Muhammad Abu Salmiya après avoir été libéré des prisons israéliennes. (Photo : Médias sociaux)

« C’est pire qu’Abu Ghraib » : voici comment Israël torture ses otages palestiniens.

Dans ce que Ronen Bar, le chef des services de sécurité intérieure du Shin Bet, a qualifié de “crise de l’incarcération”, les prisons et les centres de détention israéliens détiennent collectivement 21 000 otages palestiniens.
Ces prisonniers ont été soumis à toute une série de méthodes de torture, l’un des centres de détention ayant été qualifié de pire qu’Abou Ghraib.

Le directeur de l’hôpital al-Shifa, le docteur Muhammad Abu Salmiya, a été libéré après avoir été détenu sans inculpation pendant des mois, ce qui a suscité la controverse au sein de l’establishment politique israélien.

À sa libération, le Dr Salmiya a parlé aux médias de l’horrible réalité à laquelle sont confrontés les détenus, notant que “les prisonniers dans les prisons israéliennes subissent différents types de torture”.

L’armée les traite comme s’ils étaient des objets inanimés et les médecins israéliens nous ont agressés physiquement”. Il a également déclaré qu’aucune organisation internationale n’était autorisée à rendre visite aux détenus, ni à les faire bénéficier de l’assistance d’un avocat, tandis que les prisonniers palestiniens étaient soumis à “de graves tortures et à des agressions quasi quotidiennes à l’intérieur des prisons, et se voyaient refuser tout traitement médical”.

L’un des sites où le Dr Salmiya a été détenu est le tristement célèbre centre de détention de Sde Teiman, une prison militaire créée pour détenir les Palestiniens qui ont été kidnappés à Gaza sans aucune charge.

Selon l’avocat palestinien Khaled Mahajneh, qui a récemment fait un compte rendu de première main des conditions de détention dans le camp après avoir été autorisé à le visiter, “le traitement est plus horrible que tout ce que nous avons entendu sur Abu Ghraib et Guantanamo”.

M. Mahajneh a déclaré que les quelque 4 000 détenus de Gaza, qui ont commencé à appeler Sde Teiman “camp de la mort” après la mort d’au moins 35 détenus dans des “circonstances inconnues”, avaient les yeux bandés et étaient enchaînés en permanence, contraints de dormir courbés sur le sol.

Une douche hebdomadaire d’une minute était le seul moment où les chaînes étaient libérées, ce que les détenus ont commencé à refuser parce que dépasser une minute entraînait une punition et qu’ils n’avaient pas de montre ou de minuteur, et que “dépasser la minute allouée expose les prisonniers à de sévères punitions, y compris des heures passées à l’extérieur dans la chaleur ou sous la pluie”. Des récits de tortures graves, y compris de viols, ont également été relevés.

Des rapports publiés par CNN, le New York Times et l’UNRWA ont tous attesté de graves formes d’agressions sexuelles et de viols à Sde Teiman.

Un homme aurait été violé à l’aide d’une barre de métal, puis laissé à l’abandon en raison de ses graves blessures qui se sont infectées.

Les femmes ont également été soumises à des violences sexuelles. Une femme de 34 ans a témoigné auprès des Nations unies qu'”un soldat de sexe masculin a enlevé nos hijabs, nous a pincées et a touché nos corps, y compris nos seins”.

Le journal Haaretz a révélé que des détenus palestiniens étaient régulièrement amputés d’un membre après que la circulation ait été coupée parce qu’ils avaient été attachés trop serrés.

Alors que la plupart des médias se sont intéressés au camp de détention de Sde Teiman, au moins 21 000 Palestiniens sont retenus en otage par le régime israélien, dans des installations qui n’ont été construites que pour accueillir 14 500 prisonniers. Fin novembre, la journaliste palestinienne Baraah Abo Ramouz, qui venait d’être libérée dans le cadre d’un échange de prisonniers, a commenté les conditions de détention des femmes en déclarant ce qui suit :

“La situation dans les prisons est catastrophique. Les prisonnières sont maltraitées. Elles sont constamment battues. Elles sont agressées sexuellement. Elles sont violées. Je n’exagère pas. Les prisonniers sont violés“.

En raison des nouvelles mesures imposées depuis que le ministre israélien de la sécurité, Itamar Ben Gvir, s’est vu confier le pouvoir de contrôler les conditions de vie des prisonniers, la quasi-totalité des droits fondamentaux que le droit international impose d’accorder aux détenus leur sont retirés.

Dans la plupart des cas, il s’agit des droits à la nourriture, à l’eau potable, aux visites familiales, à la literie, etc. Les prisonniers palestiniens, dont la plupart sont détenus sans inculpation, sont régulièrement battus, souffrent de négligence médicale, sont interrogés de manière répétée sans la présence d’un avocat, sont affamés, reçoivent des crachats, sont victimes de violences verbales et sont maintenus à l’isolement.

Les méthodes de torture telles que les positions de stress, l’utilisation d’une chaise avec des pieds plus petits à l’avant, à laquelle les prisonniers sont attachés, et où ils sont forcés de déféquer sur eux-mêmes, ont longtemps été routinières et sont aujourd’hui plus que jamais militarisées. Avant même le 7 octobre, des rapports faisaient état de l’utilisation de prisonniers pour effectuer des travaux forcés, ce qui équivaut à une forme d’esclavage.

Les détenus palestiniens sont interrogés dans des conditions de torture et de menace pour la vie de leur famille. Des cas de ce type se sont produits à l’encontre de prisonniers capturés par l’armée israélienne, qui ont été contraints d’avouer avoir commis des actes qu’ils n’auraient pas pu commettre le 7 octobre, et qui ont ensuite été présentés comme des preuves des atrocités commises par le Hamas, bien qu’il ait été prouvé que certaines de ces personnes n’étaient pas membres du Hamas.

Il suffit de dire que plus de 21 000 otages palestiniens sont torturés, affamés et abusés sexuellement à grande échelle, en violation flagrante du droit international. Ce chiffre ne tient même pas compte des personnes précédemment détenues par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, où un rapport de l’ONU publié le 12 juin indique que les forces israéliennes ont “systématiquement ciblé et soumis les Palestiniens à des violences sexuelles et sexistes en ligne et en personne depuis le 7 octobre, y compris la nudité publique forcée, le déshabillage public forcé, la torture et les abus sexuels, ainsi que l’humiliation et le harcèlement sexuels”.

Ce rapport couvre divers cas de violence sexuelle et même de viol, mais il se concentre spécifiquement sur les crimes commis contre les Palestiniens pendant leur détention par les forces israéliennes.

Robert Inlakesh, 3 juillet 2024

Robert Inlakesh est journaliste, écrivain et réalisateur de documentaires. Il s’intéresse au Moyen-Orient et plus particulièrement à la Palestine.

Source: Palestine Chronicle – Traduction ASI