La voix de la sagesse

Article rédigé par Oskar Lafontaine, 78 ans, Premier ministre de la Sarre, candidat au poste de chancelier du SPD en 1990, président du SPD de 1995 à 1999, et ministre des Finances dans le cabinet Schröder. Depuis 2005, il occupe des postes clés au sein du Parti de gauche. Le 17 mars 2022, il a annoncé sa démission et n’est plus membre du parti depuis cette date.

Le Grand Vieil Homme de la gauche allemande (Foto: dpa)

Par Oskar Lafontaine, ancien président fédéral du parti social-démocrate allemand (SPD).

Publié le 5 septembre 2022 sur Nationworldnews.com

Pour la grande majorité des politiciens et des journalistes allemands, la guerre en Ukraine a commencé le 24 février 2022. De ce point de vue, qui ignore toute l’histoire de l’invasion militaire russe en Ukraine, l’Allemagne ne peut apporter aucune contribution à la paix.

Cette phrase est attribuée au poète Eschyle : « La vérité est la première victime de la guerre« . Cela conduit à la conclusion que pour trouver la paix, il faut revenir à la vérité. Et cela signifie que chaque guerre a sa propre histoire. Et la préhistoire de la guerre d’Ukraine commence avec l’image que les États-Unis se font d’une nation élue, prétendant être et rester la seule puissance mondiale.

Par conséquent, l’Amérique doit faire tout son possible pour empêcher l’émergence d’une autre puissance mondiale. Cela s’applique non seulement à la Chine et à la Russie, mais aussi à l’Union européenne ou, à l’avenir, peut-être à l’Inde ou à d’autres pays. Si vous acceptez cette affirmation et que vous savez en même temps que les États-Unis disposent de loin du meilleur équipement militaire au monde, vous pouvez en conclure que se réfugier sous l’aile de cette seule puissance mondiale est la meilleure chose à faire. ,

« L’Allemagne n’est pas un pays souverain »

Toutefois, ce point de vue ne vaut que si la puissance de défense mène une politique étrangère pacifique et n’entoure pas militairement ses adversaires émergents, les provoquant continuellement et acceptant ainsi le risque de guerre. Si la puissance de défense possède des installations militaires sur le territoire de ses alliés avec lesquels elle fait la guerre, elle met en danger non seulement elle-même mais aussi les alliés à la géopolitique agressive.

Par exemple, l’aéroport de Ramstein était indispensable à la guerre des États-Unis au Moyen-Orient, en Afrique et en Ukraine. Ainsi, lorsque les Américains sont en guerre, l’Allemagne est toujours du côté de la guerre, qu’elle le veuille ou non. Parce qu’il voyait ce lien, Charles de Gaulle, par exemple, ne voulait pas d’installations de l’OTAN, c’est-à-dire des États-Unis, sur le sol français. Il disait qu’un pays devait être capable de prendre ses propres décisions en matière de guerre ou de paix.

L’Allemagne n’est pas un pays souverain, cela est encore apparu clairement lorsque le secrétaire américain à la guerre, Lloyd Austin, a invité une conférence à Ramstein pour permettre aux États vassaux de contribuer à la guerre en Ukraine. Bien entendu, les États-Unis revendiquent également la décision de savoir si un pays comme l’Allemagne peut mettre en service une ligne d’approvisionnement énergétique comme Nord Stream 2.

Une guerre qui a une longue histoire

L’histoire de la guerre d’Ukraine comprend également les points de vue des stratèges américains, selon lesquels l’Ukraine est l’État dominant en termes de domination sur le continent eurasien. Pour cette raison, selon Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité nationale du président Carter, dans son livre de 1997 intitulé The Only World Power, l’Ukraine devrait devenir un État vassal des États-Unis.

