Cette tribune est la première partie d’une série examinant l’effondrement de la couverture dans les grands médias. Ancien correspondant de politique étrangère lui-même, la critique des médias de Patrick Lawrence aux USA, touche bien évidemment les correspondants occidentaux en général. ASI

L’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, l’ambassadeur John Bolton, en 2018. La Maison Blanche de Washington, DC.  Crédit Wikimedia Commons


Par Patrick Lawrence

Publié le 27 août 2022 sur ScheerPosheerpost.com

Je ne me suis jamais remis d’une histoire que le New York Times a publiée dans son Sunday magazine en mai 2016. Peut-être vous souvenez-vous de l’occasion.

Il s’agissait d’un long profil de Ben Rhodes, le conseiller principal de l’administration Obama pour les « communications stratégiques ». Il était écrit par un journaliste nommé David Samuels.

Ces deux-là formaient une paire étonnante – bien assortie, dirais-je. Rhodes était un écrivain de fiction en herbe vivant à Brooklyn lorsque, par le plus grand des hasards, il s’est retrouvé dans le cercle restreint de la Maison Blanche d’Obama. Samuels, un pigiste qui couvrait habituellement les célébrités de la culture populaire, avait depuis longtemps succombé à ce style malheureusement intelligent dont souffrent généralement ceux qui écrivent sur les rock stars et autres personnes plus ou moins frivoles.

Le travail de Rhodes consistait à présenter « une restructuration plus large du récit américain », comme le disait Samuels. « Rhodes est un conteur qui utilise les outils d’un écrivain pour faire avancer un programme présenté comme politique. » Un professionnel du flack tout droit sorti d’Edward Bernays, en clair. Un conteur d’histoires qui trafique avec des faits manipulables et des fins heureuses. « Présenté comme de la politique » : une jolie touche qui traduit la marchandisation de notre discours public.

Rhodes et Ned Price, son adjoint, étaient des acrobates des médias sociaux. Price, ancien analyste de la CIA et aujourd’hui porte-parole du département d’État, a raconté sans inhibition comment ils alimentaient les correspondants de la Maison-Blanche, les chroniqueurs et d’autres personnes en mesure d’influencer l’opinion publique, comme un producteur de foie gras nourrit ses oies.

Le travail de Rhodes consistait à présenter « une restructuration plus large du récit américain », comme le disait Samuels. « Rhodes est un conteur qui utilise les outils d’un écrivain pour faire avancer un programme présenté comme politique. » Un professionnel du flack tout droit sorti d’Edward Bernays, en clair. Un conteur d’histoires qui trafique avec des faits manipulables et des fins heureuses. « Présenté comme de la politique » : une jolie touche qui traduit la marchandisation de notre discours public.
Rhodes et Ned Price, son adjoint, étaient des acrobates des médias sociaux. Price, ancien analyste de la CIA et aujourd’hui porte-parole du département d’État, a raconté sans inhibition comment ils nourrissaient les correspondants de la Maison-Blanche, les chroniqueurs et d’autres personnes en mesure d’influencer l’opinion publique, comme un producteur de foie gras nourrit ses oies.

Voici Price sur le quotidien de l’exercice :

Il y a en quelque sorte ces multiplicateurs de force. Nous avons nos complices. Je vais contacter quelques personnes, et, vous savez, je ne voudrais pas les nommer….. Et je leur donne un peu de couleur, et la prochaine chose que je sais, c’est que beaucoup de ces gars sont dans l’espace d’édition point-com et ont des adeptes énormes, et ils vont diffuser ce message par eux-mêmes.

Rhodes a donné à Samuels une analyse plus structurée de cet arrangement :

Tous les journaux avaient des bureaux à l’étranger. Maintenant, ils n’en ont plus. Ils nous appellent pour que nous leur expliquions ce qui se passe à Moscou ou au Caire. La plupart des médias rendent compte des événements mondiaux depuis Washington. Le journaliste moyen auquel nous parlons a 27 ans, et sa seule expérience du journalisme consiste à assister à des campagnes politiques. C’est un changement radical. Ils ne savent littéralement rien.

J’ai longuement écrit sur l’article du Times dans Salon, où j’étais chroniqueur des affaires étrangères à l’époque. Il y avait tellement de choses à décortiquer dans le rapport de Samuels que je ne savais pas par où commencer. Dans Price, nous avions une incapacité totale à comprendre le rôle de médias fonctionnant correctement et la nature de l’espace public dans son ensemble. Rhodes a décrit un groupe de presse de la Maison Blanche composé de post-adolescents complètement dépendants de l’arrangement de l’alimentation des oies, en particulier lorsqu’ils rapportent des questions de sécurité nationale : « Ils ne savent littéralement rien. »

