Quelqu’un dans l’armée israélienne a décidé de faire entrer cette zone tranquille de Cisjordanie dans le cercle de la violence

L’endroit près duquel le missile a explosé la semaine dernière, dans le camp de réfugiés de Nur Shams. Il a été tiré par un drone directement sur un groupe de jeunes qui, dit-on, ne faisaient rien de mal.

Un missile des FDI tiré sur le centre d’un camp de réfugiés de Cisjordanie a tué six jeunes et en a blessé sept. L’armée a d’abord refusé aux ambulances l’accès au site, et la police des frontières a frappé les blessés à coups de pied et de poing. Quelques jours plus tard, les troupes ont de nouveau envahi le camp.

Au cours des derniers mois, même avant le 7 octobre, le camp de réfugiés de Nur Shams*, situé à la périphérie orientale de Toulkarem, dans le centre de la Cisjordanie, a été dans le collimateur des Forces de défense israéliennes. Il ne se passe pas une nuit sans qu’une incursion d’une violence inouïe n’ait lieu ; les routes d’accès et les rues à l’intérieur du camp ont depuis longtemps été détruites par les bulldozers.

Depuis le début de la guerre, les FDI ont intensifié ses frappes et se sont mises à tuer depuis les airs au moyen de drones. C’est ainsi qu’a commencé, dans la nuit de mardi à mercredi de la semaine dernière, une horrible série d’assassinats aveugles et de mauvais traitements infligés aux blessés, qui a duré jusqu’au début de cette semaine. Il ne faut pas longtemps pour que l’inspiration du comportement des FDI dans la bande de Gaza passe en Cisjordanie : ce qui est permis à Khan Younès l’est aussi à Nur Shams.

Le quartier d’Al Mahajar (“la carrière”) se trouve sur le flanc nord du camp, de part et d’autre de l’autoroute menant à Toulkarem. Al Mahajar est considéré comme relativement calme : jusqu’à la semaine dernière, les FDI y effectuaient rarement des raids, pas même lors de leurs incursions nocturnes dans le quartier Al Manshiya du camp, de l’autre côté de la route principale. Mais quelqu’un dans l’armée a décidé de faire entrer cette zone tranquille dans le cercle de la violence et de la résistance – et quel meilleur moyen que de tirer un missile, tard dans la nuit, directement sur un groupe de jeunes qui, selon des témoins, se tenaient innocemment dans le quartier. Six d’entre eux ont été tués d’un seul coup et sept autres blessés, certains ayant ensuite subi des violences physiques.

Lundi dernier, les rues du camp se sont remplies d’enfants : il n’y a pas d’école ici le jour de l’an. Nur Shams ressemble à Gaza, avec ses ruelles étroites et ses ordures qui jonchent le sol. À côté de l’endroit où le missile est tombé, en face de l’épicerie locale, des techniciens de la compagnie de téléphone palestinienne s’affairent à réparer les poteaux et les lignes endommagés. Le cratère que le missile a creusé dans la route a déjà été comblé.

Le fils de la famille Shehadeh, Mohammed, 25 ans, qui marche à l’aide d’une béquille, nous attend dans la maison des réfugiés. Enseignant à l’école primaire, il a été blessé au bassin par des éclats d’obus. Il a rapidement été rejoint par son cousin et meilleur ami, Awas Shehadeh, 23 ans, gardien de but de l’équipe nationale de football de Palestine et titulaire d’une maîtrise en éducation physique du Kadoorie College de Toulkarem. Awas est également le gardien de but de l’équipe de football Al Quds, basée à Al Ram, juste à côté de Jérusalem. Le 9 octobre, l’équipe devait s’envoler pour le Tadjikistan. Aujourd’hui, sa tête est bandée et lui aussi peut à peine marcher. Des fragments du missile l’ont frappé à la tête.

Awas et Mohammed Shehadeh cette semaine. L’un des soldats a demandé à Mohammed où il avait été blessé et, lorsqu’il a indiqué l’endroit où il saignait au niveau du bassin, il a commencé à lui donner des coups de pied à cet endroit.

Les deux hommes ont raconté avec force détails ce qui leur est arrivé cette nuit-là, ainsi que la nuit de samedi dernier. Leurs pères – des frères qui travaillent tous deux depuis des dizaines d’années en Israël et qui ont demandé à ce que leur nom ne soit pas mentionné – écoutent.

L’invasion du camp a commencé vers 23 heures le 26 décembre, dans le quartier d’Al Manshiya. Les bruits des tirs et des explosions étaient très bien entendus ici et atteignaient également le village distant d’Atil, où vit Abdulkarim Sadi, chercheur de terrain pour l’organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem. Il nous a courageusement accompagnés jusqu’au centre du camp de réfugiés – il n’est pas facile d’escorter des Israéliens dans ce camp en temps de guerre.

Revenons à cette nuit-là : Environ 13 jeunes du quartier sont descendus dans la rue et se tenaient à côté de l’épicerie. Le quartier est construit sur la pente d’une colline, d’où l’on peut observer la partie sud du camp, qui était alors pris d’assaut par l’armée.

Vers minuit, alors qu’ils étaient là à regarder les événements se dérouler, un missile tiré par un drone au-dessus de leur tête s’est abattu sur le groupe dans un grondement de tonnerre. « Ça a été un moment terrible », se souvient Mohammed. « Une scène de terreur difficile à décrire ». Il a ressenti un coup violent au niveau de la hanche et s’est écroulé sur le sol. Awas a été projeté dans les airs et a atterri sur la route, avant de découvrir qu’il saignait de la tête et du cou à cause des fragments qui l’avaient frappé.

Autour d’eux, il y avait des morts et des mourants. Deux membres du groupe sont morts sur le coup, un autre a perdu ses deux jambes, le visage d’un autre a été déchiqueté, trois autres sont dans un état très grave. Les cris des blessés, qui se mêlaient à ceux des gens qui s’étaient précipités dans la rue, étaient insupportables, raconte Mohammed. La plupart des morts et des blessés étaient plus jeunes que lui et Awas.

Mohammed a entendu un bruit dans sa tête qui n’a pas cessé de l’accompagner pendant un certain temps. Il a senti qu’il perdait connaissance. Lui et Awas disent avoir eu peur que le premier missile soit suivi d’un second, comme cela s’était produit deux semaines plus tôt à côté du camp, lorsque, alors que les habitants évacuaient les morts et les blessés, un autre missile a explosé au milieu d’eux. Adham Shehadeh, 33 ans, leur ami, qui s’est joint à notre conversation, était allé aux toilettes une minute avant l’explosion du missile et a donc été épargné. « J’ai été sauvé par un miracle”, dit-il dans son hébreu d’ouvrier.

Deux ambulances ont été dépêchées sur place, l’une du Croissant-Rouge, l’autre d’Al Shifa, une clinique privée. En attendant leur arrivée, les blessés ont été aidés par des jeunes du camp, dont beaucoup ont suivi des cours de premiers secours, qui sont désormais très demandés ici. La première ambulance est arrivée au bout d’une demi-heure, après avoir été bloquée sur l’autoroute, et a accueilli les trois jeunes les plus gravement blessés avant de repartir. La seconde ambulance n’a pas eu d’autre choix que d’entasser trois blessés dans son espace étroit : Awas, Mohammed et un autre jeune, Mahmoud Rashad, 19 ans, dont la jambe saignait. Ils ont ensuite été confrontés à un autre problème.

Au bout de la route qui descend du quartier, un important dispositif de la police des frontières les attendait. Tirant en l’air, ils ont ordonné à l’ambulancier de s’arrêter, de couper le moteur et de ne regarder que vers l’avant, selon le témoignage qu’il a donné à Sadi. L’ambulancier a déclaré que son arrivée dans le camp avait été organisée par l’intermédiaire de la Direction de la coordination et de la liaison. La police des frontières a ouvert les portes latérales et arrière de l’ambulance. Ils ont attrapé Mohammed, qui était assis sur le siège à côté de la porte latérale, et l’ont jeté sur la route. Mohammed a entendu l’un des hommes dire à un autre : « Tire-lui une balle dans la tête », et la terreur l’a envahi. La terreur l’envahit : « Pourquoi ? Je n’ai rien fait ! », a-t-il crié, impuissant.

Les soldats ont menotté Mohammed dans le dos, lui ont fait écarter les jambes pour le fouiller, lui ont bandé les yeux et lui ont demandé de s’agenouiller sur le sol, la tête baissée. L’un des soldats lui a demandé où il avait été blessé et, lorsqu’il a indiqué le point de saignement dans son bassin, a commencé à lui donner des coups de pied à cet endroit. Chaque coup de pied était accompagné de jurons. Selon Mohammed, ce fut le début d’une série de coups de poing et de pied de la part de nombreux agents de la police des frontières, qui se sont relayés pour le frapper alors qu’il était agenouillé sur le sol. La plupart des soldats étaient masquées. Quelques-uns l’ont frappé à la tête avec la crosse de leur fusil. L’un d’eux lui a donné un coup de pied dans les testicules. Un autre lui a demandé « Tu veux ta jambe ? » en pointant son fusil sur la jambe de Mohammed.

Entre-temps, ils ont également vérifié et découvert qu’il avait un casier judiciaire vierge. Les deux autres Palestiniens blessés attendaient dans l’ambulance, étourdis et perdant du sang. Lorsque Mohammed a dit à un officier qui l’a interrogé sur place, par téléphone, qu’il avait été battu, les soldats l’ont puni en le frappant à nouveau. « Personne n’est propre à Nur Shams, vous êtes tous des putes et de fils de pute », lui ont-ils dit, comme le disent leurs copains de Gaza.

Cette semaine, un porte-parole de la police israélienne a déclaré à Haaretz : « Au cours des opérations menées par les forces de sécurité pour prévenir le terrorisme, des terroristes ont lancé des engins [explosifs] dans leur direction et ont mis en danger la vie de nos forces. Les combattants ont agi pour préserver la sécurité, ont examiné les suspects et ont permis aux blessés d’être évacués en ambulance ».

Les ruelles de Nur Shams

Lorsqu’il cesse de se sentir dans les vapes, il découvre qu’il est dans l’ambulance et que sa tête a été bandée. « Tu resteras ici jusqu’à ce que tu crèves, tu n’iras pas à l’hôpital », a menacé l’un des soldats. Un autre a pris un selfie avec le blessé en guise de souvenir. Ils ont maudit les blessés palestiniens et se sont moqués d’eux. Ce n’est qu’au bout d’une heure environ que l’ambulance a été autorisée à partir et qu’elle s’est rendue à l’hôpital Thabet Thabet, une institution gouvernementale située à Toulkarem.

Samedi soir dernier, les FDI ont à nouveau pénétré dans le camp de réfugiés. Selon des témoins oculaires, il y avait environ 200 soldats. Entrant dans les maisons du quartier d’Al Mahajar, ils ont ordonné à tous les hommes de plus de 14 ans de se rassembler dans une seule maison, où ils ont tous été ligotés et ont eu les yeux bandés. Mohammed, qui était sorti de l’hôpital au bout de deux jours, faisait partie de ce groupe. Une quinzaine d’hommes et d’adolescents ont été entassés dans chacune des pièces, dans une grande promiscuité. Il a entendu les soldats : « Ce sont des connards du Hamas, peut-être qu’on va les prendre et les jeter dans le Jourdain ? » « Non, si on les jette dans le Jourdain, ils vont revenir. » « Peut-être qu’on devrait leur tirer à chacun une balle dans la tête ? » « Non, c’est dommage de gaspiller l’argent que coûte une balle, 10 agurot [quelques centimes] par balle. On les prend et on les jette à Gaza. » « Il n’y a plus de Gaza. On les emmène dans le Sinaï. » « Qu’ils aillent se faire voir à Khan Younès, on va raser toutes leurs maisons ici et on agrandira le pays pour nous ».

Ça a continué comme ça dans les chambres bondées de 2 h 30 à 10 h du matin, le dimanche. Quiconque demandait à se soulager se voyait répondre : « Qu’est-ce que tu crois, que tu es à l’école ? Pisse dans ton froc ».

Cette semaine, l’unité du porte-parole des FDI a fait la déclaration suivante à Haaretz : « Dans la nuit du 26 décembre, les forces des FDI, du Shin Bet et de la police des frontières ont entrepris une opération anti-terroriste dans le camp de réfugiés de Nur Shams, qui est sous l’autorité de la brigade territoriale Menashe. Au cours de l’action, les soldats ont identifié des terroristes qui leur ont lancé des engins [explosifs]. Un véhicule aérien de l’armée de l’air a attaqué le gang, et six des terroristes ont été éliminés.

« Dans la nuit du 31 décembre, les FDI ont de nouveau mené une opération dans le camp de réfugiés de Nur Shams, au cours de laquelle des dizaines de suspects ont été interrogés. Cinq d’entre eux ont été arrêtés et transférés pour être interrogés par les forces de sécurité. Certains des suspects ont été détenus pendant plusieurs heures en raison de la longueur de l’opération et de la nature de l’interrogatoire. Les forces ont permis à ceux qui le souhaitaient de satisfaire leurs besoins physiques. Tout au long de l’action, il y a eu des échanges de tirs, ce qui explique que les forces aient retenu certains des suspects pendant toute la durée de l’opération. Lorsque les forces ont quitté les lieux, les suspects ont été relâchés ».

Finalement, les soldats sont partis, laissant les dizaines d’hommes toujours ligotés et les yeux bandés. En sortant, les troupes ont éclaté quelques pare-brise de voitures. Nous les avons vus cette semaine, brisés.

Gideon Levy

Source: Haaretz, 5/1/2024 – Photos: Alex Levacs

NdT: *Le camp de Nur Shams (« Lumière du soleil »), à 3 km de Toulkarem, comptait 13 519 habitants dont 4 440 enfants en 2022. Il a été établi en 1952 par des habitants de Haïfa chassés par la Nakba, après que leur premier campement, près de Jénine, eut été détruit par une tempête de neige. Le camp est surpeuplé, avec une densité de 64 376 habitants au km2 (à comparer avec Toulkarem : 2 725, ou Haifa : 4 714)

Traduit par Tlaxcala