Blinken meets Netanyahu in Tel Aviv. (Israeli Government Press Office)

Alors que l’Afrique du Sud accuse Israël de génocide, l’administration Biden soutient la tentative d’Israël de semer la “peur” parmi les civils sans défense de Gaza.

Quelques jours après que l’Afrique du Sud a déposé une requête auprès de la Cour internationale de justice accusant Israël de génocide à l’encontre des Palestiniens de Gaza, l’administration Biden a réagi avec indignation. Le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que cette allégation était “sans fondement, contre-productive et complètement dénuée de toute base factuelle”.

Le document de 84 pages soumis par l’Afrique du Sud est en fait une documentation exhaustive sur la campagne de massacres menée par Israël à Gaza et sur l’intention ouverte des dirigeants israéliens de la mener à bien. Contrairement à cette intervention détaillée, le principal sponsor d’Israël à Washington admet ouvertement qu’il refuse toujours un examen même minimal de la campagne d’extermination qu’il finance, arme et protège d’un veto du Conseil de sécurité de l’ONU.

Près de trois mois après le début d’un assaut israélien qui s’est appuyé sur des milliards de dollars d’armement américain, l’administration Biden n’a toujours pas “procédé à une évaluation formelle pour déterminer si Israël viole le droit humanitaire international”, rapporte Politico. Tout en s’efforçant d’éviter cette évaluation, l’administration Biden a contourné l’examen du Congrès pour transférer 147,5 millions de dollars d’obus d’artillerie et d’autres équipements à Israël – c’est la deuxième fois qu’elle invoque les pouvoirs d’urgence pour le faire.

Un haut fonctionnaire de l’administration insiste auprès de Politico sur le fait qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter : “Si vous regardez simplement ce que fait Israël, il ne cible pas systématiquement les civils”. Même si cela était vrai, ce qui n’est manifestement pas le cas, ce qui est incontestable, c’est qu’Israël tue systématiquement des civils. Comme l’a souligné le mois dernier le président Biden, Israël procède à des “bombardements aveugles”, ce qui constitue un crime de guerre sans équivoque. C’est pourquoi, selon le New York Times, lorsque M. Biden a fait ce “commentaire non scénarisé”, sa bévue “a poussé ses collaborateurs à se précipiter pour l’expliquer”.

La façon dont la Maison Blanche se démène aujourd’hui pour expliquer son point de vue selon lequel Israël ne commet pas de génocide ni même de violations du droit humanitaire est encore plus révélatrice. Selon Politico : “Les États-Unis sont parvenus à cette conclusion en partie après avoir examiné des articles de presse et des conversations avec des responsables israéliens au sujet de leurs opérations militaires. Dans la liste des sources de l’administration Biden, il n’y a pas ses propres services de renseignement, qui ont récemment découvert que près de la moitié des munitions qu’Israël a larguées sur Gaza étaient des bombes “muettes” aveugles qui, comme on pouvait s’y attendre, ont tué d’innombrables civils dans leurs maisons et leurs abris.

Au lieu de cela, les États-Unis s’appuient uniquement sur des “rapports de presse” – mais clairement pas sur ceux documentés et soumis par l’Afrique du Sud à la CIJ, exposant la rhétorique génocidaire des dirigeants israéliens en neuf pages de détails effrayants (p. 59-67). Il reste donc les “conversations avec des responsables israéliens” qui, comme on peut s’y attendre, ne sont pas enclins à admettre qu’ils sont les pires criminels de guerre du XXIe siècle.

La campagne de bombardements d’Israël s’accompagne d’un blocus sans précédent qui prive Gaza d’une aide vitale. Selon Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial des Nations unies, “80 % des personnes [dans le monde], soit quatre personnes sur cinq, en situation de famine ou de faim catastrophique se trouvent actuellement à Gaza”.

À la tribune de la Maison-Blanche, M. Kirby a déclaré qu’il n’était “pas au courant d’une quelconque évaluation formelle effectuée par le gouvernement des États-Unis pour analyser le respect du droit international par notre partenaire Israël”. Et étant donné que Kirby a précédemment déclaré que la Maison Blanche n’avait “aucune ligne rouge” en ce qui concerne le comportement d’Israël, cela restera le cas. “Nous n’avons rien vu qui nous convaincrait de la nécessité d’adopter une approche différente pour aider Israël à se défendre”, a-t-il déclaré.

Pour restaurer l’ “aura de puissance” d’Israël, les Américains empathiques ont donc donné à Israël un laissez-passer pour massacrer plus de 22 000 civils sans défense, tout en poussant plus de deux millions de survivants dans la famine et le désespoir.

Cet impératif de “dissuasion” – établir un monopole de la violence contre les Palestiniens occupés et les voisins régionaux – a guidé la stratégie israélienne depuis sa création.

En 1967, alors qu’il était commandant d’une division militaire, le futur Premier ministre israélien Ariel Sharon s’inquiétait de voir Israël perdre sa “capacité de dissuasion”, qu’il définissait comme “notre arme principale – la peur de nous”.

En 1988, un mois après le début de la première Intifada, le ministre de la défense Yitzhak Rabin s’est vanté que sa politique de brutalisation des manifestants palestiniens avait permis d’utiliser avec succès la principale arme d’Israël : la peur. “L’usage de la force, y compris les passages à tabac, a sans aucun doute eu l’impact que nous souhaitions : renforcer la peur de la population à l’égard des Forces de défense israéliennes“, a déclaré Rabin.

Lorsqu’Israël a lancé l’opération “Plomb durci” en décembre 2008, un assaut de trois semaines qui a tué 1 400 Palestiniens, dont plus de 300 enfants, dans la bande de Gaza, Israël a utilisé la même arme. Selon le New York Times, les responsables israéliens étaient guidés par une “préoccupation plus large” : leurs “ennemis ont moins peur d’elle qu’ils ne l’ont été ou qu’ils ne devraient l’être”.

C’est pourquoi, selon le Times, “les dirigeants israéliens calculent qu’une démonstration de puissance à Gaza pourrait y remédier”, en utilisant les civils palestiniens tués pour “rétablir la dissuasion israélienne”.

Le même impératif s’applique à l’actuelle campagne d’extermination d’Israël à Gaza. En appelant à une “guerre d’une ampleur sans précédent” contre Gaza, l’ancien Premier ministre israélien Naftali Bennett a expliqué en octobre que “l’avenir d’Israël ne dépend pas de la pitié du monde, mais de la peur dans le cœur de nos ennemis”.

Dans un nouveau compte rendu des relations de l’administration Biden avec Israël, le New York Times confirme une nouvelle fois qu’Israël cherche à préserver son monopole sur la terreur d’État. À Gaza, explique le Times, “stratégiquement, Israël ne s’inquiète pas trop si le reste du monde pense qu’il est prêt à passer par-dessus bord avec une force écrasante”. Après tout, Israël a passé plus d’un “demi-siècle… à entretenir l’image de l’invincibilité, une image qui a volé en éclats le 7 octobre”. Les dirigeants israéliens veulent rétablir la dissuasion perdue”.

En effet, Israël ne doit pas se préoccuper du fait que le monde s’oppose à sa campagne génocidaire lorsque la première superpuissance mondiale lui donne carte blanche pour “passer à l’acte avec une force écrasante” – euphémisme habile du Times pour désigner la terreur d’État.

La Maison Blanche continue d’afficher clairement son soutien, même si elle feint parfois de s’inquiéter du nombre de victimes civiles. Selon le Times, “il n’y a pas de discussion sérieuse au sein de l’administration Biden sur le fait de couper les vivres à Israël ou de poser des conditions à l’aide à la sécurité”. Le seul “vrai débat” concerne “le langage à utiliser et l’intensité de la pression à exercer” sur des questions tactiques marginales. Mais quel que soit le nombre de civils qui meurent, “personne à l’intérieur ne fait vraiment pression pour un changement radical de politique comme la suspension des livraisons d’armes à Israël – ne serait-ce que parce qu’ils comprennent que le président n’est pas disposé à le faire”.

Israël apprécie sans aucun doute le manque de volonté de M. Biden d’arrêter le génocide. Comme l’explique Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Israël était “dépendant des États-Unis” après le 7 octobre. “Et cela signifiait qu’ils avaient leur mot à dire. La principale contribution de la Maison Blanche, ajoute Oren, est que “Biden n’a pas utilisé les deux outils les plus évidents à sa disposition pour forcer la main d’Israël, à savoir le flux d’armes américaines vers Israël et le veto américain au Conseil de sécurité de l’ONU qui protège Israël des sanctions internationales”. Selon des initiés de la Maison Blanche, si Biden et Netanyahu “ne sont pas vraiment amis”, tous deux “comprennent la politique de l’autre et leur dépendance mutuelle à ce stade”.

La dépendance mutuelle de Biden et de Netanyahu signifie seulement qu’Israël doit occasionnellement tempérer sa sauvagerie pour répondre aux besoins de relations publiques des États-Unis. Selon le Times, M. Netanyahou “a accepté de laisser entrer l’aide humanitaire dans la bande de Gaza comme condition à la visite de M. Biden” en Israël après le 7 octobre. En d’autres termes, Netanyahou a laissé entrer un filet d’aide humanitaire dans le camp de la mort assiégé de Gaza uniquement pour le bénéfice politique qu’une visite de M. Biden pourrait lui offrir. Le Times fait cette révélation en passant, sans autre commentaire. Selon le Times et ses sources au sein de l’administration Biden, il est parfaitement raisonnable qu’Israël bloque l’approvisionnement vital de Gaza juste pour obtenir un geste de soutien politique américain à sa campagne d’extermination dans cette région.

Dans un récent article d’opinion paru dans le Wall Street Journal, M. Netanyahou a décrit ses “trois conditions préalables à la paix entre Israël et ses voisins palestiniens de Gaza” comme suit : “Le Hamas doit être détruit, Gaza doit être démilitarisée et la société palestinienne doit être déradicalisée”.

Mais la vision de la “paix” de Netanyahou repose sur l’extermination de ses voisins palestiniens de Gaza. Parallèlement à sa campagne de bombardements et à son siège de famine, les responsables israéliens ont ouvertement appelé à un nettoyage ethnique.

“Ce qu’il faut faire dans la bande de Gaza, c’est encourager l’émigration”, a récemment déclaré Bezalel Smotrich, ministre israélien des finances, à la radio de l’armée israélienne. “S’il y a 100 000 ou 200 000 Arabes à Gaza et non 2 millions d’Arabes, la discussion du lendemain sera totalement différente. Selon le Times of Israel, M. Netanyahu a informé les membres de son cabinet que : “Notre problème est de trouver des pays prêts à absorber les habitants de Gaza, et nous y travaillons.

Toute “condition préalable à la paix” sérieuse exige donc l’inverse de la stratégie de Netanyahou : le gouvernement israélien doit être démilitarisé et la société israélienne doit être déradicalisée. Il en va de même pour l’administration Biden, qui est tellement radicalisée qu’elle affiche ouvertement son soutien à ce que l’Afrique du Sud appelle “la destruction physique des Palestiniens de Gaza”, tout cela pour aider à défendre “l’aura de puissance” d’Israël.

Aaron Maté, 5 Janvier 2024

Traduction: Arretsurinfo.ch