(Billy Hathorn, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Twitter Files: Le FBI* aide l’Ukraine à censurer les utilisateurs de Twitter et à obtenir leurs informations, y compris celles de journalistes

Des fuites révèlent que le FBI a aidé les services de renseignement ukrainiens à bannir les utilisateurs de Twitter et à collecter leurs données. Twitter a refusé de censurer les journalistes visés par l’Ukraine, dont Aaron Maté.

Le Federal Bureau of Investigation a aidé une action des services de renseignement ukrainiens pour censurer les utilisateurs des réseaux sociaux et obtenir leurs informations personnelles, révèlent des courriels ayant fait l’objet d’une fuite.

En mars 2022, un agent spécial du FBI a envoyé à Twitter une liste de comptes au nom du Service de sécurité de l’Ukraine (SBU) la principale agence de renseignement ukrainienne. Ces comptes, écrit le FBI, “sont soupçonnés par le SBU de propager la peur et la désinformation”. Dans une note jointe, le SBU demande à Twitter de supprimer les comptes et de lui remettre les données de leurs utilisateurs.

Les cibles du gouvernement ukrainien visées par le FBI s’étendent aux membres des médias. La liste du SBU que le FBI a fournie à Twitter comprenait mon nom et mon profil Twitter. Dans sa réponse au FBI, Twitter a accepté de vérifier si les comptes étaient “inauthentiques”, mais s’est inquiété de mon inclusion et de celle d’autres “journalistes américains et canadiens”.

La tentative du FBI d’interdire des comptes Twitter à la demande des services de renseignement ukrainiens fait partie des demandes de censure les plus manifestes révélées à ce jour dans les Twitter Files, un cache de communications ayant fait l’objet de fuites de la part du géant des réseaux sociaux.

La demande de censure du FBI a été transmise, dans un courriel daté du 27 mars 2022, à deux cadres de Twitter, par l’agent spécial du FBI Aleksandr Kobzanets, attaché juridique adjoint à l’ambassade des États-Unis à Kiev. Quatre collègues du FBI ont été mis en copie de l’échange.

“Merci beaucoup d’avoir pris le temps de discuter de l’assistance à l’Ukraine”, écrit Kobzanets. “Je joins une liste de comptes que j’ai reçus au cours des deux dernières semaines de la part du Service de sécurité de l’Ukraine. Ces comptes sont soupçonnés par le SBU de répandre la peur et la désinformation. Je vous prie de bien vouloir les examiner et les prendre en considération”.

(Traduction)

Bonjour Marlena et Yoel,
Je vous remercie d’avoir pris le temps de discuter de l’aide à l’Ukraine jeudi. Comme convenu, je joins une liste de comptes que j’ai reçus au cours des deux dernières semaines de la part du Service de sécurité de l’Ukraine. Ces comptes sont soupçonnés par le SBU de propager la peur et la désinformation. Je vous prie d’en prendre connaissance et d’en tenir compte.

Je vous remercie,
Alex

Aleksandr Kobzanets
Attaché juridique adjoint, Kyiv Ukraine

Ukraine, Biélorussie

Le document attaché, rédigé par le SBU ukrainien, contient 163 comptes, dont le mien. (La liste est numérotée jusqu’à 175, mais certains comptes ont deux lignes numériques correspondantes).

Liste des comptes ciblés fournie à Twitter par le FBI pour le compte du SBU ukrainien.

Télécharger le fichier PDF : “Twitter Dissinf 20220327 SBU List“

Les profils Twitter listés, a affirmé le SBU, ont été “utilisés pour diffuser de la désinformation et des fake news afin de refléter de manière inexacte les événements en Ukraine, de justifier les crimes de guerre des autorités russes sur le territoire de l’État ukrainien en violation du droit international.”

Afin “d’arrêter l’agression russe sur le front de l’information”, poursuit le SBU, “nous vous demandons de prendre des mesures urgentes pour bloquer ces comptes Twitter et de nous fournir les données d’utilisateur spécifiées lors de l’enregistrement”.

Le SBU a exprimé sa “gratitude pour le niveau d’interaction existant”. Dans une note transmise par le FBI, le SBU ukrainien demande à Twitter de “bloquer” les comptes Twitter listés “et de nous fournir les données d’utilisateurs spécifiés lors de l’enregistrement”.

(Traduction):

« Compte tenu de ce qui précède, pour mettre fin à l’agression russe sur le front de l’information, nous vous demandons de prendre des mesures urgentes pour bloquer ces comptes Twitter et de nous fournir les données d’utilisateur spécifiées lors de l’enregistrement. Nous vous remercions pour le niveau d’interaction existant ».

Si cette demande avait été acceptée, les utilisateurs figurant sur la liste auraient non seulement été bannis de Twitter, mais leur numéro de téléphone, leur date de naissance et leur adresse électronique auraient été divulgués au FBI et au SBU.

En réponse, Yoel Roth, alors responsable de la confiance et de la sécurité chez Twitter, a informé l’agent spécial Kobzanets et ses collègues du FBI que Twitter “examinerait les comptes signalés dans le cadre de nos règles”. Mais il a averti que la liste comprenait “quelques comptes de journalistes américains et canadiens (par exemple Aaron Mate)”. Par conséquent, a déclaré M. Roth, l’examen de Twitter “se concentrera d’abord et avant tout sur l’identification de toute inauthenticité potentielle”.

Roth a ensuite laissé entendre qu’il serait prêt à suspendre des comptes authentiques s’il pouvait être prouvé qu’ils ont un lien caché avec un gouvernement étranger. Les journalistes “qui couvrent le conflit avec une position pro-russe ont peu de chances d’être jugés en violation de nos règles en l’absence d’un autre contexte qui pourrait établir une sorte de lien caché ou trompeur entre eux et un gouvernement”, a écrit M. Roth. “Toute information ou contexte supplémentaire dans ces domaines est bien sûr bienvenu et apprécié ».

La réponse de Yoel Roth, cadre de Twitter, à la demande de censure du FBI inclus des journalistes, “par exemple Aaron Mate”.

(Traduction):

Bonjour Alex,
Merci pour votre message et pour le temps que vous nous avez consacré la semaine dernière. Nous allons examiner les comptes signalés dans le cadre de notre règlement.

Dans un premier temps, il semble qu’il s’agisse d’un mélange de comptes individuels (qui peuvent être authentiques ou non), de comptes officiels russes officiels russes (y compris les comptes des médias d’État qui sont déjà étiquetés conformément à nos règles), et même quelques comptes de journalistes américains et canadiens (par exemple Aaron Mate). Nos examens se concentreront avant tout sur l’identification de toute inauthenticité potentielle. En général, les organes d’information authentiques et les journalistes qui couvrent le conflit en adoptant une position pro-russe ont peu de chances d’être considérés comme violant nos politiques. Il est peu probable que nos règles soient enfreintes en l’absence d’autres contextes susceptibles d’établir une association entre eux et un gouvernement. Toute information ou contexte supplémentaire dans ces domaines est bien sûr le bienvenu et est et appréciée.

Yoel

Dans sa réponse, M. Kobzanets n’a pas directement pris en compte les préoccupations de M. Roth concernant les efforts déployés par l’Ukraine, sous l’égide du FBI, pour censurer les journalistes. “Compris”, a répondu M. Kobzanets à M. Roth. “Quel que soit le résultat de votre examen et l’action que Twitter jugera appropriée. Il a également indiqué que le FBI ne répondrait pas à la demande de Roth concernant tout “contexte” susceptible d’établir des liens entre les journalistes et un gouvernement étranger : “Il est peu probable qu’il y ait des informations ou un contexte supplémentaire”.

Sur Twitter, M. Roth a transmis la demande du FBI à deux collègues. “Voici le résultat de notre réunion avec le FBI la semaine dernière”, écrit-il. “La liste des comptes est hétéroclite – il y a des médias d’État mélangés à un tas d’autres choses – mais étant donné le contexte, je pense qu’un examen approfondi est justifié.” (Roth a quitté Twitter en novembre 2022).

Télécharger le fichier PDF : “FBI SBU Twitter Emails“

Correspondance FBI-Twitter sur la censure de comptes à la demande des services de renseignement ukrainiens.

Dans un courriel, j’ai demandé à l’agent spécial Kobzanets s’il avait vérifié la liste des demandes de censure de l’Ukraine avant de l’envoyer à Twitter. Je lui ai également demandé si, après avoir été informé par Roth de Twitter que le FBI essayait de censurer des journalistes au nom du SBU, cela l’avait incité à revoir ou à réviser son assistance aux services de renseignement ukrainiens. M. Kobzanets n’a pas répondu.

Le bureau de presse national du FBI a également refusé de répondre aux questions. Parmi plusieurs questions, j’ai invoqué l’avertissement de Twitter selon lequel l’ ”assistance à l’Ukraine” du FBI impliquait la censure des journalistes, et j’ai demandé si cela avait entraîné des changements dans la collaboration du bureau avec les services de renseignement ukrainiens.

“Bien que nous appréciions votre demande, nous n’avons pas l’habitude de confirmer, d’infirmer ou de commenter des interactions spécifiques, ni de confirmer la véracité de la correspondance”, a écrit un porte-parole du FBI.

Parmi les fonctionnaires du FBI ayant reçu une copie de l’échange des Kobzanets avec Twitter figure Elvis Chan, un agent spécial adjoint en charge (ASAC) du bureau local du FBI à San Francisco, où il dirige la branche cybernétique. Chan a été actif dans les contacts du FBI avec Twitter lors de la censure par le géant des réseaux sociaux des rapports sur l’ordinateur portable de Hunter Biden peu avant l’élection de novembre 2020. (Comme je l’ai récemment rapporté, il a également été impliqué dans la décision du FBI de renoncer à une inspection directe des serveurs du Comité National Démocrate et de s’appuyer plutôt sur la cyber-entreprise CrowdStrike, financée par Hillary Clinton, dans l’enquête du bureau sur le piratage russe présumé en 2016).

Sur les 163 comptes cités par le SBU, 34 ont été suspendus et 20 n’existent plus. Les autres restent actifs.

Parmi ceux qui ont été marqués pour censure par l’Ukraine mais qui restent en ligne, on trouve des hommes politiques russes, Gennady Zyuganov, membre de longue date du Parti communiste russe et parlementaire qui a perdu face à Boris Eltsine lors de l’élection présidentielle de 1996, Dmitry Rogozin, ancien vice-premier ministre russe, et Sergey Mironov, homme politique et parlementaire russe. La liste comprend également les journalistes russes Vladimir Solovyov, présentateur de journaux télévisés, et Margarita Simonyan, rédactrice en chef de la chaîne publique russe RT. Plusieurs agences gouvernementales et organes de presse russes figurent également sur la liste.

Les ressortissants ukrainiens visés par la demande de suppression du SBU sont Anatoly Shariy, un blogueur vidéo et homme politique qui a fui l’Ukraine en 2012 et a ensuite reçu l’asile de l’Union européenne, et Andriy Portnov, un avocat et homme politique ukrainien qui a été un haut fonctionnaire du président ukrainien Viktor Yanukovych jusqu’à l’éviction de ce dernier lors du coup d’État de Maidan en février 2014. (Les comptes Twitter de Shariy et Portnov sont toujours actifs).

La révélation d’une collaboration entre le FBI et le SBU en matière de censure est le dernier exemple documenté des tentatives de l’État ukrainien de cibler les voix étrangères. Un site web ukrainien connu sous le nom de Myrotvorets tient une liste de ce qu’il appelle les “ennemis de l’Ukraine”. J’ai récemment été ajoutée à cette liste, de même qu’Anya Parampil, de The Grayzone, et l’humoriste et animateur de YouTube Jimmy Dore. La base de données Myrotvorets a été cofondée par Anton Gerashchenko, ancien vice-ministre au ministère ukrainien de l’intérieur, où il est aujourd’hui conseiller.

L’année dernière, le Web Summit (conférence mondiale sur les technologies et les médias) a retiré son invitation à Max Blumenthal et à moi-même après qu’Olena Zelenska, l’épouse du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a exigé l’annulation de notre participation. (Un autre collègue de la Grayzone, Kit Klarenberg, a récemment été détenu et interrogé par les autorités britanniques sur ses activités journalistiques).

La nouvelle de la collaboration du FBI avec les services de renseignement ukrainiens pour censurer les utilisateurs de

Twitter fait également suite à une information du journaliste Lee Fang selon laquelle le FBI a fait pression sur Facebook pour qu’il supprime des comptes et des messages considérés par le SBU comme de la “désinformation” russe. Selon Lee Fang, un haut fonctionnaire ukrainien en contact régulier avec le FBI a défini la “désinformation” en des termes si larges qu’elle pourrait signifier des points de vue qui “contredisent simplement le récit du gouvernement ukrainien”.

By Aaron Maté 

Aaron Maté, est un journaliste indépendant canado-américain, primé pour ses reportages et analyses – et dont les contre-enquêtes dérangent l’establishment.

(*) Le FBI est aux États-Unis, le principal service fédéral de police judiciaire et un service de renseignement intérieur.

Article original en anglais est paru le 7 juin 2023 sur MateSubstack.com sous le titre FBI helps Ukraine censor Twitter users and obtain their info, including journalists

Source: MateSubstack.com 

Lire également du même auteur: Musk a raison: Bellingcat est une “opération psychologique” occidentale

Traduction Arrêt sur info