Bien que des politiciens américains avisés, tels que George Kennan, aient mis en garde contre la transformation de l’Ukraine en un avant-poste militaire à la frontière russe, les présidents Clinton, Bush, Obama, Trump et Biden ont poursuivi l’expansion de l’OTAN vers l’est et l’armement de l’Ukraine. La Russie a pourtant indiqué qu’elle souhaitait plus que cela. Depuis 20 ans, elle n’acceptera pas de troupes et de missiles américains à sa frontière ukrainienne.

Lire aussi : La Réserve fédérale annonce un contrôle éthique après les échanges de fonctionnaires régionaux
Au plus tard avec Putt sur le terrain en 2014, les États-Unis ont montré qu’ils n’étaient pas disposés à prendre en compte les intérêts de la Russie en matière de sécurité. Il a établi un gouvernement fantoche américain et a tout fait pour intégrer les forces armées ukrainiennes dans les formations de l’OTAN. Des exercices conjoints ont été menés et les objections persistantes du gouvernement russe ont été ignorées.

AUCUN ÉTAT NE DEVRAIT LANCER DES FUSÉES D’UNE PUISSANCE RIVALE À LA FRONTIÈRE D’UNE PUISSANCE NUCLÉAIRE SANS AVERTISSEMENT ET EN LE JUSTIFIANT NAÏVEMENT PAR LE LIBRE CHOIX D’UNE COALITION. Oscar Lafontaine

Dans ce contexte, on affirme faussement que chaque État a le droit de choisir librement son alliance. Mais aucun Etat ne devrait lancer des fusées d’une puissance rivale à la frontière d’une puissance nucléaire sans avertissement et en le justifiant naïvement par le libre choix d’une coalition. Imaginez que le Canada, le Mexique ou Cuba autorisent l’entrée de troupes chinoises ou russes sur leur territoire tout en permettant aux bases de missiles d’atteindre Washington sans avertissement.

Depuis la crise des missiles de Cuba en 1962, nous savons que les États-Unis ne l’accepteraient jamais et risqueraient la guerre nucléaire en cas de doute. Ces considérations conduisent à la conclusion qu’une superpuissance agressive ne peut pas diriger une « alliance défensive ». Après toutes les expériences de ces dernières décennies, combien de temps faudra-t-il à l’Allemagne pour comprendre qu’elle doit prendre sa propre sécurité en main et devenir indépendante des États-Unis ?

Certains hommes politiques allemands, conscients du danger que représentait la politique américaine, ont tenté de mettre en place une politique étrangère allemande indépendante. Par exemple, Willy Brandt savait que la paix devrait être faite avec la Russie et ses voisins d’Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale. Il a appelé au désarmement et à la détention et était convaincu que la sécurité ne pouvait être obtenue non pas les uns contre les autres, mais seulement ensemble. Helmut Kohl négocie l’unité allemande avec Gorbatchev et estime que la paix et la coopération avec la Russie sont des conditions préalables au maintien de la paix en Europe.

Hans-Dietrich Genscher n’était parfois pas du côté des politiciens américains car il craignait une guerre nucléaire limitée en Europe et faisait donc tout pour interdire les missiles à courte portée et les armes nucléaires stratégiques sur le territoire allemand et européen. Le « Genscherisme » est devenu un gros mot à Washington. Dans son excellent livre National Interests, Klaus von Dohnny a récemment mis en évidence l’attitude de certains stratèges américains selon laquelle une guerre nucléaire limitée à l’Europe pourrait très bien être menée.

Comment arrêter la croissance

À l’heure actuelle, rien ne laisse présager une politique étrangère mettant les intérêts de l’Allemagne au premier plan. Les chefs de file Scholz, Barbock, Habeck et Lindner sont de fidèles vassaux de l’Amérique. Scholz prône le réarmement et est fier de pouvoir annoncer la livraison d’armes à l’Ukraine à un intervalle de plus en plus court. Il agit comme s’il n’avait jamais entendu parler de l’ostpolitik et de la politique de détente de Willy Brandt. La politique étrangère du FDP est dominée par le lobbyiste de l’armement Streck-Zimmermann, qui réclame tous les deux jours de nouvelles armes pour l’Ukraine.

