Eusebio et Yashin. Image Facebook


Les dirigeants de l’OTAN sont les Hitlers de notre époque, abusant du sport pour leurs propres fins mesquines, écrit Declan Hayes.

Declan Hayes – 17 novembre 2022 – Traduction Arretsurinfo.ch

La Coupe du monde de 1966 s’est terminée pour moi par l’élimination d’Eusébio en demi-finale contre l’Angleterre, qui a remporté le tournoi. L’année 1986 a été meilleure, lorsque les deux grands buts de Maradona contre l’Angleterre ont permis à son équipe de remporter le trophée de la Coupe du monde de la FIFA.

 

Pelé et Maradona

Maintenant que Qatar 2022 est à nos portes, mon adulation enfantine est passée d’Eusébio et Maradona à d’autres de la même classe. Bien que Maryana Naumova et Kamila Valieva figurent en tête de ma liste de héros, la première place revient à Sham Al Bakour, une fillette syrienne de sept ans, que sa mère a guidée pour qu’elle remporte un concours de lecture entièrement arabe, quelques années seulement après la mort du père de Sham, qui défendait la République arabe syrienne laïque. Le Qatar a peut-être Messi, Ronaldo, De Bruyne ainsi que des mercenaires plus âgés comme Beckham et Gary Neville à mettre en valeur, mais Sham Al Bakour a le cœur de centaines de millions d’Arabes et de beaucoup plus d’entre nous dans sa poche.

Sham Al Bakour

En ce qui concerne la Coupe du monde elle-même, il n’y a pas grand-chose à dire qui n’ait déjà été dit. Bien entendu, le Qatar n’aurait pas dû être choisi et, bien qu’il incombe maintenant aux joueurs qualifiés de protester contre ceci ou cela au Qatar, ce n’est pas leur travail. Leur travail consiste à taper dans le ballon et ces protestations auraient dû être faites au moment où la Russie et le Qatar se sont vus attribuer respectivement les finales 2018 et 2022.

Bien que l’OTAN ait, comme on pouvait s’y attendre, essayé de faire croire que la Russie ne méritait pas autant que le Qatar d’accueillir de tels événements, la Russie, patrie de Lev Yashin, Igor Akinfeev et Rinat Dasayev, n’était pas seulement, n’est pas seulement et sera toujours une puissance mondiale dans le domaine du sport, mais les Russes sont aussi assez grands pour saluer le génie d’un Sham Al-Bakour ou d’une Kamila Valieva comme celui d’un Eusébio, d’un Pelé ou d’un Maradona, marques de grandeur que la Suède, la Pologne et la République tchèque ont jetées aux orties lorsque l’OTAN a obtenu de ces petits qu’ils insistent sur l’expulsion de la Russie du groupe H de la compétition.

Par conséquent, selon les Suédois, les Polonais, les Tchèques et divers autres Quislings de l’OTAN, la course ne doit pas aller au plus rapide, ni la bataille au plus fort, ni les trophées de football à la meilleure équipe si l’OTAN en décide autrement.

 

Joe Louis et Max  Schmeling

Dans le sport, comme dans beaucoup d’autres domaines, les dirigeants de l’OTAN sont les Hitler de notre époque, qui abusent du sport pour leurs propres fins mesquines. Mais alors que les nazis ont permis au grand Max Schmeling de porter leurs espoirs contre Joe Louis (avec qui Schmeling a développé une amitié de toute une vie) et que l’équipe nationale de football du Reich a concouru mais a échoué face à une concurrence plus forte, tout ce que l’OTAN peut faire maintenant est de truquer ses tournois en sa faveur et de montrer que, quel que soit le vainqueur final, la Russie, injustement exclue, a remporté une énorme victoire morale au Qatar 22..

Pour ne pas être en reste par rapport à leurs maîtres en termes de manque d’esprit sportif, le Reich ukrainien de l’OTAN, conformément à leur propre sens du droit débridé, a exigé que leur équipe remplace l’Iran en finale, même si le Pays de Galles a facilement éliminé l’Ukraine lors des éliminatoires et que l’Iran est passé par la section asiatique, et non par la section européenne de la compétition, où Israël, un pays non asiatique avec une réputation peu enviable de mauvais esprit sportif, est autorisé à concourir librement.

Israël et l’Ukraine sont exclus, l’Iran est admis et le Pays de Galles, l’Angleterre et les États-Unis ont tous été mis dans le même groupe que l’Iran, dont l’équipe nationale porte les espoirs non seulement de tous les Iraniens, mais aussi de tous les peuples pacifiques du monde civilisé. Bien que je sois persuadé que l’Iran fera bonne figure, les favoris des bookmakers sont les vieilles valeurs sûres que sont le Brésil, la France et l’Argentine. Le football étant un jeu de 90 minutes, au terme duquel l’Allemagne gagne toujours, on peut s’attendre à ce que quelques autres valeurs sûres soient présentes lors de la finale.

Mais, en dehors de quelques outsiders comme l’Iran, le Ghana, le Sénégal, la Serbie, l’Équateur et la Tunisie, il n’y a pas grand-chose à dire, certainement pas en comparaison du grand parcours de la Syrie en 2018, du Portugal en 1966, de Maradona en 1986 ou du grand Sham Al-Bakour à Dubaï.

Le maillot que portait Maradona lors de ses deux buts contre l’Angleterre a récemment été vendu pour 7,1 millions de livres sterling. Son ballon « Hand of God » devrait atteindre un prix encore plus élevé. Que ceux qui l’achètent puissent profiter d’un bon coup de pied, même s’il est un peu trop cher, dans les mondes cloîtrés où ils vivent. Bien que nous ne verrons plus jamais un joueur du calibre de Maradona, les sacrifices et les réalisations de Sham Al-Bakour, Kamila Valieva et Maryana Naumova suggèrent que des jours meilleurs pourraient arriver, avec de plus grands héros à venir que des maestros au grand cœur comme Maradona, Yashin et Eusébio seraient les premiers à saluer.

Declan Hayes

Source: https://strategic-culture.org/news/2022/11/17/qatar-2022-quest-for-heroes/

Imprimer