William ‘Bill’ Kristol (à gauche) et Robert Kagan entourent le président Joe Biden. Kristol et Kagan, cofondateurs du « Project for a New American Century », font partie du réseau néocon qui s’efforce de promouvoir des politiques américaines favorables à Israël.

Les principaux responsables américains qui attisent une hostilité dangereuse à l’égard de la Russie sont des partisans d’Israël qui ont l’habitude de promouvoir les politiques américaines qu’ils estiment bénéfiques pour Israël. Robert Parry a rapporté en 2014 que la crise ukrainienne était attisée par des néocons furieux que la Russie empêche « deux grandes priorités israéliennes » : Les frappes militaires américaines sur la Syrie et l’Iran. Parry a rapporté que « les néocons ont depuis longtemps fait comprendre que leur vision du monde – un changement de régime dans les pays du Moyen-Orient opposés à Israël – l’emporte sur toutes les autres priorités nationales… tant que les néocons n’auront aucune responsabilité pour les ravages qu’ils causent, ils continueront à travailler dans les couloirs du pouvoir à Washington ». Par ailleurs les principaux responsables de la politique étrangère américaine – le secrétaire d’État Anthony Blinken et la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman – sont également des partisans d’Israël; tout comme le chef de cabinet de Biden à la Maison-Blanche, Ron Klain, qui est « apparu comme la figure la plus centrale en dehors du président lui-même ».

 

Robert Kagan et Victoria Kagan, mari et femme de l’équipe néoconservatrice pro-Israël, ont l’habitude de prôner le militarisme – comme les autres membres puissants de leur famille. Un analyste  reports apporte que le changement de régime en Russie est l’idée fixe des néoconservateurs américains depuis que Poutine a succédé à Boris Eltsine en 1999 (Poutine était considéré comme « mauvais pour Israël »(bad for Israel).

Les plans Ukraine-Syrie-Iran des néoconservateurs

La crise ukrainienne, en partie attisée par les néoconservateurs américains, a compromis les perspectives de paix non seulement aux frontières de la Russie mais aussi dans deux points chauds du Moyen-Orient, la Syrie et l’Iran, ce qui était peut-être exactement le but recherché, rapporte Robert Parry.


Par Robert Parry

Publié le 20 mars 2014 sur Consortium News


On pourrait penser que les décideurs politiques ayant autant de fiascos sanglants sur leurs CV que les néoconservateurs américains, y compris la catastrophique guerre d’Irak [voir ici], admettraient leur incompétence et rentreraient chez eux pour vendre des assurances ou peut-être travailler dans un fast-food. Tout sauf diriger les décisions géopolitiques de la première superpuissance mondiale.

Mais les néoconservateurs officiels de Washington ne sont rien d’autre que des personnes acharnées et résistantes. Ils sont aussi bien financés et bien connectés. Ils ne feront donc pas la chose honorable qui consiste à disparaître. Ils ne cessent d’échafauder de nouveaux plans et de nouvelles stratégies pour continuer à agiter le monde et à entretenir leur vision de la domination mondiale – et en particulier du « changement de régime » au Moyen-Orient [voir ici].

Les néoconservateurs ont attisé une confrontation au sujet de l’Ukraine, impliquant deux États dotés d’armes nucléaires, les États-Unis et la Russie. Mais même si les armes nucléaires n’entrent pas en jeu, les néoconservateurs ont réussi à éloigner le président américain Barack Obama du président russe Vladimir Poutine et à saboter la coopération cruciale entre les deux pays sur l’Iran et la Syrie, ce qui était peut-être le but recherché depuis le début.

Bien que la crise ukrainienne ait des racines qui remontent à plusieurs décennies, la chronologie du récent soulèvement – et l’intérêt que lui portent les néoconservateurs – s’accorde parfaitement avec la fureur des néoconservateurs à l’égard de la collaboration entre Obama et Poutine pour éviter une frappe militaire américaine contre la Syrie l’été dernier, puis de la négociation d’un accord nucléaire intérimaire avec l’Iran l’automne dernier, qui a permis d’écarter une campagne de bombardement américaine contre l’Iran.

Avec ces deux priorités israéliennes majeures que sont les attaques militaires américaines contre la Syrie et l’Iran, les néoconservateurs américains ont commencé à activer leurs réseaux médiatiques et politiques influents pour contrer le travail d’équipe Obama-Poutine. Les néoconservateurs ont poussé jusqu’en Ukraine pour éloigner Obama de Poutine.

Opérant à partir d’enclaves néoconservatrices au sein du département d’État américain et d’organisations non gouvernementales financées par les États-Unis, avec à leur tête le National Endowment for Democracy, les agents néoconservateurs ont ciblé l’Ukraine avant même que les récents troubles politiques ne commencent à ébranler la fragile cohésion ethnique et idéologique du pays.

Le néocon Carl Gershman, président de National Endowment for Democracy, prononce un discours liminaire au Forum juif de Kiev en août 2019. (photo source)

En septembre dernier, alors que les perspectives d’une frappe militaire américaine contre la Syrie s’éloignaient à cause de Poutine, le président de la NED, Carl Gershman, qui est en quelque sorte le payeur des néoconservateurs contrôlant plus de 100 millions de dollars de fonds approuvés par le Congrès chaque année, a écrit dans les pages du Washington Post, le fleuron des néoconservateurs, que l’Ukraine était désormais « le plus grand prix ».

Mais Gershman a ajouté que l’Ukraine n’était en réalité qu’une étape intermédiaire vers un prix encore plus important, l’élimination de Poutine, qui a une forte volonté et un esprit indépendant, et qui, a-t-il ajouté, « pourrait se retrouver du côté des perdants non seulement dans l’étranger proche [c’est-à-dire l’Ukraine] mais aussi en Russie même ». En d’autres termes, le nouvel espoir était un « changement de régime » à Kiev et à Moscou.

Poutine s’était rendu très gênant dans le monde des néocons, en particulier avec sa diplomatie sur la Syrie qui a désamorcé une crise sur une attaque au sarin à l’extérieur de Damas le 21 août 2013. Malgré les origines mystérieuses de l’attaque et l’absence de toute preuve claire prouvant la culpabilité du gouvernement syrien, le département d’État et les médias d’information américains se sont empressés de juger que le président syrien Bachar el-Assad en était l’auteur.

Les politiciens et les experts ont appâté Obama en affirmant qu’Assad avait effrontément franchi la « ligne rouge » d’Obama en utilisant des armes chimiques et que la « crédibilité » des États-Unis exigeait désormais des représailles militaires. Un objectif israélien/néoconservateur de longue date, le « changement de régime » en Syrie, semblait à portée de main.

Mais Poutine a négocié un accord dans lequel Assad a accepté de remettre l’arsenal d’armes chimiques de la Syrie (même s’il a continué à nier tout rôle dans l’attaque au sarin). Cet accord a été une énorme déception pour les néoconservateurs et les responsables israéliens qui avaient bavé à l’idée qu’une campagne de bombardement américaine ferait plier Assad et porterait un coup stratégique à l’Iran, principal ennemi actuel d’Israël.

Poutine a ensuite offensé davantage les néocons et le gouvernement israélien en contribuant à faciliter un accord nucléaire intérimaire avec l’Iran, rendant moins probable une autre priorité des néocons/israéliens, une guerre américaine contre l’Iran.

Utiliser l’Ukraine pour s’attaquer à Poutine

Victoria Nuland, épouse de Robert Kagan et partisane d’Israël depuis toujours, a soutenu un coup d’État contre le gouvernement élu d’Ukraine. Son appel télephonique à ce sujet, dans lequel elle a dit « F l’UE », a été divulgué au public ; la transcription est ici.

Il fallait donc mettre en jeu le gêneur Poutine. Et M. Gershman, du NED, n’a pas tardé à noter une vulnérabilité clé de la Russie, l’Ukraine voisine, où un président démocratiquement élu mais corrompu, Viktor Yanukovych, se débattait avec une économie terrible et se demandait s’il devait accepter une offre d’aide européenne, assortie de nombreuses conditions d’austérité, ou conclure un accord plus généreux avec la Russie.

Un solide appareil politico-médiatique organisé par les États-Unis était déjà en place pour déstabiliser le gouvernement ukrainien. Selon le dernier rapport de la NED de Gershman, 65 projets sont en cours dans le pays : formation de « militants », soutien de « journalistes » et organisation de groupes d’entreprises. (La NED a été créée en 1983 pour faire dans une relative transparence ce que la CIA avait longtemps fait en secret, à savoir former des agents pro-américains sous le couvert de la « promotion de la démocratie »). [voir ici]

Ainsi, lorsque Ianoukovitch a opté pour le programme d’aide plus généreux de 15 milliards de dollars proposé par la Russie, le toit lui est tombé sur la tête. Dans un discours prononcé devant des chefs d’entreprise ukrainiens en décembre dernier, la secrétaire d’État adjointe aux affaires européennes, Victoria Nuland, une fidèle du néocon et l’épouse de l’éminent néocon Robert Kagan, a rappelé au groupe que les États-Unis avaient investi 5 milliards de dollars dans les « aspirations européennes » de l’Ukraine.

Puis, sous l’impulsion de Nuland et du sénateur néocon John McCain, les manifestations dans la capitale de Kiev sont devenues de plus en plus violentes, les milices néonazies prenant le dessus. Des tireurs d’élite non identifiés ont ouvert le feu sur les manifestants et la police, déclenchant des affrontements violents qui ont fait quelque 80 morts (dont une douzaine de policiers).

Le 21 février, dans une tentative désespérée d’apaiser la violence, M. Ianoukovitch signe un accord négocié par les pays européens. Il a accepté de renoncer à bon nombre de ses pouvoirs, d’organiser des élections anticipées (afin de pouvoir être démis de ses fonctions) et de retirer la police. Cette dernière mesure a toutefois permis aux milices néonazies d’envahir les bâtiments gouvernementaux et de forcer M. Ianoukovitch à fuir pour sauver sa vie.

Ces troupes d’assaut des temps modernes contrôlant les bâtiments clés et brutalisant les partisans de M. Ianoukovitch, un parlement ukrainien croupion a voté, de manière extraconstitutionnelle, la destitution de M. Ianoukovitch. Ce régime issu du coup d’État, dont les partis d’extrême droite contrôlent quatre ministères, dont celui de la défense, a été immédiatement reconnu par les États-Unis et l’Union européenne comme le gouvernement « légitime » de l’Ukraine.

Aussi remarquable – et digne d’intérêt – qu’ait été le fait qu’un gouvernement du continent européen ait inclus des nazis dans le pouvoir exécutif pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les médias d’information américains ont agi comme ils l’avaient fait avant la guerre d’Irak et pendant diverses autres crises internationales. Ils ont essentiellement présenté le récit préféré des néoconservateurs et traité la présence des néonazis comme une sorte de légende urbaine.

Pratiquement partout, de Fox News à MSNBC, du Washington Post au New York Times, le corps de presse américain s’est aligné, décrivant Ianoukovitch et Poutine comme les méchants en « chapeau noir » et le régime du coup d’État comme les gentils en « chapeau blanc », ce qui nécessitait, bien sûr, de faire disparaître les « chemises brunes » néonazies.

L’opportunisme des néocons

Certains défenseurs des néocons ont contesté mon rapport selon lequel les néocons américains ont joué un rôle important dans le putsch ukrainien. L’un des arguments avancés est que les néoconservateurs, qui considèrent le lien américano-israélien comme inviolable, ne collaboreraient pas sciemment avec des néonazis compte tenu de l’histoire de l’Holocauste (et du rôle des collaborateurs nazis ukrainiens dans les campagnes d’extermination des Polonais et des Juifs).

Mais les néoconservateurs ont souvent conclu des alliances de complaisance avec certaines des forces les plus répugnantes, voire antisémites, de la planète, depuis l’administration Reagan et sa collaboration avec les régimes des « escadrons de la mort » d’Amérique latine, y compris le travail avec la Ligue anticommuniste mondiale, qui comprenait non seulement des néonazis mais aussi de véritables nazis vieillissants.

Plus récemment, en Syrie, les néoconservateurs américains (et les dirigeants israéliens) sont tellement concentrés sur l’éviction d’Assad, un allié de l’Iran détesté, qu’ils ont coopéré avec la monarchie sunnite d’Arabie saoudite (connue pour son antisémitisme flagrant). Les responsables israéliens ont même exprimé leur préférence pour une victoire des extrémistes sunnites soutenus par l’Arabie saoudite en Syrie si c’est la seule façon de se débarrasser d’Assad et de nuire à ses alliés iraniens et au Hezbollah libanais.

Michael Oren, former Israeli ambassador to the US (where he was born) served as Israel’s point man in dealing with the neocons. He once explained that “the greatest danger to Israel is by the strategic arc that extends from Tehran, to Damascus to Beirut. And we saw the Assad regime as the keystone in that arc. We always wanted Bashar Assad to go.” (photo source)

En septembre dernier, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Oren, a déclaré au Jerusalem Post qu’Israël souhaitait tellement le départ d’Assad et l’affaiblissement de ses soutiens iraniens qu’il accepterait que des agents d’Al-Qaïda prennent le pouvoir en Syrie.

« Le plus grand danger pour Israël est représenté par l’arc stratégique qui s’étend de Téhéran, à Damas et à Beyrouth. Et nous considérions le régime Assad comme la clé de voûte de cet arc », a déclaré Oren dans l’interview. « Nous avons toujours voulu que Bachar Assad parte, nous avons toujours préféré les méchants qui n’étaient pas soutenus par l’Iran aux méchants qui étaient soutenus par l’Iran. »

Oren a déclaré que c’était le point de vue d’Israël, même si les autres « méchants » étaient affiliés à Al-Qaïda.

Oren, qui était l’homme de pointe d’Israël dans ses relations avec les néoconservateurs officiels de Washington, est considéré comme très proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et reflète ses opinions. Pendant des décennies, les néoconservateurs américains ont soutenu Netanyahou et son parti Likoud à la ligne dure, notamment en tant que stratèges lors de sa campagne pour le poste de Premier ministre en 1996, lorsque des néoconservateurs tels que Richard Perle et Douglas Feith ont élaboré la stratégie originale de « changement de régime ». [Pour plus de détails, voir “The Mysterious Why of the Iraq War » dans Consortium.news].

En d’autres termes, Israël et ses partisans néoconservateurs américains ont été disposés à collaborer avec des forces d’extrême droite, voire antisémites, si cela leur permettait d’atteindre leurs principaux objectifs géopolitiques, tels que de pousser le gouvernement américain à des confrontations militaires avec la Syrie et l’Iran.

Ainsi, même s’il est juste de supposer que des néocons comme Nuland et McCain auraient préféré que le coup d’État en Ukraine soit mené par des militants qui ne soient pas des néonazis – ou, d’ailleurs, que les rebelles syriens ne soient pas aussi dominés par des extrémistes affiliés à Al-Qaïda – les néocons (et leurs alliés israéliens) considèrent ces collaborations tactiques comme parfois nécessaires pour atteindre des priorités stratégiques primordiales.

Et, puisque leur nécessité stratégique actuelle est de saborder les fragiles négociations sur la Syrie et l’Iran, qui pourraient autrement annuler la possibilité de frappes militaires américaines contre ces deux pays, la collaboration Poutine-Obama devait disparaître.

En encourageant le renversement violent du président élu de l’Ukraine, les néoconservateurs ont contribué à déclencher une cascade d’événements – incluant désormais la sécession de la Crimée de l’Ukraine et son annexion par la Russie – qui ont accru les tensions et provoqué des représailles occidentales contre la Russie. La crise a également rendu extrêmement difficile, voire impossible, la poursuite de la collaboration entre Obama et Poutine sur la Syrie et l’Iran.

Comme d’autres plans conçus par les néoconservateurs, il y aura certainement beaucoup de dommages collatéraux dans cette dernière crise. Par exemple, si les représailles économiques s’intensifient et que l’approvisionnement en gaz russe est interrompu, la fragile reprise européenne pourrait retomber dans la récession, avec des conséquences néfastes pour l’économie américaine.

Il est également certain que les faucons de guerre du Congrès et les experts néoconservateurs feront pression pour une augmentation des dépenses militaires américaines et des tactiques agressives ailleurs dans le monde pour punir Poutine, ce qui signifie encore moins d’argent et d’attention pour les programmes nationaux ou la réduction du déficit. Le « nation-building at home » d’Obama sera oublié.

Mais les néoconservateurs ont depuis longtemps fait savoir que leur vision du monde – celle d’une « domination totale » de l’Amérique et d’un « changement de régime » dans les pays du Moyen-Orient opposés à Israël – primait sur toutes les autres priorités nationales. Et tant que les néoconservateurs n’auront pas à répondre des ravages qu’ils causent, ils continueront à travailler dans les allées du pouvoir à Washington, et non à vendre des assurances ou à faire des hamburgers.

Robert Parry

Robert Parry a révélé de nombreuses affaires liées au scandale de l’Iran dans les années 1980 pour l’Associated Press et Newsweek. Il a reçu le George Polk Award for National Reporting en 1984 et la I.F. Stone Medal for Journalistic Independence de la Nieman Foundation de Harvard en 2015. Il est le fondateur de Consortium News, où ce rapport a été publié pour la première fois.

[Les notes entre parenthèses et la plupart des photos ont été ajoutées par la rédaction].

Source: Consortium News

(Traduction Arrêt sur Info)

*****

Lire aussi:

PNAC stands for the Project for a New American Century. Its first order of business was overthrowing Iraq in order “to begin a dramatic restructuring of the Middle East political landscape along lines consistent with the neoconservatives’ vision for Israeli security, which they had outlined in numerous documents since the mid-1990s.” (photo source) 

La politique étrangère américaine est manifestement prise en otage par une élite corrompue. Y compris des reporters et journalistes qui relayent ce que leur racontent leurs sources « anonymes » au sein de l’administration. Une partie de la raison pour laquelle les États-Unis font courir des risques graves de guerre est que la politique étrangère à Washington est menée par un cercle pratiquement fermé. Et ce cercle est dominé par des gens comme les « Kagans ». [Réd]


Les néoconservateurs sont déterminés à provoquer un nouveau désastre en Ukraine.


Par JAMES CARDEN

Publié le 15 décembre 2021 sur Asia Times sous le titre Neocons bent on starting another disaster in Ukraine


En fait, les néoconservateurs de Washington ont un instinct de survie infaillible. Ayant provoqué de multiples désastres au cours des deux décennies qui ont suivi les attaques terroristes du 11 septembre 2001, de la guerre en Irak aux débâcles jumelles en Libye et en Syrie, les néoconservateurs semblent avoir perfectionné l’art d’échouer.

Stephen Walt, de l’université de Harvard,  Stephen Walt a dit un jour en plaisantant qu' »être un néocon signifie ne jamais avoir à s’excuser ». Et à cet égard, l’histoire de la famille Kagan est instructive.

Robert Kagan, chroniqueur au Washington Post, senior fellow à la Brookings Institution et auteur de pseudo-histoires telles que The Jungle Grows Back, est depuis des années l’un des principaux défenseurs du militarisme américain.

Son frère Frederick est un chercheur résident à l’American Enterprise Institute, un institut néoconservateur. Dans un article paru dans The Hill le 7 décembre, Frederick Kagan Frederick Kagan affirmait que le contrôle de l’Ukraine par la Russie « créerait une menace existentielle pour la Pologne et même pour la Roumanie – une menace à laquelle on ne pourrait faire face qu’en déployant des forces terrestres et aériennes américaines et européennes dans ce qui pourrait devenir un nouveau rideau de fer ». Lui et sa femme Kimberly, qui dirige l’Institute for the Study of War – un autre groupe de réflexion pro-guerre de Washington – étaient de proches conseillers du général en disgrâce et ancien directeur de la Central Intelligence Agency David Petraeus. En effet, Frederick et son épouse sont souvent cités comme les cerveaux de la stratégie de renfort menée par l’administration de George W Bush en 2007-2008.

 Kimberly Kagan (épouse de Fred Kagan de la grande famille néocon Kagan) s’exprime sur le Washington Journal, le 15 juin 2014. Le lendemain des attentats du 11 septembre, les Kagan exhortaient les États-Unis à attaquer les Palestiniens, malgré le fait qu’ils n’avaient aucun lien avec le 11 septembre. Kimberly est fondatrice et présidente de l’Institut pour l’étude de la guerre ; elle s’est opposée à la Syrie, à l’Iran et à la Russie ; et a exhorté à une guerre prolongée en Afghanistan. (photo source)

Mais le membre le plus puissant du clan Kagan est Victoria Nuland, l’épouse de Robert et sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques.

Sous Barack Obama, Nuland a été porte-parole du département d’État, un poste pour lequel elle était manifestement surqualifiée (et cela devient particulièrement clair si l’on prend en considération les qualifications du porte-parole actuel), avant d’assumer le rôle de secrétaire d’État adjoint pour les affaires européennes et eurasiennes.

C’est dans ce rôle que Nuland a aidé à orchestrer le renversement d’un président démocratiquement élu de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch, en février 2014, qui a conduit à une guerre civile dans laquelle plus de 13’000 personnes sont mortes, selon les Nations unies.

Un soldat monte la garde près de bâtiments détruits pendant la guerre civile ukrainienne, le 1er juin 2016. La guerre a résulté du coup d’État que Nuland a aidé à organiser ; elle a coûté la vie à au moins 13 000 personnes (photo originale)

Une partie de la raison pour laquelle les États-Unis courent un risque grave de guerre avec la Russie – et les politiques qui nous ont amenés à ce point font l’objet de précieux débats – est que la politique étrangère à Washington est menée par un cercle pratiquement fermé.

Et ce cercle est dominé par des gens comme les Kagans.

Les organisations médiatiques traditionnelles de Washington jouent également un rôle dans la perpétuation de ces politiques étrangères en servant de chambre d’écho à la bureaucratie permanente. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter la page éditoriale du Washington Post, qui, dès le début de la crise ukrainienne, a cavalièrement rejeté les appels à la diplomatie et à l’engagement et a, au contraire, appelé à la guerre pure et simple.

Un exemple de cela est le point de vue du Washington publié sur sa page éditoriale le 21 août 2014 :

« … Il est tentant de chercher un cessez-le-feu ou une sorte de temps mort qui conduirait à une période de négociation diplomatique. Mais à quoi serviraient une pause et la diplomatie ? Il faut éviter toute négociation qui laisserait cette plaie suppurer en Ukraine. La seule solution acceptable est d’inverser l’agression du [président russe Vladimir] Poutine. »

Comme Jacob Heilbrunn,  rédacteur en chef de The National Interest, et moi-même l’avons commenté à l’époque, « Le manque de franchise est presque aussi grave que l’insensibilité affichée. À aucun moment le [Washington] Post n’a réellement expliqué comment il proposerait de s’y prendre pour inverser l’agression de Poutine. »

C’est encore le cas aujourd’hui. À aucun moment les guerriers en fauteuil roulant qui réclament une guerre avec la Russie au sujet de l’Ukraine ne discutent de la manière dont un tel « renversement » pourrait être effectué ou, ce qui est encore plus révélateur, des chances de réussite d’une guerre entre les États-Unis et la Russie.

Peu de choses ont changé depuis le début de la crise ukrainienne, il y a près de huit ans. Considérez pour un instant le témoignage sur la « Mise à jour de la politique américano-russe » que Nuland a fait devant la Commission des relations étrangères du Sénat américain (SFRC) le 7 décembre.

Nuland a temoigné:

« Nous ne savons pas si le président russe Poutine a pris la décision d’attaquer l’Ukraine ou de renverser son gouvernement, mais nous savons qu’il se donne les moyens de le faire. Une grande partie de ces actions sont tirées du livre de jeu de Poutine de 2014, mais cette fois-ci, elles sont menées à une échelle beaucoup plus grande et plus meurtrière. Ainsi, malgré notre incertitude quant aux intentions exactes et au calendrier, nous devons nous préparer à toutes les éventualités, même si nous poussons la Russie à faire marche arrière. »

Nuland a poursuivi en notant que le gouvernement américain a donné 2,4 milliards de dollars à l’Ukraine depuis 2014 « en assistance de sécurité », ce qui inclut 450 millions de dollars jusqu’à présent cette année seulement.

Quel a été, se demande-t-on, le retour des États-Unis sur cet investissement massif ?

Le président du SFRC, Bob Menendez, semble avoir l’impression que les Russes n’ont pas l’avantage militaire écrasant sur leur propre frontière. De même, le sénateur démocrate Ben Cardin a déclaré qu’une invasion russe de l’Ukraine « exigerait de nous [les États-Unis] une escalade ».

Le sénateur républicain Todd Young, quant à lui, a demandé à Nuland « quelles mesures sont envisagées par l’administration pour contrer l’agression russe », tandis que la démocrate Jeanne Shaheen a indiqué que lors de ses conversations avec les membres du parlement estonien, ils ont parlé de l’importance de « l’unité européenne en ce qui concerne l’Ukraine ».

De plus, les députés d’Estonie, de Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est ont exprimé leur inquiétude quant à « l’opportunité ou non de stationner davantage de troupes dans les pays baltes », a déclaré Mme Shaheen.

Le commentaire le plus perspicace de la journée est venu du sénateur républicain Ron Johnson, qui était manifestement fier que la commission soit parvenue à un rare accord bipartisan. Il a également souligné que les États-Unis étaient « unis » dans le soutien à l’Ukraine et contre la Russie.

Et Johnson avait tout à fait raison : la commission était totalement unie dans sa volonté de conflit au sujet de l’Ukraine, avec laquelle les États-Unis n’ont aucune obligation conventionnelle.

En effet, tant Nuland que le SFRC semblent voir des intérêts nationaux américains là où il n’y en a pas. Plus inquiétant encore, ils semblent avoir une sorte de foi aveugle dans la capacité, voire le devoir, de l’Amérique d’influencer l’issue de conflits qui se déroulent à des milliers de kilomètres de nos côtes en combinant sanctions et menaces militaires.

L’audition du SFRC a montré, pour le moins, que la politique étrangère américaine est prise en otage par une claque d’élites vénales, avares et, surtout, imprudentes : des membres du SFRC aux hauts fonctionnaires qui témoignent devant eux ; des membres du personnel qui les informent aux universitaires et aux experts en politique sur lesquels ils s’appuient ; jusqu’aux reporters et journalistes qui régurgitent sans critique ce que leur disent leurs sources administratives « anonymes ».

C’est pourquoi l’une des questions les plus urgentes qui se posent à nous est la suivante : Comment les Américains de bonne conscience peuvent-ils enfin briser leur emprise sur le pouvoir avant qu’il ne soit trop tard ?.

JAMES CARDEN

[Note de la rédaction : Pour le contexte, il est important de savoir qu’Israël (voir ici et ici) et ses fidèles néoconservateurs (voir ceci) ont depuis longtemps planifié d’endommager et/ou d’acheter les adversaires potentiels d’Israël… La Libye, la Syrie et l’Iran ont été en grande partie les dernières cibles...].

Source: Asia Times

(Traduction Arrêt sur Info)

Imprimer