Les Verts sont passés du statut de parti pacifiste allemand à celui de pire parti de guerre du Bundestag allemand. La déclaration d’Annalena Berbock selon laquelle nous devrions « détruire la Russie » devrait être qualifiée de fasciste. Le plus grand parti d’opposition est également absent. En tant qu’ancien employé du géant financier américain BlackRock, le président de la CDU, Frederick Merz, est un atlantiste loyal, exigeant la livraison d’encore plus d’armes et même la fermeture de Nord Stream 1.

Lire aussi : Le ministère américain de la Justice dépose une motion d’urgence contre la loi restrictive du Texas sur l’avortement.
La politique étrangère allemande nuit aux intérêts de notre pays et ne contribue pas à la paix en Europe. Elle a besoin d’une restructuration complète. Si la géopolitique américaine menace d’une guerre entre puissances nucléaires, il appartient aux politiciens allemands et européens de faire tout ce qui est possible pour maintenir notre région en dehors de ce conflit.

L’Europe doit se séparer des États-Unis et jouer un rôle de médiation entre les puissances mondiales rivales. Ensemble, l’Allemagne et la France ont le potentiel pour développer une politique étrangère et de sécurité européenne indépendante.

Il est grand temps de commencer. Lorsque la guerre s’intensifie, nous ne pouvons pas toujours compter sur une armée équilibrée pour empêcher un conflit mondial nucléaire. Citons par exemple l’officier de marine soviétique Arkhipov, qui a empêché le lancement de torpilles nucléaires pendant la crise des missiles de Cuba, ou le colonel soviétique Petrov, qui, en 1984, a retiré des ordinateurs russes des missiles balistiques intercontinentaux à tête nucléaire. L’approche était mal informée. Le gouvernement russe a décidé d’agir dans ce cas afin de ne pas déclencher une « contre-attaque » nucléaire véritablement ordonnée.

Il est temps de ne plus laisser l’initiative de paix au seul président turc Erdogan. Même si les États-Unis, de leur propre aveu, ne sont pas disposés à œuvrer en faveur d’un cessez-le-feu et d’une fin rapide de la guerre en Ukraine, il en va de l’intérêt de survie des Européens.

Le fondateur du groupe musical Pink Floyd, Roger Waters, a raison lorsqu’il souligne que la paix peut encore être obtenue sur la base des accords de Minsk. En revanche, lorsque les États-Unis déclarent qu’ils visent à affaiblir la Russie afin qu’elle ne puisse plus déclencher une guerre similaire, ils font preuve de cynisme. Combien d’Ukrainiens et de Russes devront encore mourir avant qu’ils ne se rapprochent de leur objectif géopolitique d’affaiblir considérablement la Russie ?

L’Europe connaît aujourd’hui les prix les plus élevés de l’énergie. Les entreprises industrielles européennes sont en train de se délocaliser aux États-Unis et d’y établir de nouvelles succursales. Les énormes commandes de l’industrie américaine de l’armement et les profits considérables qu’apporte l’industrie américaine de la fracturation, nuisible à l’environnement, montrent clairement à qui profite cette guerre et ces sanctions.

Face à cette situation, même les politiciens des feux de signalisation inexpérimentés en politique étrangère doivent comprendre que l’Europe n’a aucun moyen de s’affirmer. La première étape serait d’insister sur un cessez-le-feu, de présenter un plan de paix et de mettre Nord Stream 2 en service.

La poursuite de la politique actuelle, en revanche, conduit à l’appauvrissement de larges pans de la population, détruit des secteurs entiers de l’industrie allemande et met l’Allemagne en danger de s’engager dans une guerre nucléaire.

Oskar Lafontaine

Source: Nationworldnews.com

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer