme l’OTAN est son marché captif pour les exportations d’armes.

Le nouveau gouvernement allemand est tombé dans le piège américain. En agissant durement avec elle, Berlin se prive de la bonne volonté de la Russie. La récente expulsion de deux diplomates russes en poste à Berlin pour des motifs douteux a très probablement accentué ce recul. Les ministres allemands ont récemment parlé durement de la Russie dans le contexte des tensions de Moscou avec l’OTAN et les États-Unis.

L’Allemagne a joué un double jeu sur l’Ukraine en courant avec le lièvre et en chassant avec les chiens. D’une part, elle a joué le rôle de pacificateur aux côtés de la Russie dans le format Normandie Four (France, Allemagne, Ukraine, Russie) tout en encourageant secrètement Kiev à se montrer récalcitrante face à la situation du Donbass.

Moscou a récemment dévoilé le rôle perfide de l’Allemagne en publiant sa correspondance diplomatique avec Berlin.

Alors que l’hiver s’installe et que les besoins énergétiques de l’Allemagne augmentent, on peut s’attendre à une pénurie de gaz dans les semaines à venir. Le continent européen peut connaître des pannes d’électricité si l’hiver est froid. Le prix du gaz va monter en flèche, ce qui frappera les consommateurs et l’industrie allemande.

Moscou ne peut venir au secours de l’Allemagne et de l’Europe dans ces circonstances désastreuses qu’en exportant davantage de gaz via les gazoducs existants. Mais Gazprom lie cela à l’autorisation du gazoduc Nord Stream 2, qu’il a construit à grands frais.

Le hic, c’est que le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz est allé plus loin que Merkel et a accepté, poussé par Washington, d' »envisager » d’arrêter le Nord Stream 2 si la Russie envahissait l’Ukraine (selon le Financial Times).

Mais les politiciens allemands prêtent en fin de compte attention aux capitaines d’industrie. Baerbock, du Parti Vert se trouve être une néophyte. Scholz, un social-démocrate conservateur, bien que manquant de charisme et souvent sous-estimé, a beaucoup d’expérience avec les postes politiques de haut niveau.

En politique étrangère, la responsabilité s’arrête à la Chancellerie fédérale – et Scholz représente la continuité de la politique étrangère, de manière à pouvoir se concentrer sur l’économie allemande en temps de pandémie. Zavalny pourrait bien avoir raison.

K. Bhadrakumar

Traduction: Olinda/Arrêt sur info

Source :https://www.indianpunchline.com/nord-stream-2-is-a-double-edged-geopolitical-tool/

Imprimer