Des fidèles rassemblés au stade d’Erbil brandissent une photo du Pape, au milieu des drapeaux du Vatican, de l’Irak et du Kurdistan irakien. (Vatican Media). Crédit Pikabay

Un silence assourdissant …

Par Marc Jean

Arrêt sur info – 6 mars 2023 (Mis à jour le  06.03.23, 12h12)

Que n’a-t-on reproché aux églises allemandes de toutes confessions, après la seconde guerre mondiale, de s’être tues et d’avoir assisté sans protester à la mise en place du régime nazi ?

Aujourd’hui, en Europe, les dirigeants des églises sont étrangement silencieux devant le conflit provoqué en Ukraine. Et pourtant aucune menace d’arrestation ne pèse sur eux. Bien plus, la presse religieuse, comme, par exemple, en France, les journaux Réforme et la Croix, mais il en est sans doute d’autres, entonne d’une seule voix la version diffusée par les médias officiels, sans aucune nuance quant aux éventuelles responsabilités partagées entre Russie et Occident. Le pape François, au début du conflit avait certes déclaré que “les aboiements de l’Otan aux portes de la Russie n’étaient sans doute pas étrangères au conflit”, dans une déclaration au Corriere della Serra du 22 mai 2022, mais c’en était resté là et ses propos n’ont guère eu de retentissement médiatique, et encore moins sur les dirigeants occidentaux.

Ainsi, un théologien peut-il écrire, dans l’éditorial de l’hebdomadaire Réforme daté de fin février 2023, que « le président Zelensky, en tournée en Europe la semaine dernière, n’a cessé de marteler que la guerre défensive que mène son pays est celle de la démocratie contre la dictature (sic)», sans exprimer aucune réserve sur cette affirmation contraire à la vérité. Mais, à sa décharge, il est vrai que des études de théologie ne donnent pas forcément compétence en géopolitique !

Les églises se sont aussi manifestées par le même silence durant l’horrible guerre conduite par l’Otan, à travers ses mercenaires, contre la Syrie. On se souvient des lettres(1) écrites par le père Elias Zahlaoui de Damas au Pape, demeurées toutes sans réponse. Ou des interventions de Soeur Agnès-Mariam de la Croix, carmélite, supérieure du monastère Saint-Jacques-le-Mutilé à Qara, près de Homs en Syrie, traitée de ”complotiste” en France.(2). Jamais non plus, les églises d’Europe n’ont condamné les sanctions occidentales, connues sous le nom de loi Caesar(3) qui affament et ruinent tout le  peuple syrien, par pure sadisme  et esprit de vengeance des États-Unis.

La détérioration des conditions humanitaires et de vie en Syrie, conséquence directe des sanctions unilatérales oppressives qui violent les lois et conventions internationales, a incité les Nations unies à dépêcher le “rapporteur spécial des Nations unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’homme”, Alena Douhan, à Damas du 30 octobre au 10 novembre 2022, afin d’évaluer l’impact des sanctions. Dans une déclaration, après sa visite de 12 jours en Syrie, la rapporteuse spéciale a présenté des informations détaillées sur les effets catastrophiques des sanctions unilatérales dans tous les milieux du pays. Mme Douhan a indiqué que « 90 % de la population syrienne vivait actuellement sous le seuil de pauvreté, avec un accès limité à la nourriture, à l’eau, à l’électricité, aux abris, aux combustibles de cuisson et de chauffage, aux transports et aux soins de santé, et a prévenu que le pays était confronté à une fuite massive des cerveaux en raison des difficultés économiques croissantes »(4). Devant ce sadisme étatique soutenu par l’ensemble des États occidentaux, aucune voix autorisée venant des églises d’Europe ne s’est fait entendre.

Revenons au conflit ukrainien. Il faut être soit ignare, soit d’une mauvaise foi absolue, pour ne pas reconnaître la responsabilité première de l’OTAN, et de son commanditaire, les États-Unis, dans l’origine de cette guerre. Le site Arrêt sur info a publié de nombreux textes dénonçant les provocations et les multiples interventions de l’OTAN envers la Russie(5), malgré les mises en garde répétées de beaucoup de connaisseurs du dossier.

Rendons hommage à Alice Schwarzer, grande figure du féminisme allemand, et Sahra Wagenknecht,[ces deux femmes doivent faire face à une vague de haine sans précédent..], députée du parti de gauche Die Linke, qui ont lancé un appel à une manifestation à Berlin, le 25 février dernier, pour demander la paix et le lancement « immédiat de négociations » entre l’Ukraine et la Russie. Malgré la neige, plus de 10 000 personnes avaient répondu à cet appel. Une pétition demandant au chancelier Olaf Scholz de «stopper l’escalade des livraisons d’armes » et de «prendre la tête d’une alliance fort pour un cessez-le-feu et des négociations de paix sur la base de compromis des deux côtés » a reçu plus de 600 000 signatures en dix jours(6).

Dommage que ce ne soient pas les églises à l’initiative de cette pétition, c’était leur devoir moral et conforme à l’enseignement du Christ de protester contre l’hystérie belliciste et guerrière qui a contaminé tous les dirigeants et les médias occidentaux. Mais, comble de l’hypocrisie, ces mêmes autorités religieuses allemandes justifient l’envoi d’armes en Ukraine ! Que dirait aujourd’hui Jésus devant l’attitude de ses représentants qui « ajoutent la  guerre à la guerre », au lieu d’être les porte-voix de paix ! Porter la croix sur sa poitrine et encourager la guerre en l’alimentant en armes, c’est mépriser l’enseignement de l’Évangile, c’est bafouer le Christ lui-même.

Les autorités religieuses d’Occident sont aussi d’une extrême frilosité lorsqu’il s’agit de condamner les agissements répréhensibles de l’État d’Israël, qui viole impunément le droit international et les droits humains élémentaires en Palestine. Occupées à leurs débats internes, elles ont oublié l’enseignement du Christ et son attitude envers les opprimés et les persécutés. Les nombreux appels et lettres pastorales des responsables des églises chrétiennes du Proche-Orient restent inaudibles à leurs oreilles. Le lecteur intéressé peut consulter le site de l’association Les Amis de Sabee(7) . Il faut néanmoins noter le courage du président de l’Union des Églises Protestantes  d’Alsace-Lorraine, Christian Albecker, qui avait invité, les 5 et 6 février 2016, l’évêque protestant luthérien de Palestine, Munib Younan , lors d’une conférence suivie d’un culte à Strasbourg(8). La grande majorité des représentants des autres églises avait brillé par son absence…[pour beaucoup d’églises, la question  israélo-palestinienne est un thème tabou]. Il semblerait qu’aux États-Unis, les diverses églises se rattachant au  courant du protestantisme soient beaucoup plus mobilisées sur ces questions.

Le silence des églises en Europe, dans ces conflits, est condamnable. Le Christ en personne ne les interpelle-t-il par ces paroles fortes: « Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront ! »(Luc 19:40)

Marc Jean

(1)Dix ans de guerre: « Lettre ouverte d’un prêtre arabe de Syrie à Sa Sainteté le Pape François »

     Lettre ouverte aux responsables de l’Église Catholique aux États-Unis

(2)Syrie : mère Agnès-Mariam de la Croix, la voix de l’Esprit – Boulevard Voltaire 

(3)La Syrie sous le couperet américain – Des sanctions qui tuent 

(4)En Syrie, les prétentions humanitaires de l’Occident s’évaporent

(5)Toutes les interventions de l’OTAN commencent par des mensonges

(6) Le 25 février, manifestation à Berlin contre la guerre

(7)AMIS DE SABEEL – FRANCE: NOS PUBLICATIONS 

(8)Munib Younan : les chrétiens sont facteur d’équilibre au Moyen-Orient

Source:https://arretsurinfo.ch/le-silence-assourdissant-des-responsables-religieux-dans-les-conflits-actuels/