Rhodes et Price décrivaient un changement qualitatif dans les relations des médias avec le pouvoir. Je ne veux pas dire par là que ces relations n’ont jamais été très bonnes de mémoire d’homme, mais à un moment donné, il y a eu une baisse de régime, un passage du mauvais au pire. « Lorsque vous lisez des articles de presse de routine dans le Times ou dans l’un des autres grands quotidiens », ai-je écrit à propos du profil de Rhodes, « vous regardez ce que les commis que nous appelons encore reporters affichent sur les tableaux d’affichage du gouvernement, que nous appelons encore journaux. »

Quand cela s’est-il produit ? Pourquoi cela s’est-il produit ? Y avait-il encore pire à venir ? Comment en sommes-nous arrivés là, en d’autres termes, et où allons-nous ? Telles étaient mes questions. Elles le sont toujours. Je suis poussé à y réfléchir à nouveau par la couverture des correspondants des médias traditionnels travaillant en Ukraine. Parmi les nombreuses choses que nous pouvons vouloir appeler, ils sont des oies.

Ma première intuition que quelque chose était en train de changer dans la façon dont la presse américaine regardait le monde et rapportait ce que ses correspondants voyaient était proche de chez moi, une affaire de petit calibre – petit calibre, quelque chose de grand à penser dans le récit. Je vivais au Japon à l’époque, de la fin des années 1980 au milieu des années 1990. Outre mes fonctions pour l’International Herald Tribune, j’écrivais « Letter from Tokyo » pour le New Yorker.

Il existait à l’époque une longue et honorable tradition de « Lettres de » : Janet Flanner de Paris, Jane Kramer de toute l’Europe, Mollie Panter-Downes de Londres. Bob Shaplen, qui a consacré sa carrière à l’Asie, a longtemps été le « correspondant en Extrême-Orient » du New Yorker et a écrit des Lettres depuis plus ou moins toutes les capitales asiatiques. C’est Shaplen, à la fin de sa carrière et de sa vie, qui m’a passé le relais.

Ce qui distinguait la couverture étrangère du New Yorker, y compris toutes les Lettres de, était la manière dont elle était produite. Ceux qui les écrivaient n’étaient pas seulement là : Ils y étaient depuis longtemps, en général, et connaissaient parfaitement, voire intimement, les différents endroits où ils se trouvaient. Ils n’écrivaient pas de l’extérieur, le nez collé à la vitre, mais de l’intérieur, parmi les gens et les lieux qu’ils couvraient. En lisant leurs articles, vous obteniez des informations de l’intérieur, comme ils disaient, les chuchotements dans le palais, le bavardage dans la rue. C’était bien plus profond que tout ce qu’on pouvait lire dans les quotidiens.
Mon New Yorker était le New Yorker de Bob Gottlieb, ce dernier ayant succédé au célèbre William Shawn à la tête de la rédaction. Bob voulait moderniser le magazine tout en préservant son caractère particulier. Puis Bob a été évincé au profit de Tina Brown, obsédée par le flash-and-dash et le « buzz ». Tout devait avoir du buzz. David Samuels aurait pu faire le portrait de Tina : elle était de ce genre-là. Elle a ruiné le magazine. Elle est partie depuis longtemps maintenant, mais le New Yorker ne s’est jamais remis de Tina.

Les rédacteurs en chef de Tina ont accepté les lettres de Tokyo que j’ai déposées après sa prise de fonction, mais aucune n’a jamais été publiée. Dans ma prochaine et dernière affaire avec le New Yorker, quelques années plus tard, j’ai proposé un profil de Shintaro Ishihara, le gouverneur de la préfecture de Tokyo, un marin accompli et un nationaliste cracheur de feu plein de bile anti-américaine. J’aimais Ishihara précisément pour sa fureur, même si, lorsque vous l’avez interviewé, il n’a pas hésité à vous frapper avec son pistolet.

Le New Yorker ne s’est pas intéressé à l’article proposé. Quelques mois plus tard, il publiait un profil de nul autre que Shintaro Ishihara, écrit par un journaliste envoyé de New York qui, comme le montrait clairement son rapport, n’avait qu’une connaissance superficielle de son sujet ou de tout ce qui avait trait au Japon.

Mon expérience s’est vite manifestée dans la couverture étrangère du New Yorker tout entier. Il ne se tournait plus vers des correspondants bien implantés à l’étranger, mais vers des personnes envoyées pour un reportage et ramenées ensuite. Je décris un virage subtil, mais qui a eu de profondes implications. Un magazine réputé pour sa couverture de l’étranger « de l’intérieur vers l’extérieur » – c’est mon expression – a décidé de faire des reportages qui mettent la sensibilité américaine au premier plan. L’extérieur vers l’intérieur ferait amplement l’affaire. J’y vois aujourd’hui une indication précoce d’un changement dans la façon dont l’Amérique voit les autres – ou pas.

En 1995, alors que mes derniers dossiers pour le New Yorker n’étaient pas encore publiés, Tom Friedman a repris la rubrique « Foreign Affairs », qui avait une longue histoire, que je ne qualifierai pas de sacrée, au New York Times. L’arrivée de Friedman, avec sa fanfaronnade, sa prose en forme de panse de bière et son chauvinisme libéral, était un autre signe des temps. Le Big Tom écrivant dans cet espace deux fois par semaine montrait très clairement que les pratiques des correspondants et des commentateurs étaient en train de changer – ce qui, je le vois maintenant comme je ne le pouvais pas à l’époque, marquait un changement dans la conscience américaine.

Je n’ai jamais beaucoup aimé la rubrique des affaires étrangères. Son rapport au pouvoir m’a toujours semblé éthiquement discutable. Elle a débuté à la fin des années 1930 sous le titre « En Europe » et a toujours figuré parmi les missions les plus sensibles du journal. C.L. Sulzberger, descendant des propriétaires et collaborateur de la CIA pendant la guerre froide, a saisi cette certitude patricienne que possédaient les États-Unis pendant les premières décennies d’après-guerre. Lorsqu’elle a repris la rubrique dans les années 1980, Flora Lewis a décrit un continent agité dans les limites de l’OTAN et de l’étreinte américaine. Ici et là dans les archives, vous pouvez trouver des chroniques qui testent les limites de la franchise. Mais vous n’en trouverez jamais une dans laquelle les limites sont rendues visibles.

En relisant ces personnes, je suis néanmoins frappé par certaines choses. Ils appréciaient la complexité et la diversité, non seulement dans l’obscurité sauvage au-delà de l’alliance occidentale, mais aussi en son sein. Aussi mauvais que soit le travail – et les colonnes de Cy Sulzberger ont accumulé les clichés comme des bernacles sur la proue d’un voilier – il découlait de la vie et du travail à l’étranger pendant de nombreuses années. Ils affichent la confiance que les Américains ont ressentie au cours du siècle américain. Mais rarement, voire jamais, ils n’étaient triomphants ou vertueux. Ils n’avaient rien à prouver.

La première chose que Friedman a faite lorsqu’il a hérité de l’espace Foreign Affairs dans la page d’opinion a été de déplacer la colonne à Washington – plus de vie parmi les autres. La deuxième chose qu’il a faite, c’est de ne plus écouter les autres, à part quelques amis et connaissances. Dans The Lexus and the Olive Tree, son hymne exécrable à la mondialisation néolibérale menée par les États-Unis, il se décrivait comme un « touriste avec une attitude ». Tom l’avait en un. Comme il l’expliquait dans ce livre de 1999, ses sources préférées étaient les traders en obligations et les gestionnaires de fonds spéculatifs.

« Dans le village global d’aujourd’hui, les gens savent qu’il y a une autre façon de vivre, ils connaissent le style de vie américain, et beaucoup d’entre eux en veulent une tranche aussi grande que possible – avec toutes les garnitures. Certains vont à Disney World pour l’obtenir, et d’autres vont au Kentucky Fried dans le nord de la Malaisie ». C’était Big Tom dans le fauteuil des affaires étrangères. C’est la dégénérescence des commentaires américains sur le monde au-delà de nos rivages – en « temps réel », pour ainsi dire.

J’ajouterai que la rubrique des affaires étrangères n’existe plus du tout. Le Times l’a tuée il y a des années. Pourquoi quelqu’un voudrait-il lire une rubrique portant un tel nom, après tout ?

Si mon sujet est une déchéance progressive des pratiques professionnelles des journalistes américains, une indifférence progressive à « l’être », nous ne pouvons pas y réfléchir seuls. Leurs manquements doivent être compris comme des symptômes d’une indifférence plus large à l’égard du monde qui s’est installée depuis, je dirai, que les Allemands ont démantelé le mur de Berlin et que les États-Unis sont entrés dans leurs mémorables décennies de triomphalisme. Peu à peu, depuis lors, ce que les autres pensent ou font ou leurs aspirations ont de moins en moins d’importance. La seule façon de voir les choses est la façon américaine.

Les cas que j’ai décrits sont des signes précurseurs de ce retournement de situation. Mais s’ils sont des symptômes, ils sont aussi des causes. Il est possible d’être les deux, après tout. C’est le pouvoir des médias lorsqu’ils sont utilisés à des fins perverses. Beaucoup d’entre nous sont devenus progressivement indifférents aux autres depuis les années 1990, et c’est en grande partie parce que nos médias écrits et audiovisuels nous ont montré comment faire.

Les événements du 11 septembre 2001 ont à nouveau changé la donne – dans les pratiques de nos médias, dans le Zeitgeist tout court. Quinze ans après ces tragédies, Ben Rhodes et Ned Price nourrissaient leurs oies. Six ans plus tard, les correspondants envoyés en Ukraine nous offrent la pire couverture médiatique que je connaisse sur les événements d’outre-mer.

Patrick Lawrence

A suivre.

Patrick Lawrence, correspondant à l’étranger pendant de nombreuses années, principalement pour l’International Herald Tribune, est critique des médias, essayiste, auteur et conférencier. Son dernier livre est Time No Longer : Americans After the American Century.

Source: https://scheerpost.com/2022/08/27/patrick-lawrence-when-correspondents-came-home/

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer