Par Alexander Rubinstein – 13 Novembre 2022 – The Grayzone.com

La représentante spéciale de l’ONU, Pramila Patten, a été démasquée pour avoir inventé son affirmation selon laquelle la Russie fournissait du Viagra à ses troupes dans le cadre de sa « stratégie militaire » dans le conflit ukrainien. Ce mensonge largement diffusé a été recyclé de la propagande sans fondement de l’OTAN déployée pendant sa guerre de 2011 contre le changement de régime en Libye.

Lors d’un appel du 10 novembre avec les farceurs russes Vladimir Kuznetsov et Alexey Stolyarov, plus connus sous leurs pseudonymes Vovan et Lexus, l’envoyée de l’ONU pour les violences sexuelles Pramila Patten a admis qu’il n’y avait aucune preuve pour étayer ses affirmations largement médiatisées d’octobre selon lesquelles le gouvernement russe utilisait le viol collectif alimenté par le Viagra comme arme de guerre.

Au cours de l’appel, Vovan et Lexus ont demandé à Patten si elle avait des preuves de ses allégations incendiaires. Clairement troublée, Patten a répondu : « Non, non, non. Et je ne – comme je l’ai dit, ce n’est pas mon rôle d’aller enquêter. Je suis assis à New York, dans un bureau à New York, et j’ai un mandat de défense – et j’ai un mandat de défense. Mon rôle n’est pas d’enquêter« .

Elle poursuit : « L’enquête est menée par l’équipe de surveillance des droits de l’homme et la commission d’enquête internationale. Dans leurs rapports, jusqu’à présent, il n’y a rien sur le Viagra. »

Mme Patten a déclaré aux farceurs que cette affirmation lui avait été relayée « par des survivants et des prestataires de services » et « en présence » de hauts responsables ukrainiens alors qu’elle se trouvait à Kiev début mai.

Le fiasco des fake news a commencé le 14 octobre lorsque Mme Patten a accusé les forces armées russes d’intégrer le viol et l’abus de médicaments antidépresseurs dans leur stratégie officielle sur le champ de bataille.

« Toutes les indications sont là », a déclaré Patten, avocat d’origine mauricienne, à l’Agence France-Presse (AFP) le 14 octobre.

« Quand des femmes sont retenues pendant des jours et violées, quand on commence à violer des petits garçons et des hommes, quand on assiste à une série de mutilations génitales, quand on entend des femmes témoigner de soldats russes équipés de Viagra, il s’agit clairement d’une stratégie militaire« , a proclamé avec assurance l’envoyé de l’ONU.

Un rapport de l’ONU du 27 septembre sur le conflit ukrainien a accusé les troupes russes d’avoir perpétré toute une série de violations hideuses des droits de l’homme, y compris des actes de violence sexuelle, entre les mois de février et juillet 2022. Bien que ce rapport couvre la période pendant laquelle Patten se trouvait en Ukraine, il ne fait aucune mention du Viagra.

Pourtant, dans les heures qui ont suivi la discussion de Patten avec l’AFP, les médias, de CNN à Yahoo News, ont produit leurs propres réécritures de ses remarques et ont généré une série de titres salaces sur la conduite de la Russie dans la guerre en Ukraine.

Dans un article d’opinion célébrant une potentielle orgie « massive » et « vivifiante » organisée à Kiev, le philosophe slovène Slavoj Žižek a cité sans critique les affirmations de Patten sur le Viagra, en écrivant que

« les actes sexuels vraiment incivils sont ceux commis par les soldats russes et leurs dirigeants« .

« La Russie donne du Viagra à ses soldats pour violer les Ukrainiens : UN official », peut-on lire dans une de ces dépêches, publiée par le New York Post.

Selon Business Insider, « Les soldats russes reçoivent du Viagra pour violer les femmes ukrainiennes et les « déshumaniser », selon un fonctionnaire de l’ONU« .

Pendant ce temps, CNN a déclaré : « La Russie utilise le viol comme ‘stratégie militaire’ en Ukraine : envoyé de l’ONU« .

La presse grand public qui a repris sans se méfier ni vérifier les affirmations macabres de Patten n’a pas lu le rapport de l’ONU, qui contient de longues sections sur le thème de la violence sexuelle pendant la guerre. Bien qu’elle ait affirmé que les soldats russes étaient « équipés de Viagra », le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) n’a fait aucune référence à ce médicament – ni à aucun autre produit pharmaceutique prescrit pour traiter les troubles de l’érection – dans son rapport de septembre sur le conflit en Ukraine. En fait, le site Web du HCDH ne contient aucune référence au Viagra pendant toute cette année.

Le rapport indique simplement que « le HCDH a documenté 9 cas de viol » entre le 1er février et le 31 juillet de cette année, ce qui n’a rien à voir avec le « viol de Nanjing » insinué dans le titre de CNN.

En accusant faussement les commandants militaires russes de donner du Viagra à leurs troupes pour qu’elles commettent des viols en masse, Patten a dépoussiéré le livre de jeu du changement de régime en Libye et a déployé l’une de ses pièces de propagande les plus discréditées – mais efficaces.

Recyclage de la propagande mensongère de l’OTAN qui a contribué à détruire la Libye.

En effet, les six mentions du « Viagra » qui apparaissent sur le site des Nations unies datent de juin 2011, quelques mois avant l’assassinat du président libyen, alors que la campagne d’information en faveur du changement de régime battait son plein.

Des titres comme : « Les forces libyennes utilisent le viol comme arme de guerre, déclare un expert de l’ONU« , « Des preuves émergent de l’utilisation du viol comme outil de guerre en Libye – Procureur de la CPI » et « La CPI enquête sur des allégations d’utilisation de drogues sexuelles pour le viol« , ont tous été publiés sur le site Web des Nations unies. Cela vous dit quelque chose ?

Le mensonge du Viagra est apparu pour la première fois en 2011, lorsque les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené la campagne de l’OTAN pour destituer le gouvernement de Mouammar Kadhafi par la force militaire, en armant des mandataires djihadistes et en menant des frappes aériennes sur les villes libyennes au nom de la « protection des civils. » L’intervention a transformé l’une des nations africaines les plus prospères en une zone de guerre permanente dirigée par des gangs despotiques et des fanatiques islamistes qui ont présidé à des ventes aux enchères d’esclaves et au massacre de minorités religieuses.

La supercherie du Viagra a été introduite pour la première fois en mars 2011 par la chaîne qatarie al-Jazeera, qui a interviewé des médecins d’un hôpital situé dans une zone tenue par les rebelles, affirmant « avoir trouvé des comprimés de Viagra et des préservatifs dans les poches de combattants pro-Kadhafi morts. » Aussi improbable que puisse paraître ce scénario, le récit miteux a suffi à cultiver le soutien à une autre guerre de changement de régime.

Un mois après le reportage d’Al-Jazira, l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, « a déclaré lors d’une réunion à huis clos de responsables des Nations unies que l’armée libyenne utilisait le viol comme arme dans la guerre contre les rebelles et que certains avaient reçu le médicament anti-impuissance« , rapporte NBC News. Bien que Rice n’ait fourni aucune preuve, elle a « soulevé la question du Viagra » pour « persuader les sceptiques [du] conflit en Libye ».

Dans le même rapport, des responsables américains de l’armée et du renseignement ont insisté sur le fait qu' »il n’y avait aucune preuve » que le Viagra était utilisé par les forces de Kadhafi pour favoriser le viol systématique.

Toutefois, l’absence absolue de preuves concrètes n’a pas dissuadé le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, d’affirmer que ces allégations étaient vraies et d’ouvrir une enquête à ce sujet le 9 juin 2011.

Pourtant, le jour suivant, l’enquêteur de l’ONU Cherif Bassiouni a été cité, qualifiant les allégations de viols collectifs d’ « hystérie massive » et affirmant qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui.

Néanmoins, la représentante spéciale des Nations unies pour la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström, a soutenu Moreno Ocampo, se déclarant « convaincue » des allégations. « Le problème est que très peu de femmes se manifestent pour porter plainte pour viol parce que cela comporte de graves risques personnels pour elles », a conclu la représentante spéciale, reconnaissant de fait un manque de preuves.

Mme Wallström a été la première à occuper le poste de représentante spéciale des Nations unies pour la violence sexuelle dans les conflits. Ce poste a été créé par la résolution 1888 du Conseil de sécurité, présentée par la secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, architecte de la guerre de changement de régime en Libye.

Une semaine à peine après l’ouverture de l’enquête de la CPI, Clinton a poussé les fake news encore plus loin, en déclarant que les victimes de viols étaient également contraintes de passer des « tests de virginité ».

Un peu plus d’une décennie après que l’allégation du Viagra libyen ait semblé avoir été mise au placard, l’actuel, et troisième, représentant spécial de l’ONU sur la violence sexuelle dans les conflits l’a ramenée à la vie pour justifier la dernière et la plus intense campagne militaire soutenue par l’OTAN contre un ennemi officiel.

Patten en juin 2022 : « Qui va sur le champ de bataille avec du Viagra ? »

L’affirmation de Patten a été introduite dans les médias occidentaux grâce à son commentaire à l’Agence France-Presse, le 14 octobre, affirmant : « Quand on entend des femmes témoigner de soldats russes équipés de Viagra, c’est clairement une stratégie militaire. » Mais elle a en fait poussé le récit depuis juin 2022.

Lors d’une interview au soi-disant Institut américain pour la paix, une antenne du département d’État basée à Washington DC, on a demandé à Mme Patten de s’étendre sur la « question » de la « vérification ». Faisant remarquer qu’elle venait de se rendre dans le territoire tenu par l’Ukraine, Patten a noté qu’elle avait « rencontré de nombreux intervenants de première ligne, des ONG. »

Qualifiant leurs témoignages d' »anecdotiques », Patten a noté : « Ils ont tous dit que les victimes ne veulent pas faire de rapport formel. » Patten a ensuite fait écho à son prédécesseur à l’ONU sur la façon dont la sécurité et la stigmatisation peuvent dissuader les femmes de signaler les viols. Bien que cela soit largement reconnu, l’absence de rapports sur les violations des droits de l’homme n’est pas une preuve en soi que ces violations sont répandues.

Comme Hillary Clinton, qui a faussement prétendu que la Libye effectuait des « tests de virginité » sur des femmes innocentes, Patten a rapidement pivoté du sujet de la vérification vers les prétendus actes odieux des soldats russes : « La stigmatisation – de nombreux rapports ont fait référence à des victimes à qui l’on a dit, pendant qu’elles étaient violées, qu’elles ne pourraient jamais porter d’enfants d’hommes ukrainiens. Les viols ont été très brutaux. Selon certains rapports, les soldats russes auraient du Viagra. Je veux dire, qui va sur le champ de bataille avec du Viagra ? »

Patten a consulté un fonctionnaire ukrainien qui a admis avoir inventé le viol russe pour encourager la « victoire de l’Ukraine« .
Bien que Patten n’ait pas identifié les ONG qui lui ont fourni des témoignages, elle a évoqué une réunion avec « le bureau du médiateur pour les droits de l’homme, bien qu’elle ait été démise de ses fonctions la semaine dernière. »

Cet envoyé était Lyudmila Denisova, commissaire ukrainienne aux droits de l’homme, qui a été licenciée au printemps pour avoir falsifié des récits d’horribles abus sexuels commis par des soldats russes, admettant qu’elle l’avait fait « parce qu’elle voulait la victoire pour l’Ukraine« . Parmi ses affirmations les plus tristement célèbres figure celle d’un soldat russe violant une fillette de six mois avec une cuillère à café.

Le rôle de Denisova dans l’élaboration du récit de Patten n’est que l’un des nombreux signaux d’alarme que suscitent ses affirmations sur une épidémie de viols alimentée par le Viagra.

Il y a eu deux cas où les médias ont mentionné le terme « Viagra » dans des cas de viols présumés en Ukraine, mais les deux soulèvent des problèmes distincts avec le récit de Patten. Le premier est un rapport de la BBC datant d’avril dans lequel une femme de 50 ans affirme avoir été violée par un Tchétchène et « sauvée » par des soldats russes, ce qui contredit l’idée que le viol est encouragé par l’armée russe. La seconde, datant de mai, était plus spéculative. Dans une interview à Sky News, une Ukrainienne a affirmé avoir été violée par un homme dont elle savait qu’il avait « 19 ans, mais tellement agressif – je ne sais pas, a-t-il pris du Viagra ou peut-être des drogues ?

La raison pour laquelle un jeune homme de 19 ans pourrait avoir besoin de médicaments contre les troubles de l’érection n’est pas claire.

Lors de son discours de juin à l’Institut américain de la paix, Mme Patten a reconnu que « le niveau des rapports – la crédibilité – les sources des rapports varient également. Elle a également indiqué que de nombreux rapports sont également anonymes, provenant de lignes d’assistance téléphonique gérées par des agences comme le FNUAP et d’autres« .

Patten n’a pas précisé quelles étaient ces autres agences qui recueillent les témoignages. On sait cependant que l’ancien commissaire ukrainien aux droits de l’homme Denisova, tombé en disgrâce, avait personnellement mis en place une ligne d’assistance téléphonique ouverte 24 heures sur 24 qui produisait un flux constant d’histoires que les journalistes jugeaient impossible à corroborer.

En outre, Mme Patten a non seulement reconnu l’existence d’une relation de travail avec Denisova, sa collègue fabuliste, mais elle a également indiqué qu’elle avait signé un cadre de coopération avec le gouvernement ukrainien pour permettre une « coordination des efforts ». Dans le cadre de ce partenariat, Patten a reçu de faux témoignages d’une attaque russe alimentée par le Viagra en présence du vice-premier ministre et du vice-ministre des affaires étrangères de l’Ukraine – un fait qu’elle n’a admis que sous la pression des farceurs Vovan et Lexus.

Le travail de Patten avec le gouvernement ukrainien s’inscrit dans le droit fil d’une carrière où les droits de l’homme sont utilisés comme un outil pour faire avancer les objectifs géopolitiques occidentaux. Sa biographie de l’ONU indique qu’elle a travaillé de 1993 à 2002 pour l’International Women’s Rights Action Watch (IWRAW), une organisation aujourd’hui disparue, issue de l’université du Minnesota. Son organisation sœur, l’IWRAW Asia Pacific, une ONG autoproclamée « féministe du Sud » financée par l’agent secret des services de renseignement américains et le milliardaire George Soros, a repris le flambeau. Aujourd’hui, l’ONG bénéficie d’un « statut consultatif spécial » auprès des Nations unies.

L’IWRAW Asia Pacific et l’IWRAW originel ont tous deux travaillé à la promotion de la CEDAW, ou « Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes », un organe de traité placé sous l’égide du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH). Sans surprise, après avoir quitté l’IWRAW, Patten a passé plus d’une décennie en tant que membre du CEDAW.

Un conflit d’intérêts supplémentaire apparaît si l’on considère le financement du HCDH ; parmi ses dix principaux bailleurs de fonds cette année, à l’exclusion de l’ONU elle-même, tous sont des pays qui ont envoyé des armes en Ukraine, à l’exception de la Suisse. En d’autres termes, la plupart de ses principaux bailleurs de fonds sont des belligérants dans la guerre par procuration.

Aujourd’hui, Patten occupe un poste à l’ONU créé par Hillary Clinton, où elle recycle des récits sans fondement de changement de régime d’il y a plus de dix ans pour alimenter la dernière mascarade interventionniste de Washington.

Alexander Rubinstein

Source: https://thegrayzone.com/2022/11/13/un-envoy-fabricating-viagra-russian/

Lire aussi du même auteur: Comment Zelensky a fait la paix avec les paramilitaires néonazis sur les lignes de front de la guerre avec la Russie

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer